Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 631 fois

Palestine occupée -

L'annexion et le paradigme des deux États : deux voies différentes vers la colonisation

Par

06.05.2020 – La pandémie de coronavirus a permis que les détails de la sale politique échappent à la vigilance du public. Alors que le battage autour du virus diminue, les grands médias se sont emparés des annonces d'annexion faites par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu après avoir formé un gouvernement d'union d'urgence avec le chef du Parti bleu et blanc Benny Gantz, également ancien chef des forces de défense (1) israéliennes.

L'annexion et le paradigme des deux États : deux voies différentes vers la colonisation

7 mai : les forces d’occupation israéliennes construisent une route sur des terres volées aux familles Sweiti et Jadallah près de Dura (Al-Khalil), pour desservir la colonie sioniste Nigihot, construite sur les terres du village. Source Quds News Network
Pendant les six premiers mois, le nouveau gouvernement de coalition ne devrait pas s'attaquer aux grands problèmes politiques. La pandémie de coronavirus reste un vernis pour un point plus urgent de l'agenda colonial israélien - l'annexion de parties de la Cisjordanie occupée. D'ici juillet de cette année, Netanyahou devrait soumettre les plans d'annexion à la Knesset.

Alors que les États-Unis se dirigent vers les élections présidentielles de novembre, M. Netanyahou se rend compte des contraintes de temps dans lesquelles il doit opérer pour mettre en œuvre unilatéralement les objectifs du "Deal du Siècle" du président Donald Trump les plus désirés. Les médias, qui s'intéressent principalement à la pandémie plutôt qu'à la politique, présentent désormais l'annexion comme une nouvelle violation israélienne et une transgression du droit international. Le mépris du processus - un thème récurrent dans la politique internationale - joue en faveur d'Israël. Il permet aux diplomates de s'appuyer sur des déclarations qui diffèrent à peine d'une annonce à l'autre - en particulier, la ténacité à protéger le compromis de deux États.

Cependant, la situation actuelle des Palestiniens doit être liée au plan de partage de 1947 de l'ONU qui a accordé les premières concessions à la colonisation sioniste et qui a également influencé le paradigme des deux États. Dans la politique récente, bien sûr, Israël s'est servi du parti-pris pro-israélien de Trump et de l'accord qui laisse les Palestiniens dépendants de l'aide humanitaire, incapables de prospérer sur les restes disjoints de terres que les États-Unis ont désignées comme un hypothétique État palestinien.

Le COVID-19 a été une diversion bienvenue pour Israël, car il a occulté le fait qu'en février de cette année, quelques semaines après que les détails du plan de Trump aient été révélés, des fonctionnaires américains ont rencontré leurs homologues israéliens pour commencer à cartographier la prochaine annexion.

Au vu de ces intrigues complexes, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo ne peut espérer tromper quiconque avec sa récente déclaration prétendant que les États-Unis n’ont aucune influence sur les plans d'annexion accélérée d'Israël. "En ce qui concerne l'annexion de la Cisjordanie , ce sont les Israéliens qui prendront en fin de compte ces décisions. C'est une décision israélienne. Et nous travaillerons en étroite collaboration avec eux pour leur faire part de notre point de vue à ce sujet dans un cadre privé", a récemment déclaré M. Pompeo aux journalistes.

Les demi-vérités sont du pain béni pour Israël. Pourtant, en 2019, l'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a déclaré au New York Times que "dans certaines circonstances, Israël a le droit de conserver une partie, mais probablement la totalité, de la Cisjordanie ".

Suite aux annonces d'annexion de Netanyahou, les réponses des Nations unies et l’Union européenne ont été sans surprise. Lorsque l'expansion des colonies israéliennes est soudainement devenue une question d'urgence, après des décennies de vol de terres depuis 1948, la communauté internationale a publié de nombreuses déclarations sur la façon dont l'expansion des colonies menaçait le paradigme des deux États. Il n'est pas surprenant que le même argument ait été régurgité par la communauté internationale pour exprimer sa prétendue opposition à l'annexion par Israël de la Cisjordanie occupée.

L'Institut israélien pour les politiques étrangères régionales prévoit que la réponse de la communauté internationale à l'annexion dépendra de l’ampleur de la mise en œuvre de l’annexion par Israël, ainsi que de la réaction palestinienne au vol des terres. Cette dernière suscitera probablement la rhétorique habituelle concernant le "droit d'Israël à se défendre" - une phrase qui a légitimé le bombardement périodique de Gaza par Israël au sein de la communauté internationale.

Nickolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a décrit les plans d'annexion comme "un coup dévastateur porté à la solution des deux États". Fidèle à sa diplomatie, le chef de la politique étrangère de l'UE, Josep Borrell, a déclaré que le bloc "continuera à suivre de près la situation et ses implications plus larges, et agira en conséquence".

Lors de ses rencontres avec les représentants de l'UE, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine, Saeb Erekat, a insisté pour que l'annexion soit rejetée et que le paradigme des deux États soit mis en œuvre, jouant ainsi directement sur l'agenda diplomatique le plus cher de la communauté internationale qui inclut également la disparition progressive de la Palestine.

Il n'est plus possible de mettre en œuvre le paradigme des deux États. La communauté internationale a fait en sorte qu'il ne reste rien de la politique des deux États, si ce n'est sa rhétorique diplomatique. Ce qui est compréhensible car l'idéologie des deux États encourage et préserve le colonialisme israélien, déguisé par la possibilité de l'émergence d'un État palestinien uniquement pour protéger la sécurité d'Israël. En l'absence de la concrétisation de deux Etats, la communauté internationale n’a rien à perdre, étant donné son allégeance à Israël.

Le silence tacite concernant les politiques coloniales d'Israël et l'approbation complète des récits sécuritaires coloniaux ont abouti à une situation où le choix se situe entre l'accord de Trump et sa mise en œuvre unilatérale par Israël, et le consensus international pour sauvegarder la rhétorique des deux États au nom de l'agenda international.

L'accord de Trump n'a fait qu'inaugurer une nouvelle étape que la communauté internationale doit envisager. La série de concessions que les États-Unis ont faites à Israël, ainsi que la propagande de la communauté internationale pour présenter l'accord du siècle comme étant en opposition avec les paramètres convenus au niveau international, ont maintenant abouti à un scénario dans lequel Israël est capable de mettre en œuvre ses choix politiques de manière plus agressive. En attendant, il reste à la communauté internationale de protéger son rôle de facilitateur de l'annexion, qui aurait eu lieu avec ou sans Trump, et de continuer à normaliser les violations d'Israël au sein de la communauté internationale.

Pour les Palestiniens, cela se traduit par un non-choix entre deux formes différentes de colonisation. La plus grande tragédie est peut-être l'approbation par l'Autorité palestinienne du consensus international sur le paradigme de deux États comme solution pour le peuple palestinien, alors qu'elle sait qu'elle choisit simplement de soutenir une forme de colonisation plutôt qu'une autre.


(1) Forces d’occupation.

Source : Inside Arabia

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Ramona Wadi