Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 24217 fois

Monde Arabe -

L’arabité et la langue arabe dans le Coran

Par

Le lecteur du Coran est nécessairement fier de la langue arabe et du peuple arabe. Il n’y a aucune opposition entre l’arabité et l’islam mais une complémentarité et une parfaite harmonie entre ces deux éléments. Avant l’islam, l’arabité était « païenne » ; elle devint État et civilisation avec l’islam.
L’islam a d’abord été révélé aux Arabes dans leur langue puis il se répandit dans le reste du monde porté par leur volonté. Des versets précis ont été révélés en langue arabe évoquant cette langue et la nommant expressément. A la lecture de ces nombreux versets coraniques, il n’est pas logique que ceux-ci n’aient aucune signification et que l’Homme ne s’interroge pas sur leur sens.

L’arabité et la langue arabe dans le Coran

Parmi ces versets, nous pouvons citer les suivants :

« Ainsi l’avons-Nous fait descendre (le Coran) [sous forme] de loi en arabe. » (Coran 13 : 37)

« Nous l’avons fait descendre, un Coran en [langue] arabe, afin que vous raisonniez. » (Coran 12 : 2)

« Nous avons, dans ce Coran, cité pour les gens des exemples de toutes sortes afin qu’ils se souviennent. Un Coran [en langue] arabe, dénué de tortuosité, afin qu’ils soient pieux ! » (Coran 39 : 27-28)

« [C'est] une Révélation descendue de la part du Tout Miséricordieux, du Très Miséricordieux. Un Livre dont les versets sont détaillés (et clairement exposés), un Coran [lecture] arabe pour des gens qui savent » (Coran 41 : 2-3)

« Si Nous en avions fait un Coran en une langue autre que l'arabe, ils auraient dit : « Pourquoi ses versets n'ont-ils pas été exposés clairement ? Quoi ? Un [Coran] non-arabe et [un Messager] arabe ? » Dis : « pour ceux qui croient, il est une guidée et une guérison ». » (Coran 41 : 44)

« Et l’Esprit fidèle est descendu avec cela sur ton cœur, pour que tu sois du nombre des avertisseurs, en une langue arabe très claire ». (Coran 26 : 193-195)

« Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un Coran arabe, afin que tu avertisses Oum al-Qoura (la Mecque) et ses alentours » (Coran 42 : 7)

« Nous en avons fait un Coran arabe afin que vous raisonniez. » (Coran 43 : 3)

« Et ceci est [un livre] confirmateur, en langue arabe, pour avertir ceux qui font du tort et pour faire la bonne annonce aux bienfaisants. » (Coran 46 : 12)

« C’est ainsi que nous l’avons fait descendre un Coran en [langue] arabe, et Nous y avons multiplié les menaces, afin qu’ils deviennent pieux ou qu’il les incite à s’exhorter ? » (Coran 20 : 113)

« Or, la langue de celui auquel ils font allusion est étrangère [non arabe], et celle-ci est une langue arabe bien claire. » (Coran 16 : 103)

Sans prétendre avoir une connaissance exhaustive de tout ce qui se rapporte à la langue arabe et à l’arabité, nous pouvons, à la lecture des versets précités, affirmer que la révélation :

1. a été transmise en langue arabe,

2. a d’abord été révélée à Oum al-Qoura et dans ses environs, c'est-à-dire à la Mecque et aux Arabes de la région et à travers eux au reste du monde,

3. a été transmise en langue arabe claire et intelligible dénuée d’imperfections altérantes,

4. est un avertissement et un présent offert aux Arabes dans leur langue qu’ils comprennent et non pas dans une langue étrangère.

Depuis le début, la révélation coranique est liée à l’Homme arabe.

Cela est un grand honneur fait aux Arabes et à leur langue et en même temps une responsabilité écrasante : « Tu n’es qu’un avertisseur, et à chaque peuple un guide. » (Coran 13 : 7) ; « C’est certainement un rappel [le Coran] pour toi et ton peuple » (Coran 43 : 44). De nombreux autres versets coraniques s’adressent au peuple du Prophète Muhammad (PSL) ou directement à lui pour évoquer son peuple. Dans le Coran, il n’y a aucun élément qui s’oppose aux nations et aux peuples.

Parmi les identités nationales, l’islam était favorable à l’arabité dénuée de paganisme, d’esprit de clan et de racisme contre les autres nations. L’islam a distingué l’arabité en s’adressant en premier lieu aux Arabes, en adoptant leur langue, en leur apportant le message et la responsabilité de sa préservation. L’islam est venu comme un prolongement du patrimoine arabe profondément ancré dans le monothéisme pur du Prophète Ibrahim (PSL). Nous n’avons mis l’accent sur le fait qu’Ibrahim était musulman monothéiste que pour insister sur son appartenance civilisationnelle authentique au peuple arabe. Le monothéisme était une croyance authentique dans le Hedjaz.

Certains utilisent de manière tendancieuse, ce qui a été révélé dans le verset : « Les Bédouins (al-a`rab) sont plus endurcis dans leur impiété et dans leur hypocrisie, et les plus enclins à méconnaître les préceptes qu’Allah a révélés… » (Coran 9 : 97). Ils utilisent ce verset à tort dans le but d’attaquer les Arabes au nom de l’islam et de creuser un fossé entre l’arabité et l’islam (1). Cette logique internationaliste souffre de deux problèmes qui sont liés l’un à l’autre :

1. l’ignorance de la langue arabe

2. la méconnaissance du Coran

Le mot « al-a`rab » signifie les bédouins et non pas les Arabes dans leur totalité. De même, tous les bédouins ne sont pas concernés par ce verset mais uniquement certains bédouins hypocrites (al-mounâfiqîn). Les versets suivants évoquent les bédouins croyants : « (Tel autre,) parmi les Bédouins, croit en Allah et au Jour dernier et prend ce qu’il dépense comme moyen de se rapprocher d’Allah… » (Conan 9 : 99). Les bédouins hypocrites et ceux qui se sont repentis et ont cru au message sont évoqués deux autres fois dans cette sourate.

Il n’y a aucune raison d’opposer l’islam à l’arabité ou l’arabité à l’islam sauf si l’arabité est païenne ou si la compréhension de l’islam est internationaliste ou déformée. La compréhension internationaliste de l’islam est toujours utilisée dans le but d’un contrôle des Arabes et des musulmans par des étrangers et dans le but de détruire leur relation fraternelle. A l’époque contemporaine, aucun différent entre les citoyens et les musulmans ne tire son origine du Saint Coran ou de la religion mais plutôt d’affaires politiques. Le plus sain pour les musulmans, d’un point de vue islamique et national, est que tous s’entendent et ne diffèrent pas afin qu’ils puissent combattre les ennemis commun de la oumma.


(1) Note de la traductrice : cette utilisation malfaisante du terme « al-a`rab » a été particulièrement développée par les orientalistes. Elle fut utilisée notamment pour traduire et commenter l’œuvre d’Ibn Khaldun qui, ayant étudié le Coran et la littérature, connaissait parfaitement la différence entre les deux termes. Cette lecture s’efforçait de donner un sens anti-arabe à l’œuvre d’Ibn Khaldun afin de justifier par des sources arabes les politiques racistes et colonialistes de l’Occident impérialiste contre les Arabes.


Photo


Ibrahim Alloush est un intellectuel palestinien qui vit en Jordanie. Son père, Naji Alloush, fut une figure importante de la résistance palestinienne dans les années 70. Pour lui, c'est le peuple arabe tout entier qui lutte en Palestine, et pas seulement le peuple palestinien. Il affirme également que les bases des fedayin palestiniens en pays arabes ne sont pas des bases extérieures : « Toute la nation arabe est mobilisée, et les armées arabes régulières doivent se préparer à une guerre complète, dont la résistance palestinienne n'est que l'un des aspects. Il faut même préparer toute la population arabe à une guerre populaire généralisée : la lutte palestinienne, locale certes, aura une existence panarabe, et la Palestine sera le chemin de l'unité arabe. » (Le Nationalisme arabe, Olivier Carré, p. 123) (Source Wikipédia)

Ibrahim Alloush, dans le texte ci-dessus, invite à fonder théoriquement une union nationale entre forces nationalistes et islamistes en cherchant à établir une base d'entente commune.

Lire aussi, du même auteur :

- "La solidarité des 'juifs pro-palestiniens' revisitée", sur ISM-France, 28 mai 2008

- "L'identité arabe de la Palestine", sur ISM-France, date non indiquée sur l'article original.


Source : Free Arab Voice

Traduction : Souad Khaldi

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Monde Arabe

Même sujet

Résistances

Même auteur

Ibrahim Alloush

Même date

10 septembre 2011