Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1875 fois

Syrie -

L’art de la guerre - De l’huile sur le cessez-le-feu

Par

Edition de mardi 22 décembre 2015 de il manifesto

La résolution 2254 sur la Syrie, approuvée à l’unanimité par le Conseil de sécurité de l’ONU, souligne « le lien étroit entre un cessez-le-feu et un processus politique parallèle ». Désamorçant le conflit, cela favoriserait un ralentissement des tensions au Moyen-Orient. Mais il y a un problème : sur les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité, trois -Etats-Unis, France et Grande-Bretagne- sont ceux qui ont le plus lourdement violé « la souveraineté et l’intégrité territoriale de la République Arabe Syrienne », qu’ils disent, dans la résolution, « soutenir fortement ». Ceux qui ont organisé « l’afflux croissant de terroristes en Syrie », pour lequel, dans la résolution, ils « expriment la plus grave préoccupation ».

L’art de la guerre - De l’huile sur le cessez-le-feu

Funérailles de Samir Kantar dans la banlieue-sud de Beyrouth, le lundi 21 décembre 2015
Le « cessez-le-feu » dépend ainsi surtout de ces trois puissances de l’Otan et de la Turquie, avant-poste de la guerre secrète contre la Syrie, et des autres membres de l’Alliance à commencer par l’Allemagne. Il dépend aussi d’une autre puissance, Israël, qui trempe dans cette guerre et d’autres. Quelles sont leurs intentions ?

Plus que les mots valent les faits. Le 18 décembre, le jour même où le Conseil de sécurité lançait la « road map pour la paix » en Syrie, l’Otan annonçait l’envoi de navires de guerre allemands et danois et d’avions radar Awacs en Turquie pour renforcer ses « défenses à la frontière avec la Syrie », coup direct en réalité contre la Russie dont l’intervention contre l’Ei est en train de changer l’issue de la guerre en faveur de Damas. Et le jour suivant, l’Otan annonçait qu’est prêt le premier des drones Global Hawk qui seront stockés à Sigonella, avec ceux des USA, pour la « surveillance terrestre », c’est-à-dire pour l’espionnage des pays qui sont dans le viseur stratégique USA/Otan.

Toujours en ce même jour où le Conseil de sécurité lançait la « road map pour la paix » au Moyen-Orient, l’Allemagne annonçait la remise à Israël du cinquième sous-marin d’attaque nucléaire. Comme documente Der Spiegel, ce sont des Dolphin modifiés pour le lancement de missiles cruise nucléaires, les Popeye Turbo avec une portée de 1500 Km, dérivés de ceux des USA. Avec le nouveau sous-marin rebaptisé Rahav (Poséidon) -dont le coût dépasse les 2 milliards de dollars, un tiers desquels financé par le gouvernement allemand- Israël renforce sa position d’unique puissance nucléaire dans la région, alors que l’Iran (qui à la différence d’Israël adhère au Traité de non-prolifération) renonce aux armes nucléaires et que la Syrie consigne ses armes chimiques construites comme dissuasion contre celles nucléaires d’Israël.

Le 19 décembre, le lendemain du jour où le Conseil de sécurité avait réaffirmé « la souveraineté et l’intégrité territoriale » de la Syrie, Israël détruisait à Damas un immeuble entier par des missiles lancés par deux chasseurs bombardiers, assassinant (avec des civils) le militant libanais Samir Kuntar : après 30 années de prison en Israël pour avoir combattu pour l’indépendance du Liban et de la Palestine, libéré dans un échange en 2008, il avait adhéré au Hezbollah en allant combattre l’Ei et pour cela avait été inscrit par Washington sur la liste des « terroristes mondiaux ».

Dans le même temps la France, soutenant au Conseil de sécurité le cessez-le-feu en Syrie, annonçait avoir reçu l’acompte sur les 7 milliards de dollars pour la fourniture de 24 chasseurs bombardiers Rafale au Qatar : le régime qui a alimenté, y compris avec des commandos infiltrés, la guerre en Syrie après celle qui a démoli la Libye. Avec l’Arabie Saoudite qui, après avoir financé avec des milliards de dollars l’Ei et autres groupes terroristes, participe à la coalition sous conduite USA « contre l’Ei » et a promu une « coalition islamique anti-terrorisme ».



Source : il manifesto

Traduction : Marie-Ange Patrizio

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Syrie

Même sujet

Assassinats ciblés

Même auteur

Manlio Dinucci

Même date

22 décembre 2015