Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3245 fois

Europe -

L'art de la guerre - L’Europe (dé)nucléarisée

Par

Édition de mardi 12 novembre 2013 de il manifesto

Les projecteurs des médias sont braqués sur Genève, où sont en cours des entretiens pour dénucléariser l’Iran, qui ne possède pas d'armes nucléaires et adhère au Traité de non-prolifération. Israël reste par contre dans l'ombre, bien que possédant des centaines d'armes nucléaires pointées sur l'Iran et d'autres pays, et n'adhérant pas au Traité de non-prolifération. Plus encore dans l'ombre reste le fait que les États-Unis, tandis qu'ils sont engagés à Genève à dénucléariser l'Iran, nucléarisent l'Europe en potentialisant les armes conservées en Allemagne, Italie, Belgique, Hollande et Turquie.

L'art de la guerre - L’Europe (dé)nucléarisée

Photo AFP non datée d'un avion B2 Spirit Bomber larguant une bombe B61-11 au-dessus d'un lieu non précisé
Ce sont environ 200 bombes B-61, qui s'ajoutent aux plus de 500 têtes nucléaires françaises et britanniques prêtes au lancement. Selon une estimation basse, il y en a en Italie 70-90, stockées à Aviano (Frioul) et Ghedi Torre (Brescia, province de Milan). Mais il pourrait y en avoir davantage, y compris dans d'autres sites. On ne connaît pas davantage le nombre d'armes nucléaires qui se trouvent à bord des unités de la Sixième flotte et autres navires de guerre qui accostent dans nos ports.

Ce qu'on sait officiellement, c'est qu'à présent les B61 seront transformées de bombes à chute libre en bombes « intelligentes » qui, grâce à un système de guidage satellite et laser, pourront être larguées à une grande distance de l'objectif. Les nouvelles bombes nucléaires à guidage de précision, dont le coût prévu est de 8-12 milliards de dollars pour 400-500 bombes, auront une puissance moyenne de 50 kilotons (environ quatre fois la bombe de Hiroshima).

D’autres aspects, sortis d'une audition de la sous-commission du Congrès sur les forces stratégiques (29 octobre), éclairent de façon plus inquiétante encore toute l'affaire. Washington assure que « l'OTAN restera une alliance nucléaire » et que, « même si l'OTAN s'accordait avec la Russie pour une réduction des armes nucléaires en Europe, nous aurions toujours l'exigence de compléter le programme de la B61-12 ». La nouvelle arme remplacera les cinq variantes de l'actuelle B61, y compris la bombe pénétrante anti-bunker B61-11 de 400 kilotons, et la maxi-bombe B83 de 1200 kilotons. En d'autres termes, elle aura la même capacité destructrice que ces bombes plus puissantes. En même temps, la B61-12 « sera intégrée avec le chasseur F-35 Joint Strike Fighter », fait doublement important car « le F-35 est destiné à devenir le seul chasseur à double capacité, nucléaire et conventionnelle, des forces aériennes des États-Unis et de nombreux pays alliés ». Celle qui va arriver bientôt en Italie et dans d’autres pays européens n'est donc pas une simple version modernisée de la B-61, mais une arme polyvalente qui aura la fonction de plusieurs bombes, y compris celles projetées pour « décapiter » le pays ennemi, en détruisant les bunkers des centres de commandement et d’autres structures souterraines dans une first strike nucléaire.

Comme les bombes anti-bunkers ne sont pas aujourd'hui déployées en Europe, l'introduction de la B61-12, qui accomplit aussi leur fonction, renforce la capacité offensive des forces nucléaires USA/OTAN en Europe. Les pilotes italiens – qui sont entraînés à l'utilisation des B-61 avec les chasseurs Tornado, comme cela s’est fait dans la manœuvre « Steadfast Noon » qui s'est déroulée à Aviano et Ghedi dans la seconde moitié d'octobre, seront sous peu entraînés à l’attaque nucléaire avec les F-35 armés de B61-12. De cette façon l’Italie viole le Traité de non-prolifération qui l'engage à « ne pas recevoir de qui que ce soit des armes nucléaires ». Et les États-Unis le violent parce qu'ils se sont engagés à « ne pas transférer à qui que ce soit des armes nucléaires ni le contrôle sur de telles armes ».

Mais tout cela ne se voit pas parce que les projecteurs des médias sont braqués sur le show de Genève.
 

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Europe

Même sujet

Impérialisme

Même auteur

Manlio Dinucci

Même date

14 novembre 2013