Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3785 fois

OTAN -

L'art de la guerre - Le partenaire possessif de l’Union européenne

Par

Edition de mardi 29 mai 2012 de il manifesto

L’Otan a un « partenaire unique et essentiel » : l’Union européenne. C’est ce que déclare le Sommet de Chicago, en jurant de vouloir « une défense européenne plus forte et plus compétente ». A condition, naturellement, qu’elle soit aux mains de l’Otan et que l’Otan reste sous commandement étasunien. Quelle « défense » l’Otan assure-t-elle à l’Europe ? Avant tout, 22 des 27 pays membres de l’Ue sont membres d’une alliance dans laquelle le « commandant suprême en Europe » est toujours étasunien, nommé par le président des Usa. Et, confirme le Sommet, « la porte de l’Otan reste ouverte à toutes les démocraties européennes qui en partagent les valeurs ». En d’autres termes, après avoir englobé neuf pays de l’ex-pacte de Varsovie (dont trois de l’ex-URSS) et trois de l’ex-Yougoslavie, l’Otan s’étend encore plus à l’est, adossée à la Russie. Elle confirme de fait que « la Géorgie deviendra membre de l’Otan » et que « la région de la Mer Noire continue à être importante pour la sécurité euro-atlantique ».

L'art de la guerre - Le partenaire possessif de l’Union européenne

C’est pourquoi ses navires de guerre sont de plus en plus présents en Mer Noire, où en juillet ils effectueront l’opération Sea Breeze (Brise de mer… NdT) avec la marine ukrainienne. Plus intense encore, cette activité militaire de l’Otan, toujours sous commandement Usa, dans les républiques ex-soviétiques d’Estonie, Lettonie et Lituanie : les exercices navals de l’opération Open Spirit (Esprit ouvert... ?! NdT) étant terminés le 25 mai, commencera le 4 juin la Baltops (Baltic Operations, prosaïque, NdT) avec 30 navires de guerre, suivie le 11 juin de celle, aérienne, de Saber Strike (Coup de sabre… NdT). Au Sommet de Chicago, on a annoncé que la « Mission de police aérienne » dans les États Baltes continuera, c’est-à-dire que seront déployés de façon permanente dans la base Zokniai des forces aériennes Otan à double capacité, conventionnelle et nucléaire. 

L’an prochain se tiendra dans la région baltique la grande manœuvre Steadfast Jazz ( Jazz tenace... NdT) de la « Force de riposte Otan », qui augmentera la capacité des forces armées de l’Alliance pour « effectuer de plus amples opérations conjointes de gestion des crises ». Et tandis que les États-Unis continuent à moderniser leurs propres forces nucléaires, en les conservant en Europe avec celles britanniques et françaises, le Sommet Otan se déclare « profondément préoccupé par la prolifération des armes nucléaires et de leurs vecteurs ». Il annonce ainsi la première phase du « système de défense de missile », c’est-à-dire l’extension à l’Europe du « bouclier » étasunien : initialement, un radar en Turquie, des missiles intercepteurs en Roumanie et Pologne, des navires Aegis en Méditerranée.

A Washington, on assure que le « bouclier » n’est pas dirigé contre la Russie, mais qu’il sert à faire face à la menace des missiles iraniens. A Moscou, on le considère par contre comme une tentative de prendre un avantage stratégique sur la Russie. Le plan prévoit le déploiement de missiles adossé au territoire russe et, comme ce seront les États-Unis qui les contrôleront, personne ne pourra savoir s’ils sont intercepteurs ou si ce sont des missiles pour l’attaque nucléaire. La Russie prévient qu’elle prendra des contre-mesures, dont l’installation d’un radar et de missiles mobiles Iskander dans l’enclave de Kaliningrad. Indépendamment de son efficience réelle, le « bouclier » fonctionne donc déjà : il sert à créer de nouvelles tensions, en justifiant un renforcement ultérieur de la direction et de la présence militaire étasunienne en Europe. C’est-à-dire la prédominance du partenaire transatlantique sur l’Europe.

Si c’était un mariage, les motifs d’un divorce seraient réunis.
 

Source : Il Manifesto

Traduction : Marie-Ange Patrizio

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

OTAN

Même sujet

OTAN

Même auteur

Manlio Dinucci

Même date

29 mai 2012