Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3469 fois

L’art de la guerre - Qui est en tête du cortège

Par

Edition de mardi 13 janvier 2015 de il manifesto

Deux millions de personnes (d’après la police, NdT), après les attentats terroristes, ont traversé Paris en cortège, en en faisant (d’après le président Hollande) la « capitale de la liberté » dans le monde. En effet le sentiment prévalant, qui a fait se mobiliser autant de gens de diverses nationalités, était celui de revendiquer de se libérer de la haine, de la violence terroriste, de la guerre.
Mais en tête du cortège se trouvaient justement certains des principaux responsables des politiques qui ont conduit à tout cela. Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’Otan, l’alliance conduite par les USA qui dans la guerre contre la Libye en 2011 et celle en cours contre la Syrie a armé et entraîné des groupes islamistes auparavant qualifiés de terroristes.

L’art de la guerre - Qui est en tête du cortège

Le Premier ministre turc, le roi de Jordanie et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, pays qui fournissent aujourd’hui même à l’Etat Islamique des armes, de l’entraînement, des voies de transit et des financements pour mener la guerre en Syrie et en Irak.

Le Premier ministre britannique Cameron et l’ex président français Sarkozy, qui ont employé des forces spéciales et des services secrets pour des opérations terroristes en Libye, Syrie et autres pays.

Le Premier ministre Renzi, représentant cette Italie qui, en participant à la démolition de l’Etat libyen, a contribué à incendier l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

Le président Hollande, promoteur de l’opération militaire lancée par la France au Mali et au Niger (représentés par leurs présidents respectifs au cortège parisien), officiellement pour les aider à combattre les terroristes islamistes, en réalité pour en exploiter les riches matières premières (or, coltan, uranium et autres), dont le produit va finir dans les poches des multinationales et des élites locales.

Le Premier ministre israélien Netanyahu qui, exploitant le deuil pour les quatre victimes juives d’un des attentats terroristes à Paris, essaie de faire oublier les milliers de victimes palestiniennes, parmi lesquelles des centaines d’enfants, dans l'opération « Plomb durci » et dans les suivantes qu’il a ordonnées contre Gaza.

Le fait qu’au cortège parisien se trouvât aux premiers rangs Abu Mazen, en habit non pas de président palestinien mais de représentant du Fatah, n’est pas l’indice d’un changement de politique par Israël. Par sa présence en tête du cortège, Netanyahu essaie de faire oublier aussi le soutien qu’Israël fournit aux opérations terroristes des « rebelles » en Syrie.

En tête du cortège aurait dû aussi se trouver en position prééminente le Secrétaire d’Etat étasunien John Kerry, qui a préféré cependant rester en Inde pour établir des accords fonctionnels anti-chinois et anti-russes. Les USA étaient représentés à Paris par le ministre de la justice Eric Holder, qui a participé à une réunion avec les ministres de l’Intérieur de 11 pays européens dont l’Italie. Kerry arrivera dans la capitale française le 14 janvier, pour préparer un « sommet sur la sécurité globale » qui se tiendra le 18 février à Washington.

En attendant, le Premier ministre Manuel Valls annonce que « la France est en guerre contre le terrorisme et est prête à adopter de nouvelles mesures ». L’Occident est ainsi en train de se resserrer de façon compacte, sous direction étasunienne, sous la motivation officielle de devoir affronter la menace du terrorisme. Celui qu’il a lui même contribué à créer et qu’il a alimenté, dans les tragiques situations sociales provoquées par les guerres déclenchées en plus de vingt ans. Dont les militants de base jouent, presque toujours inconsciemment, un rôle servant les intérêts des puissances qu’ils pensent combattre.

En aidant ainsi celui qui, en tête du cortège de l’Occident, essaie, tel le joueur de pipeau magique, de l’enchanter avec sa musique, en le conduisant sur le chemin qui amène au gouffre de la guerre.

Photo




Source : Il Manifesto

Traduction : Marie-Ange Patrizio

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.

Faire un don

Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même sujet

Islamophobie

Même auteur

Manlio Dinucci

Même date

13 janvier 2015