Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1863 fois

France -

L'échec politique du Forum Civil Euromed des 3 & 4 Novembre 2008 à Marseille

Par

> ameer@ittijah.org

Directeur général d’Ittijah – Union des Associations de la communauté Arabe

En tant que co-fondateur de la plate-forme des ONG Euromed depuis 2002, et que personnalité active dans le processus de sa construction, j'ai été très déçu de la déclaration finale et du Plan d'action publiés par le Forum à Marseille, les 3 et 4 Novembre 2008.
J'ai été choqué par la marginalisation de l’expression politique du Forum sur la question centrale de la Palestine, y compris dans le cas des réfugiés palestiniens et du droit de retour.

Cela a été encore plus choquant d'assister à l'absence de sujets comme le crime commun d’Israël et du monde dans le siège de Gaza, le Mur de l'Apartheid sioniste qui bloque et sépare les terres et le peuple de Palestine, les 11.500 prisonniers politiques palestiniens dans les prisons israéliennes et la criminalisation par Israël de tout lien entre les Palestiniens dans le pays d'origine et la diaspora et même au sein de notre patrie (la bande de Gaza, Jérusalem, les secteurs de Palestine48 et la Cisjordanie ).

Toutes ces questions ont été «oubliées» dans le Forum civil, sous le titre de: "Déplacement et Vivre ensemble dans l'espace Euromed»??

Comment des représentants de la société civile peuvent-ils adopter une telle déclaration dont le langage et le ton suivent plus le langage de l’expression politique israélienne et son président Shimon Peres (à l'origine de l'armement nucléaire israélien et le responsable officiel du massacre de Qana au Liban en 1996) qui considérerait cette déclaration trop modérée!

Sur quelle base la déclaration appellerait-elle à l'indépendance de la société civile si la plate-forme adoptait la voix du gouvernement?

Dans certains cas, ironiquement, la voix de la société civile est perçue plus gouvernementale que celle des gouvernements et plus diplomatique que celle des diplomates! Cependant, à quoi sert, une plate-forme et un Forum civil s’ils ne font pas pression en faveur de l’agenda de la société civile?

Que peuvent venir chercher des réfugiés palestiniens auprès de la plate-forme quand elle ne mentionne pas leur droit de retourner dans leurs foyers et propriétés en Palestine historique?

Avant de parler de la marginalisation de la Palestine, je pense que le langage concernant l'immigration en Europe ne tient pas compte des causes historiques profondes, c'est-à-dire l'héritage colonial des pays européens dans la région arabe.

La responsabilité européenne est non seulement basée sur les droits de l'homme, mais l'un des éléments de la richesse de l'Europe est sa colonisation de l'Afrique, de la région arabe et du monde entier dans le passé. L'Europe a l’obligation d’aborder sa responsabilité historique directe dans le sous-développement imposé au Sud.

La société civile devrait demander une justice historique et un dédommagement pour l’injustice coloniale. Bien sûr, les régimes arabes sont responsables, mais cela n’empêche pas de reconnaitre les véritables causes profondes historiques. Par conséquent, le Forum Civil considère-t’il la société civile comme un acteur dans le cadre gouvernemental ou comme une entité indépendante?

C’était consternant de voir la perte de l'esprit d’indépendance dans l’expression de la société civile et j’implore toutes les organisations de la société civile à exhorter la présidence de l'UE et tous les gouvernements de l'UE à cesser de collaborer avec la stratégie israélo-américaine dans la région et à respecter les résultats des élections du Conseil Législatif Palestinien basés sur les votes de la communauté palestinienne en Cisjordanie et à Gaza; L'UE ne doit pas devenir un partenaire dans le crime collectif contre la population palestinienne dans la bande de Gaza.

Que signifie la déclaration du communiqué : "Nous demandons à la communauté internationale et en particulier à l'Union européenne d'appliquer immédiatement les résolutions des Nations Unies"? Est-cela le plan d’action de la plate-forme et de la société civile ?
Le siège de Gaza est un crime contre l'humanité avec le soutien de la communauté internationale et il n'y a pas de résolution de l'ONU publiée sur ce sujet.

Où est la voix de la société civile arabe qui devrait être la première à porter des sanctions contre Israël et non contre les Palestiniens et à boycotter Israël en tant qu’entité coloniale raciste? Où est l’expression de soutien aux mouvements de solidarité dans le monde entier en faveur de la Palestine, d’une paix juste et contestant le siège de Gaza?

La Déclaration, dans le 2ème paragraphe, stipule ce qui suit: "Ces valeurs (de la Déclaration universelle des droits de l'homme) sont des standards universels auxquels tout le monde, tous les hommes et les femmes, a le droit de bénéficier. Ignorer ou diminuer ces valeurs, que ce soit au nord ou au sud de la Méditerranée, permettra de renforcer les dictatures, les pires injustices et la violence aveugle ".

Encore une fois, le problème est lié à ce qui n'est pas mentionné. Israël n'est pas considéré comme une dictature, mais comme une "démocratie occidentale" et représente plus de 60 ans de guerre, de crimes racistes et de violations des droits de l'homme. Cet aspect qui est le plus influent négativement dans le processus Euromed n’est pas mentionné.


Dans le 4ème paragraphe, il est mentionné: "Cela implique que chaque État soit reconnu à l'intérieur de ses frontières», comment cela est-il appliqué à la Palestine et à l'occupation israélienne.
Cela ne signifie pas du tout l'autodétermination, de plus une telle position s’oppose, par définition, au droit de retour des réfugiés palestiniens dans leurs terres, leurs maisons et leurs propriétés d'origine. Mais plus encore, c’est le «langage» des frontières d’États qui représentent une voix gouvernementale, tandis que la société civile, de par sa nature, devrait insister sur les droits - et, dans ce contexte, sur les droits des personnes.

Je m'attends à ce que certains collègues s'opposent à cette critique et affirment que la bande de Gaza et "l'occupation coloniale" sont mentionnées dans la déclaration, mais en fait les deux sont mentionnés dans un contexte plus large, tout en excluant le «mur» et le droit au retour des réfugiés palestiniens. Tous ce qui est mentionné n'est pas indiqué dans le cadre du plan d'action, ce qui signifie que ce ne sont des questions sur lesquelles ont doit se concentrer et donner suite.

Sur la base de ce qui précède, je crois que la déclaration reflète les dimensions politiques qui sont totalement inconnues à l'indépendance de la société civile. En tant que co-fondateur de la plate-forme, je vois que les changements structurels internes imposés à la plate-forme par un affaiblissement de la position, de la représentation, de l'impact politique des réseaux nationaux (en particulier la représentation palestinienne) et que la transformation de la plate-forme en des dimensions thématiques de l'UE sont largement reflétés dans les résultats du Forum Civil 2008 de Marseille.

Je crois aussi que cette déclaration spécifique invite les structures de la société civile à vérifier leur nécéssité de la plate-forme.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

France

Même sujet

Même auteur

Ameer Makhoul

Même date

11 novembre 2008