Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1502 fois

Palestine -

L'enfer de la prison de Moskobiyya : Israël lance une vaste campagne d'arrestations en Cisjordanie

Par

Rapports de Nadi al-Asir al-Filistini et agences palestiniennes d'information

Les prisonnières entament une grève partielle de la faim.
Les forces de l'occupation ont lancé une vaste campagne d'arrestation dans diverses provinces de la Cisjordanie. Plusieurs cadres et militants des organisations palestiniennes ont été arrêtés suite à des raids de l'armée d'occupation, accompagnée de chiens, dont les soldats tiraient partout.

- Les prisonnières entament une grève partielle de la faim

L'avocat de Nadi al-asir al-Filistini, Raed Mahamid, a pu visiter quelques femmes prisonnières dans la prison de Telmond. Il a appris que la direction de la prison a mené une opération répressive à l'encontre des prisonnières et a pris des mesures graves, ce qui a mené les prisonnières à déclarer la grève de la faim, menaçant d'intensifier le mouvement si la situation de la répression se maintient.

La prisonnière Raeda Muhammad Jadallah de Nablus a déclaré que la direction de la prison a provoqué les prisonnières en les arrosant de gaz, ce qui a fait suffoquer Nour, le fils de Manal Ghanem, né en prison.

La direction de la prison a pris une série de mesures répressives à l'encontre des prisonnières suivantes qui ont été isolées :
1 - Amina Mouna, représentantes des prisonnières, isolée à Ramleh.
2 - Abdo Abu Aysha, isolée à Ramleh.
3 - Rawan Thawabte, isolée à Ramleh.
4 - Aman Nasr Amer, isolée à Ramleh.
5 - Nisrine Abu Zayna, de Nablus, isolée à Telmond.
6 - Ummaya Damj, isolée à Telmond.
7 - Rawiya Sheikh, isolée à Telmond.

Les prisonnières ont été soumises au shabeh, pendant toute une nuit, et elles ont été sauvagement battues par les gardiennes.

La prisonnière Jadallah a déclaré que si ces mesures d'isolement se poursuivent, elles vont poursuivre une grève illimitée de la faim.

De son cêté, la prisonnière Mariam Tarabine d'Ariha souffre d'une situation psychologique délicate, il est réclamé une intervention rapide des organisations humanitaires pour mettre fin à son incarcération.

La prisonnière Rasha Khaled Izza de Bethlehem a réclamé l'intervention rapide pour libérer Manal Ghanem et son enfant Nour, et refuser que l'enfant soit séparé de sa mère.

- De leur cêté, les prisonniers de Beer Saba', qui se trouvent dans les sections d'Ishel et d'Ohali Kedar affirment que leurs conditions sont très difficiles et se détériorent de jour en jour.

Les prisonniers malades sont nombreux, parmi eux se trouvent Hasan Abdel Karim Muhammad Joude, 46 ans, de Nablus, qui est devenu presque aveugle, et son cas nécessite une intervention chirurgicale rapide et Khalil Muhammad Abu Aliye, 40 ans, de Gaza.

Les parents en visite sont constamment fouillés de façon humiliante, ce qui a amené les prisonniers à refuser leurs repas et boycotter la direction de la prison.

Les prisonniers en isolement réclament la fin de leur isolement :
Ahmad al-Moghrabi, Mahmoud Issa, Hassan Salameh et Muhammad Jaber.

Le prisonnier Hani Badawi Saïd Jaber, d'al-Quds, détenu depuis plus de 20 ans et condamné à perpétuité lance un appel pour qu'il puisse recevoir la visite de son père malade, dont il n'a pas reçu la visite depuis 5 ans. Il demande que les organisations humanitaires puissent le faire venir à la prison, en ambulance.


- Les forces de l'occupation ont lancé une vaste campagne d'arrestation dans diverses provinces de la Cisjordanie . Plusieurs cadres et militants des organisations palestiniennes ont été arrêtés suite à des raids de l'armée d'occupation, accompagnée de chiens, dont les soldats tiraient partout.

Dans la province de Ramallah, plus de 30 personnes ont été arrêtées, dont sheikh Hassan Youssef, dirigeant du mouvement Hamas qui avait été libéré quelques mois auparavant. Parmi les personnes arrêtées, le journaliste Nael Mahmoud Nakhle, correspondant de plusieurs quotidiens arabes et du centre al-asra, spécialisé dans les informations sur la condition des prisonniers palestiniens et arabes.

Dans la province d'al-Khalil, 60 personnes ont été arrêtés, dont Jamal Abu Jadayel, maire de Sumu', Usama Muhammad Hassan Najjar, Khaled Tayseer Ghannam, Atef Ali Hussayn Raba', Saqr Mustafa Muhammad Qawasmeh, Nizar Ramadan, un des dirigeants du mouvement Hamas dans la province.


Dans la province de Bethlehem, le nombre des personnes arrêtées s'est élevé à 7, la plupart étant des dirgeants politiques du mouvement Hamas et des candidats aux élections législatives palestiniennes, parmi lesquels Muhammad Ghazal, sheikh Ahmad al-Hajj et sheikh Tayseer Umran.

Selon d'autres sources (Nida' al-Quds), les forces de l'occupation ont également arrêté ce lundi matin, dans la province de Bethlehem,
Muhammad Jamal Hamamida (24 ans), du camp Dhayshe,
Jamal AbdelSalam Hamad (17 ans) de Dhayshe,
sheikh Diab Awadallah Shu'biyat, 45 ans, de Beith Sahour,
les deux frères Shadi et Muhannad Jubran Danoun, 24 ans, de Beit Sahour,
Rateb Ibrahim Ali Asakira, 32 ans,
Muhammad Khaled Khalil Asakira, 19 ans, du village Asakira, à l'est de Bethlehem,
Abdel Hakim Hamid Souman, 35 ans, de Beit Ta'mor,
Ahmad Ibrahim Ahmad Ali, 23 ans, de Rakhme.


Dans la province de Tulkarm, cinq personnes ont été arrêtés, dont Salah Jallad, Naser Khalil Abu Diya, Yousef Nader Zaqut, et dans les provinces de Jénine, Toubas et Qalqilya, 25 personnes cadres du Fateh et de Hamas ont été arrêtées.

Rien que dans le village al-Yamoun, près de Jénine, ont été arrêtés Muhammad Dhib Abu Hassan, sheikh Amin al-Itr, Husni Abahira.

- La famille du sheikh Zayd Zakarne, directeur des awqaf et président du comité de la zakat, lance un appel aux institutions humanitaires internationales, leur demandant d'intervenir et de faire pression sur les autorités de l'occupation afin de libérer immédiatement sheikh Zakarne, à cause de la détérioration de sa santé et la nécessité de recevoir des soins.

Son épouse a déclaré que les autorités de l'occupation ont mené un raid contre leur maison, et après avoir fouillé et semé le désordre dans la maison, le sheikh a été arrêté et emmené, sans qu'il puisse emporter ses médicaments. Sheikh Zakarne souffre de plusieurs maladies nécessitant des soins quotidiens.

Le comité de la zakat a publié un communiqué dans lequel il dénonce l'arrestation de sheikh Zakarne et de Ahmad Salatine, directeur du bureau du comité à Jénine, exigeant leur libération immédiate, tous deux travaillant dans les institutions de l'Autorité palestinienne et responsables de services sociaux dans la ville de Jénine.

- Suite à sa visite à la prison d'al-Moskobiyya, le 23 septembre dernier, l'avocat de Nadi al-asir al-Filistini a déclaré que les prisonniers palestiniens ont récemment subi une violente attaque de la part de la police de la prison, l'unité Nahshon.


Le 20 septembre, les prisonniers ont rendu leur repas en signe de protestation, déclarant qu'ils voulaient entamer une grève de la faim pour protester contre leur détention de longue durée dans ce centre d'interrogatoire, alors que les interrogatoires sont achevés.

Une unité de la police Nahshon est alors intervenue pour la répression du mouvement : les prisonniers ont été attachés, les mains derrière le dos, d'autres les pieds et les mains, et tous ont été attachés aux lits.

Les policiers sont ensuite sortis.

Mais les prisonniers présents dans la cellule al-manfa, constituée de deux pièces, l'une de 2x3,5 m et l'autre de 1x1,5 m ont vu rentrer une unité plus importante de cette police qui a sorti quelques prisonniers, les dénudant entièrement devant leurs frères, et se mettre à les battre avec des matraques, les mains, les pieds, les chaussures, sur tout le corps, provoquant des blessures à plusieurs prisonniers. Les coups étaient accompagnés d'insultes et de mots grossiers visant à humilier les prisonniers.

Les prisonniers ont ensuite été mis les uns aux cêtés des autres, tous nus, puis le prisonnier Saïd Jarrar a été mis, tout nu, sur le prisonnier Yousef Jumaa, ce qui rappelle les scènes horribles de la prison d'Abu Ghrayb, en Iraq.

Les scènes de violence étaient visibles sur les corps de toutes les victimes.

Ces agressions ont été menées sur dix prisonniers :
1 - Nayef al-Bazar.
2 - Abdallah Fayad, de Tulkarm.
3 - Saleh Abu Izza.
4 - Alaa Rayan.
5 - Nader Dik.
6 - Yousef Jumaa.
7 - Shadi Saayde.
8 - Saïd Jarrar, qui a une fracture à la jambe).
9 - Ramzi al-Khatib, d'al-Khalil (fils d'Abu Rasmi, dont deux fils ont été récemment arrêtés, le troisième se trouvant à Nafha depuis deux ans).
10 - Sulayman Skafi.


Nadi al-asir réclame une enquête internationale sur les agissements graves et inhumains de la police Nahshon dans la prison de Moskobiyya.
Il réclame l'intervention immédiate des institutions et organisations de droits de l'homme pour constater les violations flagrantes des droits des prisonniers mais aussi des crimes de guerre commis par les autorités de l'occupation.


L'avocat de Nadi al-asir al-Filistini, Hussayn Sheikh, a visité récemment la prison d'Atzion, au sud de la ville d'al-Khalil et a rapporté que les soldats de l'occupation ont agressé sauvagement le prisonnier Murad Salah Abdel Fattah Qawasmeh, âgé de 20 ans et de la ville d'al-Khalil. 5 soldats ont sauvagement battu le prisonnier, lors de son arrestation dans la région de Wad Abu Dajan, alors qu'il avait les yeux bandés.
Sa mâchoire inférieure et sa jambe droite ont été cassés.
Le prisonnier a été transporté à l'hêpital pour recevoir quelques soins puis mis en prison. Les traces de coup sont visibles.


L''avocat Karim Hammouda a visité plusieurs prisonniers à Ofer, le 20 septembre dernier, et a noté que les prisonniers manquent de soins médicaux. Les prisonniers souffrent également de la surpopulation et réclament la visite de la Croix-Rouge.

L'avocat a déclaré que les prisonniers manquent également de nourriture, les rations étant trop maigres. Il a noté la saleté des cellules, l'éclairage faible et l'impossibilité aux prisonniers de faire leurs propres repas. Les parents qui visitent les leurs sont humiliés et obligés d'attendre longtemps.




Nouvelles de la campagne internationale


Le mouvement des prisonniers a envoyé un message appelant l'ensemble des organisations et forces politiques nationales et islamiques, ainsi que les institutions officielles et populaires à participer activement à la campagne internationale lancée par le ministère palestinien aux affaires des prisonniers et libérés.

Le mouvement a rappelé que 1200 prisonniers palestiniens détenus dans la prison du Naqab sont en train de préparer des activités pour attirer l'attention sur les conditions de détention et les visées de l'occupant sioniste en les emprisonnant.


Le comité national pour la défense des prisonniers soutenu par les forces nationales et islamiques a organisé une marche le dimanche 25 septembre, en solidarité avec les prisonniers. Les élèves des écoles de la ville ont participé à cette marche au cours de laquelle le préfet de la ville a demandé à l'autorité palestinienne de considérer le dossier des prisonniers comme un dossier prioritaire car "la demande de la libération des prisonniers est une demande générale de tous les Palestiniens".

Quant au maire par intérim de la ville, Hashim al-Masri, il a déclaré que la libération des prisonniers doit constituer une priorité, que ce dossier doit être traité avec sérieux et responsabilité, et l'autorité devra utiliser tous les moyens à sa disposition pour faire libérer les prisonniers. Il a refusé les critères sionsites envers les prisonniers, car a-t-il ajouté, "tous les prisonniers appartiennent à la même cause, le dossier ne peut être divisé et être soumis aux critères de l'occupant".


La mère du prisonnier Amjad Abu Khaled, du village de Kufr Thalath, a déclaré au cours de la marche, en portant la photographie de son fils, que ce dernier "a passé 14 ans dans les prisons de l'occupation, il se trouve actuellement à Gilboa.

Comment le monde peut-il rester muet face un tel crime, où des milliers sont détenus dans des conditions inhumaines", indiquant que so fils a été soumis aux tortures les plus barbares dans les centres d'interrogatoire. Elle a demandé à l'autorité palestinienne de ne pas oublier les prisonniers et de considérer la cause des prisonniers en toute priorité.

Dans la ville de Jénine, le correspondant local, Ali Samoudi, rapporte que les femmes ont organisé une marche de protestation vers la prison de Salem, en solidarité avec les prisonniers palestiniens. Elles ont réclamé la libération de tous les prisonniers ainsi que les dépouilles des martyrs qu'Israël refuse de rendre aux familles.

Les participants, mères, épouses et filles des prisonniers et prisonnières ont organisé un sit-in avec la participation des représentantes des organisations féminines et notamment du département des femmes dans l'union des Travailleurs, puis elles ont marché vers le camp de Salem, portant les photos des prisonniers, les drapeaux palestiniens et les banderoles appelant à la fin des négociations avec l'occupant et la remise en cause de la trêve, tant qu'il y a encore des prisonniers dans les geêles israéliennes.

D'importantes forces militaires de l'occupant se sont massées dans la région pour bloquer la marche et l'empêcher d'atteindre le camp militaire de Salem. Par haut parleurs, les dirigeants du camp militaire ont demandé aux familles de ne pas s'approcher, mais celles-ci ont poursuivi leur marche jusqu'au camp, criant leur colère et dénonçant l'occupation.

Devant la prison, les femmes ont déclamé des poèmes, lu des lettres et des messages expliquant la souffrance des prisonniers.

L'avocat Ghada Shadid a déclaré que la manifestation du dimanche faisait partie de la campagne lancée par le comité populaire de Jénine pour mettre la question des prisonniers et des dépouilles des martyrs en priorité, affirmant que malgré les menaces que font peser les soldats de l'occupation, il n'y a ni paix ni stabilité dans la région tant que les prisonniers ne seront pas tous libérés.

Les femmes ont lancé un appel aux organisations internationales leur demandant de réclamer la libération de tous les prisonniers palestiniens et de mettre fin aux violations des droits des prisonniers.



Participons massivement à la
campagne internationale de solidarité
avec les prisonniers palestiniens et arabes dans les geêles sionistes

Multiplions les initiatives et organisons la solidarité
Réclamons la libération immédiate des 32 détenus depuis plus de 20 ans


Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Nadi al-Asir

Même date

26 septembre 2005