Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3262 fois

Gaza -

L’insécurité alimentaire a augmenté après la guerre

Par

Des milliers de Palestiniens vivant dans la bande de Gaza dans l'insécurité alimentaire sont confrontés à une situation encore pire, après qu’un grand nombre de têtes de bétail et de terres agricoles aient été gravement endommagés ou détruits au cours de l'agression militaire d'Israël, qui a commencé le 27 Décembre.
La situation alimentaire, déjà fragile dans la bande de Gaza, a été sérieusement aggravée par le conflit, selon un rapport publié par l’Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

L’insécurité alimentaire a augmenté après la guerre


Photo: Shabtai Gold/IRIN : Les employés d’Aid Life déchargent des marchandises désespérément nécessaires dans la Bande de Gaza

Les poulets et la viande sont maintenant très chers ou introuvables alors que les fruits et légumes frais ne seront pas disponibles avant le mois de mai en raison des récoltes détruites, selon le Programme Alimentaire Mondial (PAM) dans la bande de Gaza.

Une opération d'urgence a été approuvée conjointement par la FAO et le PAM en janvier pour fournir de la nourriture aux 365.000 habitants les plus touchés dans la bande de Gaza, y compris les cas sociaux difficiles, les personnes déplacées et les agriculteurs d’ici le 19 janvier 2010.

"Une partie de l'opération d'urgence est en cours de révision en raison de la guerre», a déclaré le coordonnateur du PAM dans la bande de Gaza, Jean-Noël Gentile. "Le PAM a procédé à une évaluation de la sécurité alimentaire d'urgence, et des recommandations seront publiées cette semaine qui confirmeront ou augmenteront le chiffre de 365000".

Le PAM a commencé la distribution dans les écoles et la distribution générale commencera cette semaine, a déclaré Gentile, bien que l'aide ait continué pendant la guerre.

En général, l'UNRWA fournit de la nourriture aux réfugiés et le PAM aux non-réfugiés, bien que depuis la guerre, il y ait eu quelques opérations communes.

L'opération d'urgence s'inscrit dans le cadre du récent appel des Nations Unies de 613 millions de dollars pour la bande de Gaza. (Ocha).

Une réponse d'urgence aux prix élevés des produits alimentaires en Cisjordanie a également été approuvée conjointement par la FAO et le PAM pour aider 31.000 Palestiniens par des bons de caisse payables en espèces, d’un montant total d’environ 4,17 millions de dollars (équivalant à environ 5000 tonnes de nourriture) pendant 12 mois juqu’en janvier 2010.

"250.000 poulets - environ 10% de la production totale - ont été tués pendant la guerre», a déclaré le responsable de l’agriculture du Programme pour le développement des Nations Unies (PNUD), Jihad al-Khatib, basé à Gaza. "Le nombre d'élevages de volailles détruits pendant la guerre a créé 25% de déficit de sécurité alimentaire dans la bande de Gaza".

La plupart des élevages de volailles sont situés dans la zone tampon (le long de la frontière entre Gaza et Israël) et sont toujours inaccessibles, a déclaré Al-Khatib. Environ 17% des bovins, des moutons et des chèvres ont également été tués.

"Mes trois fermes de poulets près de Netzarim [l'ancienne colonie où les forces israéliennes avaient construit une base militaire temporaire au cours de la guerre] ont été détruites, et chaque ferme était de 650 m² avec 6400 poulets", a déclaré Hussein al-Rayes, propriétaire de la Steak House, un distributeur de poulets dans la ville de Gaza.

Il estime avoir perdu 70% de son entreprise, depuis la guerre, alors que les prix ont monté en flèche en raison du manque de poulets, et parce que près de 70.000 employés de l'Autorité Palestinienne dans la bande de Gaza qui reçoivent leurs salaires de Cisjordanie n'ont pas reçu leurs salaires.

Avant la guerre, un poulet d’1 kg coûtait 30 shekels dans la bande de Gaza, maintenant il coûte 48 shekels (11,60 €).

"L’arrêt des élevages de volailles pendant plus de trois semaines de guerre a créé une pénurie", a déclaré Al-Rayes.

"Trois des 11 couvoirs à poulets ont été complètement détruits et deux partiellement détruits", a déclaré Al-Khatib du PNUD, créant une pénuurie à court terme, car il n'y a pas eu de couvées, réduisant ainsi la production.

La viande de bœuf et de mouton est aujourd'hui difficile à trouver dans la ville de Gaza, selon les habitants, après que le principal abattoir de la ville de Gaza et des environs ait été bombardé.

Quelques 1200 ha – 18% de l’ensemble des terres agricoles de la bande de Gaza, dont des vergers d'arbres fruitiers et des oliveraies - ont été détruits, a déclaré Al-Khatib, tout comme l’ont été 17% des terres de production de légumes, y compris des serres, créant un déficit de 30% dans la sécurité alimentaire de la bande de Gaza.

Environ 200 puits artésiens ont été détruits et 53 l’ont été partiellement sur un total de 2.300 puits desservant les terres agricoles de la bande de Gaza, a déclaré Al-Khatib.

Le secteur agricole de Gaza s’était développé après que le mouvement Hamas ait pris le contrôle de Gaza en Juin 2007 et depuis les 18 mois de blocus, la plupart de la production était vendue sur le marché local.

En 2008, environ 14.000 familles étaient considérées comme des agriculteurs de subsistance, tandis que 60.000 personnes étaient des travailleurs agricoles, selon le PNUD. La production agricole et la pêche représentaient près de 10% de l'économie de Gaza.

Source : http://www.irinnews.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Famine

Même auteur

IRIN

Même date

21 février 2009