Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1502 fois

Palestine occupée -

L'insistance internationale pour "deux Etats" est une approbation des plans d'annexion américano-israéliens

Par

Incapable de protéger les droits politiques du peuple palestinien, et pour détourner l’attention de ses manquements, l’ONU se concentre sur la coopération en matière de coronavirus entre Israël et l’Autorité palestinienne. "Cette reconnaissance de l'interdépendance pourrait -si la volonté politique existe- se traduire par des progrès tangibles vers la résolution du conflit", a déclaré Nickolay Mladenov, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient.

L'insistance internationale pour 'deux Etats' est une approbation des plans d'annexion américano-israéliens

Commémoration de la Journée de la Terre palestinienne marquée par la violence de l’occupation, le 29 mars 2020, dans la Vallée du Jourdain (article Jordan Valley Solidarity)
En ces temps de Covid-19, la carte humanitaire est plus facile à jouer. "L'interdépendance", après tout, est plus commode pour la communauté internationale que la dynamique du colonisateur et du colonisé. Si la pandémie de coronavirus peut être exploitée pour modifier les bases des négociations entre Israël et l'Autorité palestinienne, l'ONU aura donné un nouvel élan à l'État colonial.

Bien sûr, Mladenov a reconnu l'annexion imminente qui, "combinée à l'impact dévastateur de Covid-19, peut enflammer la situation et détruire tout espoir de paix". Dans la rhétorique de l'ONU, la paix a la priorité sur les droits de l'homme, ce qui est en contradiction avec ses propres chartes et recommandations en ce qui concerne la lutte anticoloniale palestinienne.

Le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine, Saeb Erekat, n'a pas fait mieux. Alors que l'AP s'engage dans son lobbying éculé auprès de la communauté internationale pour obtenir un soutien contre l'annexion, il aurait déclaré que "la majorité des dirigeants internationaux s'opposent aux plans coloniaux du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, en insistant sur le fait qu'une solution à deux États est la voie à suivre pour sortir de l'actuel conflit israélo-palestinien".

Nous avons ici deux exemples d'intentions pro-coloniales de la part de deux personnalités politiques qui travaillent prétendument à la sauvegarde des droits des Palestiniens. En tant que porte-parole de l'ONU, Mladenov a toujours minimisé le fait que les Palestiniens soient privés de leurs droits politiques et a encouragé les efforts visant à "résoudre le conflit" qui n'empêcheront pas l'annexion. Erekat, d'autre part, encourage la trahison internationale de la cause palestinienne en présentant le consensus mondial sur le compromis de deux États comme une position anticoloniale, ce qu'il n'est pas.

Tout en échouant à articuler les demandes du peuple palestinien - parce que l'AP est politiquement très éloignée de l'expérience collective de la violence coloniale israélienne par sa collaboration - Erekat apporte un soutien sans équivoque à la diplomatie internationale, même si le consensus sur la politique de deux États ne constitue pas une solution, ni même la prémisse d'une solution. Dans tout le battage actuel autour de l'annexion, il est devenu évident que la communauté internationale et ses diverses institutions ne considèrent plus la Palestine comme une cause palestinienne. Au contraire, la Palestine est devenue un terrain d'essai diplomatique et les Palestiniens sont victimes non seulement des armes d'Israël, mais aussi de la course mondiale au soutien du colonialisme par différentes tactiques politiques.

Le paradigme des deux États est une construction coloniale qui facilite les plans d'annexion d'Israël. Alors que le soutien politique des États-Unis à travers ‘l'accord du siècle’ permet à Israël d'accélérer le processus, la promotion par Erekat de la diplomatie internationale, plutôt que le droit légitime des Palestiniens au retour sur leur terre, est un bonus pour le colonialisme. Des décennies de séparation de chaque violation israélienne du processus de colonisation contredisent l'affirmation d'Erekat selon laquelle les dirigeants internationaux sont opposés aux manigances coloniales de Netanyahu. L'insistance de la communauté internationale sur le compromis moribond de deux États est une approbation tacite des plans d'annexion américano-israéliens.


Photo
Article Jordan Valley Solidarity



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

ONU

Même auteur

Ramona Wadi