Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4512 fois

Palestine -

L’État sioniste : un apartheid teinté de nettoyage ethnique

Par

Discours prononcé par le penseur arabe palestinien Mounir Shafiq, lors de la conférence internationale sur « l’apartheid israélien » le 27 novembre 2011, à Beyrouth.

Chers Frères, chères sœurs,
La question de la Palestine est simple et non compliquée, si l’on se réfère à la définition de sa nature et de sa justice, mais elle a été dénaturée de telle sorte en vue d’en faire la question la plus complexe pour les peuples, en déformant et en falsifiant les faits, et en s’appuyant sur le rapport de forces. Après la première guerre mondiale, la Palestine fut envahie par l’impérialisme britannique qui avait pour principal objectif la concrétisation de la promesse Balfour. Il a permis et assuré son invasion par des centaines de milliers de colons juifs, en vue de modifier sa réalité démographique, d’instaurer l’État de l’entité sioniste, et arracher son peuple de ses villes et villages, avant de les transformer en réfugiés hors de leur pays.

L’État sioniste : un apartheid teinté de nettoyage ethnique

La patrie du peuple palestinien, du fleuve à la mer
La présence coloniale britannique a permis et protégé l’émigration de près de 600.000 colons sionistes entre 1917 et 1947. Ils furent armés et la fondation de leur État assurée, alors que se déroulait au même moment le déracinement des deux tiers du peuple palestinien, de ses villes et villages.

Ce fut ensuite la résolution du partage n°181, contraire au droit international et à la charte des Nations-Unies, puisque le conseil des Nations-Unies n’avait aucunement le droit de déterminer le sort de n’importe quel pays dans le monde, étant donné que l’autodétermination est un droit exclusif du peuple autochtone qui habite et possède le pays avant son occupation coloniale.

La résolution de partage est inique et illégitime. Elle n’avait pas pour but de trouver une solution, mais uniquement d’accorder une fausse légitimité à la proclamation de « l’État d’Israël ». Cet État est non seulement basé sur la spoliation de la terre, le déracinement d’un peuple qui fut expulsé, et son remplacement par des colons, mais pour réaliser tout ceci, il a fallu commettre des massacres, se servir indéniablement de la force, être soutenu par les grandes puissances réunies et enchaîner les États arabes et islamiques.

Ainsi, l’entité sioniste fut fondée sur les ruines du peuple palestinien et de ses droits inaliénables sur sa patrie la Palestine. La partie arabe qui en reste, sous domination de cet État, est encore exposée à l’expression la plus dure du racisme, en vue de l’expulser et non pas de la dominer ou de l’asservir, comme l’a fait l’apartheid en Afrique du Sud avec le peuple autochtone.

Nous sommes ici face à un apartheid qui vise à déraciner le peuple autochtone de sa terre et de ses maisons, et à le jeter dehors. C’est ce que nous devons avoir présent à l’esprit lorsque nous décrivons l’entité sioniste comme un régime raciste. D’un côté, il ressemble à l’apartheid traditionnel, concernant ses pratiques et son comportement, ainsi que les lois qu’il émet contre la partie arabe palestinienne qui continue à vivre dans l’État de l’entité, depuis 1948, ou concernant la partie qui vit sous occupation après la guerre de juin 1967. Mais il se distingue par ailleurs des régimes de l’apartheid en ce qui concerne son objectif et sa stratégie. Les régimes de l’apartheid ne visent pas à déraciner un peuple autochtone de sa patrie, mais à le soumettre au régime raciste de l’apartheid en vue de l’exploiter et de l’asservir.

En résumé, l’apartheid sioniste en Palestine représente un degré supérieur de l’apartheid traditionnel, d’un côté, il lui ressemble mais de l'autre, il est pire.

C’est pourquoi la fondation de l’entité sioniste ne pouvait être basée que sur la force, les massacres et le déracinement, avec le soutien direct de l’impérialisme britannique, puis ensuite le soutien illimité des États-Unis et de l’Occident, qui se poursuit jusqu’à présent. Mais ceci nécessite la falsification de l’histoire, de la religion et des réalités, et la violation évidente du droit international et des traités internationaux, afin de pouvoir prétendre au droit de chasser un peuple de sa patrie et de s’installer à sa place.

C’est ce qui explique aujourd’hui pourquoi le mouvement sioniste mondial tente d’asseoir sa domination sur la décision américaine et occidentale et de faire taire la voix de tous les libres dans le monde : il cherche à affaiblir le soutien (à la Palestine) et à généraliser la falsification de l’histoire, de la religion et des faits quant à la question palestinienne, dans le but de nier le droit du peuple palestinien à libérer sa patrie, du fleuve à la mer, et au retour des réfugiés à leurs maisons, leurs terres, leurs villages et leurs villes.

Photo
Mounir Shafiq



Traduction : Baladi

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Histoire

Même auteur

Mounir Shafiq

Même date

4 décembre 2011