Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2240 fois

La « Paix contre la Paix », dernière imposture sioniste en date

Par

Concernant les « négociations de paix » avec la Syrie, le ministre des Affaires Etrangères sioniste, Avigdor Lieberman, a déclaré hier, 26/04/09 : « A chacun sa position, la Syrie veut peut-être la souveraineté sur les hauteurs du Golan, et nous, nous demandons un contrat de bail d’une durée de 200 ans sur les hauteurs du Golan, ils demandent les hauteurs du Golan contre la paix et nous, nous demandons la paix contre la paix ».

La « Paix contre la Paix », dernière imposture sioniste en date

La notion de « la terre contre la paix » était déjà une première imposture. Les sionistes seraient venus des quatre coins du monde pour chercher la paix parmi les peuples arabes, et pour les convaincre de la faire, cette paix, ils auraient juste pris un peu de terre, qu’ils sont prêts à rendre maintenant en contrepartie de la paix.

Pourtant pas un millimètre de la terre de Palestine n’a jamais été « rendu » par les occupants depuis 30 ans que les refrains de « négociations de paix » concernant le « conflit » « israélo-palestinien » remplissent les auditoires et les oreilles.

Et tous les jours, mètre carré après mètre carré, dans les champs, dans les habitations, sur les routes, dans les villes et dans les villages, dans le sous-sol et dans l’espace, les sionistes poursuivent l’expropriation de la terre des autres.

Après la « terre contre la paix », voici la « paix contre la paix ». Le mot « terre » lui-même, après avoir été occupé sur le terrain, a été évacué du discours « de paix » de l’occupant sioniste.

On a effacé occupation, colonisation, expropriation, nettoyage ethnique, et on a mis à la place le « conflit » « israélo-palestinien ». Israélo en premier comme si Israël existait avant ou en même temps que la Palestine. Et « conflit » comme si les Palestiniens et les Israéliens avaient eu un différend de voisinage ou un problème relationnel, contractuel ou délictuel.

Ensuite, pour régler ce disfonctionnement entre deux entités à position égale sur l’« échiquier du Moyen-Orient », prises dans une dispute mystérieuse, on propose des formules de type « réglement », « plan », « initiative », pour poser la base de la « solution » : « deux Etats pour deux peuples ».

A condition que l’un des peuples reconnaisse que celui qui l’a dépossédé de sa terre et qui continue avec des budgets de milliards de dollars, la quatrième armée mondiale, l’arme nucléaire et l’assentiment de l’entière « communauté internationale » à l’en expulser, a le « droit à la sécurité » en tant que « Etat des seuls juifs ».

Et ce n’est pas fini.

Tant qu’on n’aura pas compris et assimilé que la présence et l’expansion sioniste en terre de Palestine et en territoire arabe ne peuvent être qualifiées que de « guerre coloniale d’occupation et de peuplement », on va continuer à entendre des discours du genre « une paix juste et durable pour les peuples de la région ».

Jusqu’à ce que la résistance du peuple palestinien et des peuples arabes de la région mette un terme à la barbarie sioniste et permette aux Palestiniens d’exercer l’autodétermination souveraine dont jouit tout peuple sur sa terre.

Et tout le reste, les impostures verbales et les falsifications conceptuelles, s’effaceront à jamais de la mémoire des peuples libérés.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même sujet

Sionisme

Même auteur

NA

Même date

28 avril 2009