Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2868 fois

Monde Arabe -

La Résistance peut viser avec précision n’importe quelle cible en "Israël" !

Par

A l’occasion de la célébration de l’achèvement du projet de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth, Waed, le secrétaire général du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah a évoqué pour la première fois les conséquences sociales et psychologiques de la victoire du peuple libanais. Il a souligné qu’en plus de la victoire militaire que la résistance a remporté sur le front, le peuple libanais enregistre, à travers ce projet, une victoire sociale et psychologique. Car, non seulement des milliers d’appartements ont été reconstruits (mieux qu’avant) en un temps record, mais en plus les gens de la résistance ont prouvé leur volonté de vivre et de rester attaché à leurs terres, à leurs lieux de résidence, toujours les cibles de l’ennemi israélien.

La Résistance peut viser avec précision n’importe quelle cible en 'Israël' !

Concernant l’entité sioniste, Sayyed Hassan Nasrallah a assuré que durant la guerre de 2006, la résistance avait mis en garde l’ennemi israélien de ne point toucher à la capitale libanaise Beyrouth, sinon c’est Tel-Aviv qui en pâtirait. Aujourd’hui, ajoute-t-il, "contre chaque immeuble bombardé dans banlieue-sud, des immeubles seront détruits à Tel-Aviv".

« La Résistance est désormais capable de viser avec précision n’importe quelle cible en Palestine occupée, » a-t-il martelé !

Principales idées :

Je suis heureux de partager avec vous la joie de cette victoire, une occasion qui coïncide avec l’anniversaire d’un Grande Dame, Sayydat Zahraq, fille de notre prophète Mohammad (P), cette grande dame qui fait partie des Ahl-Beit (gens de la famille du prophète), cette grande dame qui a été à diverses occasions politiques et historiques la représentante du messager de Dieu.

La célébration du projet Waed de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth est une occasion pour prouver une fois de plus le véritable objectif de la guerre de juillet 2006, à savoir éradiquer la Résistance : un objectif qui fait partie d’un projet plus vaste, qui vise toute la région, puisqu’il s’agissait à l’époque de créer un nouveau Moyen-Orient ou le projet du Grand MO.

La guerre de 2006 contre le Liban a été incapable de réaliser cet objectif, et vous vous souvenez, au lendemain de cette guerre, on a beaucoup parlé de ses conséquences militaires, économiques, sociales, stratégiques et sécuritaires..

Ce qui m'importe aujourd’hui est de parler des conséquences sociales et psychologiques. Une question se pose toujours : pourquoi l’ennemi israélien s’acharne-t-il tant contre des cibles civiles ? Pourquoi bombarde-t-il le plus grand nombre de bâtiments, d’écoles, de rues ?

En détruisant notre infrastructure, les maisons des civiles, l’ennemi israélien commet des crimes de guerre.

L’ennemi israélien pense que la société qui berce la résistance doit payer le prix de son soutien à la résistance, de son choix d’être à ses côtés, de sa sécurité ; l’ennemi israélien veut que cette société vive dans l’insécurité, qu’elle vive dans la misère, dans la pauvreté, pour augmenter la pression sur elle, et par derrière sur la Résistance.

C’est dans cet optique que l’ennemi israélien bombarde volontairement tout ce qui soutient la Résistance : il le fait pour faire passer un message à savoir que celui qui choisi la résistance va le payer cher ; il doit offrir d’énormes sacrifices, et donc si vous n’êtes pas prêts à cela, alors vous devez accepter ce que vous dictent les Américains ou les Israéliens, vous devez accepter d’être soumis, c’est donc cela le but de l’ennemi israélien : faire diluer votre conscience !

Or, s’il y a résistance armée dans un affrontement militaire, il y a une résistance sociale dans la guerre de la destruction : il y a la guerre de la construction, de l’endurance, de la volonté de rester sur sa terre, c’est cela le projet Waed de reconstruction !

C’est pourquoi aujourd’hui nous célébrons une victoire sociale, comme nous l’avions fait en Septembre 2006 dans la banlieue-sud quand nous avons célébrer la victoire militaire de la Résistance, aujourd’hui nous célébrons la victoire de la construction, la victoire de la vie noble, la victoire de la volonté de vie ; les résidents de ces immeubles ont insisté pour qu’on reconstruise leurs maisons là où elles ont été bombardées, sachant qu’ils avaient déjà reçu le premier dédommagement et donc ils avaient les moyens d’habiter ailleurs, dans un lieu plus sûr, car la banlieue-sud reste jusqu’à ce jour une cible pour l’ennemi israélien ; malgré cela ces familles ont insisté pour vivre ici (ndrl : la banlieue-sud) et pour mourir ici : tel est le message de cette célébration.

Ce n’est pas une question de béton mais une question de la volonté d’un peuple de vivre comme il veut et non comme le veut l’ennemi !

Face à un tel exploit, il faut s’adresser à nos martyrs qui sont tombés sur le front en 2006, sans eux vous ne seriez pas là.

Pour ce qui est du projet Waed, il faut rappeler que durant la dernière semaine de la guerre israélienne de 2006, il était claire pour nous que l’ennemi israélien avait échoué à réaliser ses objectifs, nous nous attendions à ce que la guerre se termine bientôt, c’est pourquoi nous avons commencé a réfléchir sur l’après-guerre : la reconstruction, le retour des ceux qui ont quitté leurs maisons, le logement de ceux qui ont perdu leurs maisons, pour nous il s’agissait de sérieux enjeux ! Sans compter, qu’il fallait nettoyer les rues des mines et des bombes non-explosées, les ré-ouvrir, assurer les dédommagements, gérer les conséquences psychologiques…

Durant ces jours, j’ai contacté nos frères iraniens pour leur expliquer la situation. Bien sûr, parallèlement certains complotaient déjà comment resserrer l’étau sur la Résistance durant la période post-guerre.

Cette fois la résistance était visé socialement. Conscient de l’enjeu, le guide suprême de la révolution islamique Sayyed Ali Khamenei a répondu à nos demandes avec une grande générosité, tout autant que le président Ahmadinejad.

Et donc, au dernier jour de la guerre, nous étions prêts socialement et financièrement : un comité de gestion d’urgence avait été créé avec la coopération des associations civiles (…) et dès le premier jour du cessez-le-feu, nous étions capables de commencer à travailler sur le terrain sans attendre l’aide de l’Etat.

Je pense, que jamais dans l’histoire des guerres, une telle expérience a eu lieu ! Pour être honnête, je n’ai pas d’informations à ce sujet, mais personnellement je ne connais pas d’expérience comparable où non seulement des milliers d’appartements ont été reconstruits en un temps record, mais à peine la guerre terminée, les centaines de milliers de gens qui avaient perdu leurs maisons ou qui avaient fui, et qui étaient menacés de se retrouver à la rue, ont été logés rapidement grâce aux aides financières..

Puis quand nous nous sommes assurés que tout le monde était logé et dédommagé, un autre défi se posait : celui de la reconstruction !

Et malgré notre présence au sein du gouvernement, et en raison des obstacles bureaucratiques, de la corruption, sans compter le manque de moyens, l’Etat libanais était incapable de subvenir aux demandes d’une partie de la population libanaise qui a subi directement la guerre de 2006 et qui ne pouvait pas endurer encore plus !

A cette époque, beaucoup d’idées ont été proposées... notre proposition consistait à offrir aux familles des dédommagements financiers et de leur laisser la responsabilité de reconstruire !

Certains ont été réticents à cette idée mais grâce aux efforts louables du président du parlement Nabih Berri, l’idée a été exécutée !

Et donc, le premier versement des dédommagements financiers avait été versé aux familles, bien sûr dans les villages la question de reconstruction était aisée, car les espaces à reconstruire sont autonomes, il s’agit de maisons séparées les unes des autres ; le problème résidait donc dans la banlieue où les immeubles étaient collés les uns aux autres, où locataires et propriétaires étaient ensemble, exigeant des procédures juridiques pour garantir les droits de chacun.

Et donc pour faciliter la tâche aux résidents de la banlieue, nous avons suggéré de créer un comité (ndrl : le projet Waed de reconstruction de la banlieue) les représentant pour assurer la reconstruction de leurs appartements ou immeubles : nous avons mis en place un budget pour commencer le plan de reconstruction.

Dans ce contexte, j’avais réuni toutes les familles concernées pour leur proposer ce choix, un choix qu’elles pouvaient refuser. Nous étions devant un projet démocratique, le Hezbollah n’a pas obligé les gens à payer pour leur reconstruire leurs maisons, nous avons proposé un projet et ils l’ont accepté..

Je tiens à indiquer que durant ce projet, beaucoup de problèmes ont surgi, comme certaines illégalités (empiètement sur la surface de construction autorisée) dans les plans originaux des bâtiments des appartements exigus, et donc avec la coopération du Conseil suprême chiite, des associations d’ingénieurs, des municipalités, des différentes forces politiques alliées et amies, ce projet de reconstruction a été achevé !

Pour ce qui est des aides venant des pays arabes, je ne sais pas qui a contribué dans ce projet, (hormis le Koweït dont je suis sûr) puisque l’Etat, responsable de collecter ses fonds, n’a pas été transparent dans cette affaire, toutefois je les remercie qui qu’ils soient.

Ce qu’il faut savoir, c’est que la moitié du coût de ce projet (total : 400 millions de dollars) a été couverte par l’Iran. Je remercie son éminence Sayyed Ali Khamenei, l’Etat et le peuple iraniens.

Enfin un dernier mot sur la guerre de juillet 2006, quelques statistiques qui prouvent combien cette guerre était hors-norme : ainsi contre une petite partie du territoire libanais, l’ennemi israélien a exécuté 10.000 raids aériens israéliens avec leurs missiles et 3.000 raids d’hélicoptère, alors que durant la guerre de 1967, où différents pays arabes étaient impliqués et donc où la surface du confit armé était nettement plus importante que celle durant la guerre de 2006, auquel s'ajoute le total des survols aériens de l'ordre de 5.000, alors que le total des survols au-dessus des pays qui ont participé était de 4.032, nous parlons de survols et donc pas nécessairement des raids…

Et donc, étant donné que la surface des opérations militaires durant la guerre israélienne de 2006 était très limitée, cela vous montre la haine de l’ennemi israélien contre nous parce que la résistance a réussi à le chasser en l’an 2000 sans conditions.

Dans le domaine de l’artillerie : en 1967, l’artillerie israélienne, avec toutes ses unités, a tiré contre tous les pays arabes 75.000 bombes ; en 2006, elle en a tiré 177.000 !! Des rapports israéliens avaient écrit que l’artillerie avait épuisé tout son stock de bombes..

Durant la guerre nous avions une seul équation : Beyrouth contre Haifa, mais aujourd’hui nous avons une autre : contre chaque bâtiment détruit dans la banlieue, des bâtiments seront détruits à Tel Aviv.

C’est peut-être un secret que je vais vous révéler, mais durant la guerre nous étions capables de bombarder Tel Aviv, mais nous ne l’avions pas fait pour protéger Beyrouth !

Aujourd’hui, non seulement nous pouvons bombarder avec précision n’importe quelle cible à Tel Aviv, mais nous pouvons atteindre n'importe quel cible en Palestine occupée !

Le temps où nos maisons sont détruites et leurs maisons restent intactes est révolu, le temps où nous avions peur et eux pas est révolu.

Je dirai même plus, le temps est venu où nous resterons et eux s’en iront !


Dossier politique :


Gaza :
La reconstruction n’a pas repris à Gaza : beaucoup de bâtiments sont toujours détruits, j’appelle les pays arabes à aider Gaza à se reconstruire, car le peuple de Gaza est capable de se reconstruire. Pas la peine de donner comme excuse les difficultés d’acheminement des produits de reconstruction, le miracle des tunnels saura assurer le service. J’ai eu l’occasion de me réunir avec certains gens de Gaza et j’ai pu constater que ces gens pouvaient reconstruire Gaza s’ils en avaient les moyens !

Autre affaire importante : les détenus palestiniens qui ont entamé une grève de la faim depuis des semaines. On constate comment la mobilisation à Bahreïn a été importante autour du détenu AlKhawaja, alors que face à des milliers de détenus palestiniens qui font la grève de la faim, personne ne bouge, ni dans le monde arabe, ni dans le monde islamique, ni la Ligue arabe, ni même la conférence islamique, ni aucune organisation humanitaire, on ne peut qu’éprouver de la tristesse !

C’est pourquoi il faut demander au gouvernement irakien, sachant que l’Irak préside la Ligue arabe, de prendre l’initiative pour faire quelque chose envers ces détenus palestiniens, de faire bouger les associations humanitaires, les ONG… Où sont les Arabes, où sont les Musulmans sur la question palestinienne ?

Autre titre : la formation d’un gouvernement israélien d’union nationale, il s’agit là d’un signe qu’il convient d’étudier et de suivre l'évolution..

Comme nous parlons de reconstruction, j’en profite pour rappeler le camp des réfugiés palestiniens de Nahr al Bared. Sa reconstruction fait partie du droit de retour des Palestiniens, il est donc primordial de reconstruire leurs maisons, surtout qu’on parle récemment de transformer le statut de réfugiés palestiniens en celui de communauté palestinienne au Liban... cela sert les intérêts de Israéliens et donc nous et les forces palestiniennes rejetons cette idée.

Bahreïn :
A Bahreïn, le mouvement populaire pacifique se poursuit, il traduit la résistance, la lutte, la patience et l’endurance d’un peuple. Or, certains ont prétendu que le Hezbollah encourage les bahreïnis à la résistance armée, je tiens à dire que cela est faux et mensonger ; seule l’opposition est responsable de ce qui se passe sur le terrain, et il s’agit d’un mouvement pacifique et Dieu accordera à tous ceux qui endurent une issue. Je crois que c’est le pouvoir qui cherche à entrainer ce mouvement populaire vers une spirale de violence, afin de justifier ses mesures de répression.
Nous joignons nos voix à la direction de l’opposition représentée entre autres par l'éminent religieux l'ayatollah Issa Kassem et nous leur demandons de patienter et de ne point s’aventurer ailleurs.

Syrie :
Vous le savez, nous avons condamné les derniers attentats-suicides, même les ennemis se sont vus obligés de condamner devant l’ampleur de l’atrocité de ce crime, et encore aujourd’hui, grâce à Dieu, un attentat comprenant une tonne d’explosifs a été déjoué, évitant une catastrophe qui aurait couté la vie à des milliers d’innocents.
Or, vous accusez le régime syrien d’être un régime policier, de sécurité, de renseignements, si tel est le cas, comment expliquez-vous qu’il envoie ses suicidaires détruire ses propres bureaux de renseignements ??
La situation en Syrie ressemble à celle de l’Irak où des attentats suicidaires étaient commandités presque tous les jours pour saper l’unité nationale, c’est pourquoi nous sommes de plus en plus convaincus qu’on cherche à détruire la Syrie, juste parce qu’elle soutient la résistance en Palestine et au Liban : on cherche à punir le peuple syrien pour avoir empêché le projet de Georges Bush de voir le jour..
Certes les élections ont eu lieu dans des circonstances très mauvaises et malgré cela le taux de participation est le même que si de telles élections avaient eu lieu dans un pays qui jouit d’une situation sécuritaire normale.
Le peuple syrien est devant deux choix, deux modèles : celui des suicidaires, des sectaires, du confessionnalisme, de la division, et entre celui des réformes, de la démocratie, du multipartisme, de la coopération..

Liban :
Au Liban, il semble que les législatives ont débuté dès aujourd’hui ! Or, il s’agit de l’élection d’un parlement, la seule véritable institution démocratique, la seule élue par le peuple, et là où réside l’importance de ces élections réside l’importance d’une loi électorale, or nous avons assez de temps pour discuter cette loi..
Il faut donner le temps au dialogue, que personne ne tente d’imposer ses choix, au contraire il faut défendre son opinion, nous sommes pour que les législatives aient lieu en leur temps, il y a des gens qui ne souhaitent pas que ces législatives aient lieu, or avant la visite de Feltman, une campagne a commencé selon laquelle il n'y aura point de législatives tant qu’il y a des armes, après la visite de Feltman, cette campagne a cessé.
Ces propos n’ont aucun sens, car si tel est le cas, alors les élections de 2005 sont nulles et celle d’avant, puisqu’elles ont eu lieu avec la présence des armes de la Résistance...

Il est dans l'intérêt national que les législatives aient lieu en leur temps et donc pour ce qui est de la loi électorale, le Hezbollah soutient n’importe quelle loi car il conservera toujours sa part. Mais nous soutenons la proportionnelle car la loi électorale actuelle perturbe une bonne représentation au parlement, il y a même des gens qui estiment que jamais ils ne peuvent parvenir au parlement et donc une loi électorale doit pouvoir les représenter, et même si en tant que grand parti, notre intérêt réside dans une loi fondée sur les grandes circonscriptions, mais si on veut une véritable coordination, la représentativité est le meilleur choix, ce système annule l’exclusivité d’une confession..

Dernier point, je vais parler des événements de 7 Mai car ces derniers temps, des parties politiques soulèvent ce sujet pour inciter au confessionnalisme. Là deux alternatives ou trois se posent : soit on n’en parle pas et nous serons accusés de faiblesse, soit on répond calmement avec des preuves et des documents dénonçant les véritables objectifs des événements du 7 Mai, et là il y a risque de provoquer la polémique puisque l’autre partie cherchera à attiser la tension dans le but de nous entraîner dans la violence.

C’est pourquoi nous préférons préparer les législatives dans le calme, sans haine confessionnelle, surtout qu’autour de nous, c’est le chaos...

Et donc si nous ne répondons pas, ce n’est pas par faiblesse, c’est tout simplement pour protéger notre peuple, nous aussi nous avons nos documents, nos preuves sur ce qui était comploté contre la capitale, sur les forces qu’on voulait faire venir.

Mais juste un mot sur ce sujet, les câbles téléphoniques fixes de la résistance se sont avérés aujourd’hui utiles plus que jamais ! Car c’est nous qui avons empêché la dissension confessionnelle, à l’époque nous n’avions ciblé aucune communauté et nous étions préoccupés à rétablir la situation le plus vite possible..

Il faut savoir que dans la guerre psychologique contre l’ennemi israélien, ce dernier a avoué notre supériorité, est-ce que vous voulez déclencher une guerre médiatique et psychologique contre nous ?

Mais, ils insistent pour évoquer ces incidents, nous allons nous abstenir de répondre, car leur objectif à travers le rappel de ces événements est les élections, et je pense que le courant du futur va poursuivre sa campagne sur ce sujet, car il n'a pas de projet, de quoi d’autre va-t-il parler ?

Le courant du futur est contre la proportionnalité car cela annule son exclusivité de représenter la confession sunnite, lors des élections précédentes, il a traité les sunnites qui étaient contre lui comme des traîtres, des criminels ; certains ont été agressés.

Selon les statistiques de 2009, 35% des sunnites ont donné leur voix aux partis sunnites opposés au courant du Futur, et ce malgré la campagne médiatique frénétique, malgré les sommes astronomiques qui ont été dépensées!

Avec la proportionnalité aucune communauté ne peut prétendre l’exclusivité de sa représentativité ! Comme il n'est pas question que nous représentions toute la communauté chiite !
Et donc je vous invite à éviter toute incitation à la confession, à la haine, regardez ce qui se passe autour de nous, nous n’avons pas besoin de plus de sectarisme !

Quand à notre position, je le répète, nous n’allons jamais recourir aux armes, nous n’allons jamais recourir aux armes, nous vous invitons à un véritable partenariat.


Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Monde Arabe

Même sujet

Géopolitique

Même auteur

Hasan Nasrallah

Même date

13 mai 2012