Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1267 fois

La condamnation mondiale de la décision américaine sur les colonies n'est prolongée d'aucune action

Par

Dans un geste peu surprenant qui expose l'engagement des Etats-Unis à établir de nouveaux paradigmes pour Israël dans lesquels la Palestine est complètement éliminée, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a déclaré que « l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international ». A première vue, cette déclaration isole les Etats-Unis et Israël du reste de la communauté internationale, qui n'a cessé de répéter que les colonies israéliennes sont illégales au regard du droit international.

La condamnation mondiale de la décision américaine sur les colonies n'est prolongée d'aucune action

Travaux de construction à Ramot, colonie juive à Jérusalem-Est, octobre 2018 [Mostafa Alkharouf/Anadolu Agency]
« La vérité, c’est qu’il n’y aura jamais de solution judiciaire au conflit et que les débats sur qui a raison et qui a tort au regard du droit international n’apporteront pas la paix », a affirmé Pompeo.

La condamnation mondiale, unanime dans son refus d’une nouvelle décision unilatérale des États-Unis, se préoccupe en grande partie de la menace que fait peser une telle déclaration sur le droit international. Légalement, la déclaration des États-Unis ne modifie pas ce qui a été établi concernant des colonies qui constituent une violation du droit international. La menace doit donc être replacée dans le contexte de la dépossession perpétuelle à laquelle les Palestiniens sont quotidiennement confrontés, ce qui est également contraire au droit international. Pourtant, cela n'a clairement pas suffisamment dérangé la communauté internationale pour qu’elle pontifie sur le sujet - peut-être parce que la dépossession a été reléguée au seul cadre de la dynamique régissant l'aide humanitaire.

Le porte-parole de l'Autorité palestinienne, Nabil Abu Rudeinah, a souligné que « l'administration américaine n'est ni qualifiée ni autorisée à annuler les résolutions de la légitimité internationale, et n'a pas le droit de donner une quelconque légitimité aux colonies israéliennes ».

C'est peut-être l'un des rares cas où les États-Unis font face à l'opposition verbale du reste de la communauté internationale au sujet de leurs actions. Cependant, un regard sur les déclarations indique également la réticence à souligner directement la culpabilité d'Israël et la collusion internationale qui a soutenu une puissance coloniale en Palestine. Le paradigme des deux États est obsolète et le colonialisme israélien a été normalisé par la même communauté internationale qui s'est temporairement unie pour s'opposer à la décision américaine jusqu'à ce que le battage médiatique s'apaise, ce qui finira par arriver.

Le préjudice qu'une telle décision cause au peuple palestinien aura toutefois de graves répercussions. En déclarant les colonies légales, les États-Unis diffusent ouvertement le récit d'Israël et encouragent l'élimination des Palestiniens. La normalisation de l'État colonial et de sa population de colons a été une initiative mondiale - la dernière décision unilatérale des États-Unis s'appuie sur les violations précédentes autorisées par la communauté internationale. Tant qu'il y aura une loi à citer en cas de violations, la communauté internationale considérera qu'elle a accompli son devoir.

En réalité, les déclarations n'ont pas beaucoup différé des réponses chaque fois qu'Israël a annoncé l'approbation d'une nouvelle expansion des colonies de peuplement. Ce n'est pas seulement Israël qui a rendu le droit international inadéquat dans la lutte contre les violations ; l'inaction de la communauté internationale est également responsable de l'escalade politique actuelle en faveur d'Israël.

La posture intermittente - toujours en protection du consensus international concernant le compromis à deux États plutôt que de permettre aux Palestiniens de faire valoir leurs droits politiques - contraste avec la mobilisation constante d'Israël qui promeut son discours sécuritaire et qui ne peut être dissociée de l'actuelle hyperbole américano-israélienne sur les colonies et la paix supposée. La déclaration de Pompeo n'est pas sans précédent en termes de normalisation d'Israël en tant qu'État dénué de colonialisme. Comment la communauté internationale va-t-elle maintenant s’y prendre pour mettre un terme à l'élimination des Palestiniens et à leurs droits ?


Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même sujet

Sionisme

Même auteur

Ramona Wadi