Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1418 fois

Palestine occupée -

La disparition des secteurs productifs palestiniens : le commerce intérieur comme microcosme de l'impact de l'occupation

Par

Ibrahim Shikaki, analyste politique d'Al-Shabaka, est professeur adjoint d'économie au Trinity College, Hartford, CT. Il a obtenu son doctorat à la New School for Social Research (NSSR) de New York, et a occupé des postes d'enseignant à la NSSR, à l'International University College of Turin, à Birzeit et aux universités d'Al-Quds. Il a également occupé des postes de recherche à l'Institut de recherche sur la politique économique de la Palestine (MAS) à Ramallah et au Centre de recherche sur le droit international humanitaire de Diakonia à Jérusalem-Est. Ses récents écrits comprennent un chapitre à venir sur l'économie politique de la dépendance et la formation des classes en Palestine, ainsi qu'un dossier sur les aspects économiques du plan Kushner pour le Bahreïn.

L'occupation israélienne a constamment infligé aux Palestiniens des coûts économiques désastreux, des coûts que les économistes examinent depuis des décennies. Une dimension qui a manqué dans ces examens, cependant, concerne les distorsions dans la structure de l'économie palestinienne, et les impacts préjudiciables de ces distorsions. Le terme de structure économique fait référence à la contribution des différents secteurs économiques, y compris l'agriculture, l'industrie manufacturière, la construction et le commerce, aux principales variables macroéconomiques de la production (PIB) et de l'emploi.

La disparition des secteurs productifs palestiniens : le commerce intérieur comme microcosme de l'impact de l'occupation

Magasin à Ramallah (source photo Djampa)
L’étude approfondie de ces distorsions structurelles dépassant le cadre de ce dossier, nous nous concentrons sur un secteur économique particulier qui joue un rôle de plus en plus dominant dans l'économie palestinienne : le commerce intérieur. En bref, le commerce intérieur désigne l'achat et la vente au détail et en gros de marchandises, y compris le commerce avec Israël. L'importance accrue de la contribution du commerce intérieur à l'activité économique totale de la Palestine s'inscrit dans le cadre d'une évolution continue qui consiste à délaisser les secteurs productifs, tels que l'agriculture et l'industrie manufacturière, au profit des services, du commerce et de la construction.

Ce dossier argumente que la domination du commerce intérieur au détriment des secteurs productifs n'est ni le résultat d'un effort politique conscient de l'Autorité palestinienne (AP) ni le résultat d'une gouvernance de marché de type "laissez-faire". Il s'agit plutôt d'un sous-produit des politiques d'occupation israéliennes, et d'une conséquence évidente de la dépendance de l'économie palestinienne à l'égard de l'économie israélienne depuis 1967. Le dossier fait valoir que le commerce intérieur est un microcosme de l'économie palestinienne dans son ensemble et souligne la futilité du soutien international et des donateurs à un développement sous occupation. Ce qu'il faut plutôt, c'est donner aux Palestiniens les moyens d'élaborer des politiques indépendantes, transparentes, responsables et collectives, un leadership et une gouvernance de qualité que les dirigeants palestiniens de ces 25 dernières années ne peuvent ni conduire ni mettre en œuvre.

La prédominance du commerce intérieur en Palestine

Avant d'approfondir les données qui démontrent la prédominance actuelle du commerce intérieur dans l'économie palestinienne, il est utile de se familiariser avec les activités et sous-secteurs économiques qui relèvent de cette catégorie. Selon la plus récente classification internationale type des industries (CITI-4), et selon le Bureau central palestinien des statistiques (PCBS), le titre officiel du secteur du commerce intérieur est : "Commerce de gros et de détail ; réparation de véhicules à moteur et de motocycles".

Cette classification générale comprend 43 sous-secteurs différents. Selon le recensement des établissements du PCBS 2017, les trois sous-secteurs les plus répandus, qui représentaient 50 % de tous les établissements économiques du commerce intérieur palestinien, étaient : "Le commerce de détail en magasins non spécialisés avec prédominance de l'alimentation, des boissons ou du tabac", "Le commerce de détail de produits alimentaires en magasins spécialisés" et "Le commerce de détail de vêtements, chaussures et articles en cuir en magasins spécialisés". En d'autres termes, la moitié de toutes les unités économiques du plus grand secteur de l'économie palestinienne étaient des magasins de proximité, appelés al-dakakin, ainsi que des magasins de détail de produits alimentaires et de vêtements.

Les données des comptes nationaux du PCBS montrent que le commerce intérieur joue un rôle de plus en plus important en termes de contribution à la valeur ajoutée palestinienne totale (c'est-à-dire au PIB). En 2018, le commerce intérieur représentait 22 % du PIB palestinien total (3,6 milliards de dollars en 2018). Ce chiffre dépasse la contribution de tout autre secteur économique, à savoir l'agriculture (7,5 %), l'industrie manufacturière (11,5 %) et le secteur plus large des services (20 %), qui comprend l'éducation, la santé, l'immobilier et d'autres services. Dans le seul secteur privé, le commerce intérieur représente environ 40 % de la valeur ajoutée.

Le fait que le commerce intérieur représente près d'un quart de l'activité économique totale n'est pas naturel pour l'économie palestinienne ni représentatif des compétences de sa main-d'œuvre. Comme le montre le graphique 1 ci-dessous, les premiers jours de l'Autorité palestinienne au milieu des années 1990 ont été marqués par une courte période de confiance accrue qui a contribué à donner un rôle relativement important au secteur manufacturier. Cependant, les années de la deuxième Intifada (2000-2005) ont vu la quasi-totalité des secteurs économiques se restreindre, à l'exception de celui de l'administration publique, ce qui reflète l'augmentation de l'aide à la masse salariale du secteur public comme dernier recours pour l'emploi.

Photo
Source : PCBS. Comptes nationaux en prix courants et constants, plusieurs années. Ramallah - Palestine.


Après la deuxième Intifada, un schéma clair a commencé à se dessiner en 2006 autour du tournant néolibéral et de l'accès accru au crédit. Pourtant, malgré le virage néolibéral, les secteurs productifs palestiniens sont restés stagnants ou ont décliné, tandis que la contribution du commerce intérieur a plus que doublé en dix ans (de 10 % en 2008 à 22 % en 2018). Cela n'est pas surprenant étant donné que le virage néolibéral a renforcé la primauté des activités économiques « contournant l'occupation » qui ont permis de contourner les obstacles israéliens avec très peu d’obligation de transparence envers le peuple palestinien. Les secteurs productifs ne le font pas puisqu'ils remettent en question le statu quo du contrôle israélien sur les terres et les frontières, qui sont cruciales pour l'agriculture et l'industrie manufacturière.

Pourtant, la contribution au PIB n'est qu'un signe de la prédominance du commerce intérieur. Depuis 1997, le PCBS effectue tous les dix ans un recensement général qui comprend un recensement des établissements. Ce recensement fournit des données sur le nombre d'établissements économiques nationaux, ainsi que sur le nombre de travailleurs dans chacun des différents secteurs et sous-secteurs. En raison de sa nature, le recensement ne couvre pas certaines activités économiques, notamment le travail en Israël et le travail indépendant. Cependant, l'exclusion de la main-d'œuvre palestinienne en Israël permet au recensement d'offrir une meilleure estimation de l'emploi créé par le secteur privé domestique.

Les tendances mises en évidence par le recensement sont révélatrices. Le nombre d'établissements opérant dans le commerce intérieur est passé de 39.600 en 1997, à 56.993 et 81.260 en 2007 et 2017, respectivement. En moyenne, ces chiffres représentent 53% de tous les établissements économiques opérant dans l'économie palestinienne. Comme mentionné ci-dessus, et comme expliqué dans le tableau 1, trois sous-secteurs représentent la moitié de ce nombre.

Tableau 1 : Les principaux sous-secteurs palestiniens

Photo
Source : PCBS, 2018. Recensement de la population, du logement et des établissements 2017, Résultats finaux - Rapport sur les établissements. Ramallah - Palestine.


En ce qui concerne l'emploi, en moyenne, 37 % de tous les travailleurs couverts par le recensement étaient employés dans le secteur du commerce intérieur, de loin le plus important de tous les secteurs économiques, suivi par l'industrie manufacturière (22 %). En outre, ce secteur était le deuxième principal employeur de femmes (18 %), dépassé seulement par les établissements liés à l'éducation, qui employaient 26 % de toutes les travailleuses couvertes par le recensement. Il convient toutefois de noter que la représentation des femmes dans le secteur du commerce intérieur sous-estime la participation globale des femmes. Par exemple, le recensement des établissements de 2017 indique que si les femmes représentent 24 % de la main-d'œuvre totale (contre 76 % pour les hommes), la main-d'œuvre du commerce intérieur se répartit grosso modo entre 91 % et 9 % en faveur des hommes.

Il convient également de noter que depuis le boom du crédit privé en 2008, le commerce intérieur est le secteur économique le plus important à bénéficier de facilités de crédit et de prêts, représentant entre 20 et 25 % du total du crédit du secteur privé. (1) Le montant du crédit fourni pour les activités de commerce intérieur est passé d'environ 300 millions de dollars en 2008 à 1.350 millions de dollars en 2019, soit une augmentation de près de 350 % en dix ans. Le secteur le plus proche en 2019 était celui des prêts "immobiliers résidentiels" avec environ 1.050 millions de dollars. Pour mettre cela en contexte, les secteurs productifs tels que l'agriculture et l'industrie manufacturière ne représentaient que 93 millions de dollars et 452 millions de dollars respectivement.

En outre, la main-d'œuvre palestinienne en Israël, qui représentait plus de 40 % de la main-d'œuvre palestinienne totale en 1987, a eu un double impact sur la disparition des secteurs productifs et l'augmentation des activités liées au commerce dans l'économie palestinienne. Tout d'abord, alors que ces travailleurs migrants palestiniens étaient payés jusqu'à 50% de moins que les travailleurs israéliens, leurs salaires étaient toujours plus élevés que le salaire moyen palestinien au sein de l'économie nationale. Cela a attiré les travailleurs vers le marché israélien et a artificiellement fait augmenter les salaires nationaux, augmentant ainsi les coûts pour les producteurs palestiniens. Deuxièmement, le travail en Israël a créé ce que la CNUCED appelle « l'écart entre la production et les revenus intérieur ». En d'autres termes, le revenu des travailleurs palestiniens en Israël a créé un pouvoir d'achat substantiel qui a dépassé les secteurs productifs nationaux. Les revenus supplémentaires ont été canalisés soit vers la construction, soit vers un niveau d'importations toujours croissant, et ce dernier a conduit à un niveau de déficit commercial sans précédent.

Il ressort clairement de ce qui précède que le commerce intérieur est un secteur de premier plan dans sa contribution à la production économique, à l'emploi et à la dette personnelle de l'économie palestinienne. Cela indique un coup sérieux porté aux secteurs productifs palestiniens. Pour comprendre comment cette réalité est apparue, il faut examiner l'histoire économique palestinienne qui relaie les distorsions structurelles créées par l'occupation israélienne, et la relation de dépendance résultant des politiques économiques coloniales israéliennes mises en œuvre depuis l'occupation de la Palestine de 1967.

Dépendance et commerce dans le contexte palestino-israélien

Les universitaires d'Amérique latine ont été les premiers à proposer des théories sur la dépendance. Une observation distincte qu'ils ont faite était que les ressources, y compris les ressources humaines, les ressources naturelles et d'autres biens primaires, étaient exportées des pays périphériques du Sud vers les pays centraux du Nord, tandis que les produits finis se déplaçaient dans l'autre sens. En conséquence, non seulement la majorité de l'extraction de la valeur ajoutée se produisait au centre, mais aussi, la structure économique de la périphérie était transformée afin de satisfaire les besoins du centre plutôt que son propre développement à long terme.

Cette dépendance a enfermé les économies de la périphérie dans un cycle de retard de développement qui les a empêchées de développer une base productive solide, a fait grimper leurs déficits commerciaux en flèche et les a rendues dépendantes des marchés du travail et des biens des économies centrales. En termes marxistes, le centre a utilisé "l'armée de réserve du travail" de la périphérie pour assurer des coûts de production bas, et a ouvert les marchés de la périphérie à ses biens afin de garantir qu'il n'y ait pas de crise de "surproduction", par laquelle les entreprises ne peuvent pas vendre leurs produits de base parce que leur offre dépasse de loin la demande existante.

Dans ce contexte de dépendance, la relation entre les économies palestinienne et israélienne depuis 1967 en est un exemple typique. D'une part, les ressources naturelles (telles que la terre, l'eau et les minéraux), les produits non finis et les ressources humaines (main-d'œuvre) sont passées de la périphérie -l'économie palestinienne- au centre -à l'économie israélienne-, tandis que les produits finis sont passés de l'économie israélienne à l'économie palestinienne.

Au cours des 20 premières années de l'occupation israélienne, le déficit global du commerce extérieur de l'économie palestinienne est passé de 34 millions de dollars à 657 millions de dollars. De plus, ce déficit commercial était principalement le résultat du commerce avec Israël, qui est passé de 100 millions de dollars à 1,44 milliard de dollars au cours de ces 20 premières années. Les Palestiniens ont exporté des produits manufacturés légers et certains types de produits agricoles vers Israël, tandis qu'ils ont importé des produits de consommation finis comme les biens durables, qui sont des biens qui ne sont pas consommés immédiatement mais sur un certain nombre d'années.

Cette tendance n'a pas changé après la création de l'AP en 1994. Au contraire, alimenté par l'aide internationale et la disponibilité du crédit après la 2e Intifada, le déficit commercial a atteint un sommet de 5,5 milliards de dollars en 2019, plus de la moitié (55 %) de ce déficit étant attribué au commerce avec Israël. Dès les années 1980, plus des deux tiers de l'ensemble des échanges commerciaux palestiniens étaient liés à Israël. En moyenne, depuis la création de l'AP, le commerce palestinien est dépendant d'Israël pour 75% de ses importations et 80% de ses exportations.

Les importations et les exportations racontent toutes deux une histoire de dépendance. Dans de nombreux cas, les importations palestiniennes en provenance d'Israël étaient auparavant produites sur place, notamment les vêtements, les chaussures, les boissons non alcoolisées, les meubles, et même les produits de construction et les produits pharmaceutiques. En outre, les exportations témoignent d'une dépendance bien ancrée. Depuis le début de l'occupation en 1967, Israël a non seulement exploité la main-d'œuvre palestinienne migrante bon marché, mais aussi la main-d'œuvre palestinienne de Cisjordanie , de Gaza et de Jérusalem-Est, y compris les femmes.

Autrement dit, les hommes d'affaires israéliens envoient des textiles bruts à des employeurs palestiniens sous-traitants qui embauchent ensuite des femmes palestiniennes, en leur versant de faibles salaires. Les produits finis sont ensuite renvoyés aux hommes d'affaires israéliens qui les vendent souvent sur les marchés palestiniens. En conséquence, de nombreux articles considérés comme des exportations palestiniennes vers Israël sont en fait des produits intermédiaires liés à Israël qui sont ensuite revendus sur le marché palestinien en tant que produits finis et emballés, afin que les capitalistes israéliens puissent tirer profit de la partie finale de la chaîne de valeur. En d'autres termes, la dépendance est tellement enracinée que même l'acte d'exporter n’est pas le résultat d'un secteur productif florissant, mais le résultat du déséquilibre de pouvoir imposé par Israël à l'économie palestinienne, l’essentiel des produits étant engrangés par le régime israélien.

Les coûts économiques de l'occupation militaire israélienne

Les dynamiques décrites ci-dessus ne montrent pas seulement la dépendance ancrée des Palestiniens à l'égard des biens et du marché du travail israéliens, elles expliquent également comment le commerce des biens, en particulier des biens israéliens, est lentement devenu la principale activité économique en Cisjordanie et à Gaza. Cela est dû en partie à l’afflux des revenus des travailleurs en Israël et des envois de fonds des Palestiniens travaillant dans le Golfe, et en partie à l'affaiblissement des secteurs productifs.

Toutefois, ce ne sont pas seulement ces dynamiques de dépendance sous-jacentes qui ont stimulé le commerce intérieur et diminué les secteurs productifs. Il y a eu également un effort concerté de la part du régime israélien pour étouffer l'activité économique palestinienne, tout en renforçant le pouvoir des commerçants et des marchands palestiniens. Les mesures visant à réduire l'industrie manufacturière palestinienne ont été documentées dans des rapports officiels israéliens. Par exemple, le rapport de 1991 du Comité Sadan déclarait que « aucune priorité n'a été accordée à la promotion de l'esprit d'entreprise et du secteur commercial local » et que « les autorités ont découragé de telles initiatives chaque fois qu'elles menaçaient de concurrencer les entreprises israéliennes existantes sur le marché israélien ».

En effet, certains des premiers ordres militaires émis par Israël furent de nature économique, ce qui a eu pour résultat de fermer toutes les banques opérant en Cisjordanie et à Gaza, et d'imposer un réseau complexe de procédures administratives et de restrictions de permis toujours en vigueur à ce jour. Ces restrictions ont rendu pratiquement impossible pour les Palestiniens de créer une entreprise ou d'importer de nouvelles machines, y compris pour la construction. Entre 2016 et 2018, les autorités militaires israéliennes n'ont approuvé que 3% des permis de construire dans la zone C, qui comprend plus de 60% de la Cisjordanie . En outre, le blocus imposé à Gaza depuis 2007 a diminué la capacité des entreprises de Gaza et a gravement touché ses secteurs productifs, ce qui a finalement coûté à l'économie plus de 16 milliards de dollars pour la période entre 2007 et 2018.

Israël contrôle également le commerce palestinien depuis 1967. Bien qu'il ait autorisé l'entrée sur les marchés israéliens de certaines cultures et produits d'industrie légère, ces articles sont nécessaires à l'industrie manufacturière et à la transformation des aliments en Israël, notamment le sésame, le tabac et le coton. Un élément clé de la stratégie économique israélienne a été la politique des « ponts ouverts », qui permet la circulation sans contrainte des marchandises entre les rives est et ouest du Jourdain. Cette politique a été utilisée pour « vider » le marché palestinien de certaines marchandises palestiniennes afin de faire place aux produits israéliens, qui ne pouvaient pas être exportés vers les pays arabes en raison du boycott arabe d'Israël.

Progressivement, le commerce de gros et de détail des produits israéliens a joué un rôle majeur dans l'activité économique en Cisjordanie et à Gaza. Depuis sa création en 1981, l'"Administration civile" de l'armée israélienne, qui a été le seul organe dirigeant en Cisjordanie et à Gaza jusqu'en 1994 et qui maintient toujours son contrôle dans la zone C, a offert des incitations en espèces et des primes aux entreprises et aux commerçants palestiniens qui acceptent d'exporter certains produits. Cela a non seulement vidé les marchés palestiniens de ces produits, mais a également été essentiel pour les réserves de devises étrangères d'Israël, car l'une des conditions de ces incitations était de déposer les paiements en dinars jordaniens dans les banques israéliennes . La politique des « ponts ouverts » a fait passer la production palestinienne de la satisfaction des besoins locaux à la production et à l'exploitation de cultures et de biens destinés aux marchés extérieurs.

En vidant le marché palestinien et en permettant la circulation sans entrave des marchandises israéliennes, la politique des « ponts ouverts » a créé des dépendances de production et de consommation à l'égard des produits israéliens tout en renforçant le rôle du commerce entre les riches marchands capitalistes palestiniens. En effet, les propriétaires de grands établissements économiques et les chefs des chambres de commerce des villes palestiniennes ont fait fortune grâce à l'occupation. Certains de ces commerçants ont même acquis des franchises et ont commencé à commercialiser des produits israéliens. Parce que leurs intérêts s'alignent sur ceux des marchands israéliens, et en raison de leur tendance à apaiser et à négocier avec le régime d'occupation, ils sont considérés comme « la première classe sociale à s'être liée à l'économie israélienne ».

L'après-Oslo et la capitulation permanente de l'élaboration indépendante des politiques

Les 25 premières années de l'occupation israélienne ont entravé le développement des secteurs productifs palestiniens et ont concentré l'activité économique sur l'achat et la vente de biens importés, dont la grande majorité était israélienne. Après la création de l'Autorité palestinienne en 1994, la structure de l'économie a très peu changé. Les accords signés, y compris le Protocole de Paris, ont donné à l'AP un contrôle nominal sur les recettes fiscales ; cependant, l'accord a simplement formalisé l'union douanière inique existante entre les deux économies. Les niveaux de prix asymétriques ont continué à nuire aux producteurs et aux consommateurs palestiniens car ils ont forcé l'économie palestinienne à fonctionner selon la structure de coûts élevés d'Israël, malgré l'énorme disparité des niveaux de revenus entre les deux économies.

Plus important encore, le contrôle des frontières, des ressources et des licences sur la plupart des terres agraires palestiniennes - et sur les terres adaptées à la fabrication - reste sous contrôle israélien. Les secteurs productifs continuent de se réduire et le commerce intérieur est devenu plus important que jamais. L'élite économique palestinienne s'est également détournée des activités économiques productives qui nécessiteraient de remettre en cause le statu quo, préférant investir dans les services, la finance et l'importation. La puissance économique des capitalistes palestiniens ayant des liens avec les pays du Golfe n'est pas née d'activités liées à la production. Leurs profits étaient plutôt « irés des droits d'importation exclusifs sur les produits israéliens et du contrôle des grands monopoles ».

Les plans internationaux après la deuxième Intifada ont connu un sort similaire, notamment le projet "The Arc" de la RAND Corporation, le plan de John Kerry et du Quartet en 2014 et, plus récemment, le plan de Jared Kushner en 2019. Si ces plans varient en fonction du niveau d'implication des Palestiniens et de leur sensibilité à la situation politique, ils adoptent des versions du fondamentalisme du marché par opposition à une approche plus nuancée du rôle du secteur public. Par exemple, le plan Kushner empeste les idéologies économiques conservatrices telles que la structure fiscale dite pro-croissance. Il s'appuie également sur les principes de la doctrine "droit et économie" qui pousse le contrôle judiciaire de la législation à donner la priorité à l'idéologie économique orthodoxe, au-delà des considérations morales et juridiques.

En résumé, l'augmentation du commerce intérieur a entraîné un déplacement de l'activité de production vers des activités qui laissent moins de place au développement et à la transformation économiques. Il existe toutefois d'autres préoccupations sociales au-delà des tendances négatives de la production. Les femmes sont sous-représentées dans ce segment de la main-d'œuvre et la prépondérance du commerce intérieur a des effets négatifs sur la répartition au sein de la société palestinienne.

L'une des mesures de l'inégalité des revenus qui en résulte peut être mesurée par l'évolution de la part des salaires, qui est la part du revenu total générée par le travail, par opposition à la part du revenu total générée par le capital (bénéfices, loyers et intérêts). Bien qu'il n'existe aucune série officielle de la part salariale, une mesure simple consiste à diviser la rémunération des employés d'un secteur par la valeur ajoutée brute, ce qui indique une répartition entre les travailleurs et les capitalistes. Selon cette méthode, le commerce intérieur est le moins performant par rapport aux autres secteurs, avec une moyenne de 15 % au cours des dix dernières années, contre une moyenne de 27 % pour l'ensemble des secteurs économiques.

Conclusion et recommandations pour aller de l’avant

Il n'existe pas de panacée pour remédier aux distorsions structurelles de l'économie palestinienne qui l'ont éloignée des secteurs productifs. Cependant, la croissance des secteurs productifs devrait être incubée dans un cadre plus large de politique économique de développement. Fadle Naqib, un expert de l'économie politique de la Palestine, résume ainsi ses trois recommandations pour le secteur économique : relancer le secteur agricole, développer le secteur manufacturier et adopter une stratégie nationale de développement technologique.

Cependant, il faut également prendre en compte les réalités politiques qui ont un impact sur le développement économique palestinien. En effet, en 2010, la Banque mondiale a reconnu que « l'efficacité de son soutien au développement à long terme dépend fortement du cadre politique israélo-palestinien » et, à ce titre, elle doit « repenser son mandat, son rôle et la portée de ses activités en Cisjordanie et à Gaza ».

Les recommandations suivantes sont destinées aux institutions financières internationales, notamment la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, ainsi qu'à la communauté internationale et aux organismes d'aide en général, afin de soutenir l'autodétermination économique palestinienne :

. Reconnaître que la relation entre les économies palestinienne et israélienne a détruit tout développement viable de l'économie palestinienne. En effet, il est erroné et absurde de supposer que la dynamique qui régit les relations entre les deux économies est celle d'un marché libre.

. Fournir une aide internationale directe pour soutenir les agriculteurs palestiniens dans les zones menacées d'annexion, y compris dans les zones touchées par les colonies israéliennes et le mur.

. Faire pression sur le régime israélien pour faciliter l'octroi de licences dans la zone C, y compris les permis de construire pour les structures résidentielles et commerciales.

Donner aux Palestiniens les moyens d'élaborer des politiques indépendantes en soutenant les centres de recherche indépendants et les universitaires, les syndicats et les représentants de groupes normalement absents du processus décisionnel, notamment les femmes, les jeunes et les réfugiés. Cela doit se faire dans le cadre d'un processus transparent, responsable et collectif qui inclut toutes les parties prenantes palestiniennes.

. Exercer une pression sur le gouvernement israélien pour qu'il mette fin à son occupation afin que les Palestiniens puissent contrôler leur propre politique économique.

. Reconnaître que la fin de l'occupation israélienne permettra également au secteur privé palestinien de s'épanouir et de prospérer.


(1) Ces données proviennent du site web de l'Autorité monétaire palestinienne.







Source : Al-Shabaka

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.