Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2953 fois

Moyen Orient -

La guerre de la naturalisation entre le 15 mai et le 31 juillet

Par

(traduction et extraits)

Des sources palestiniennes bien informées affirment que la période entre le 15 mai et la fin-juillet sera particulièrement dangereuse pour le Moyen-Orient.
En effet, G Bush aurait promis à Ehud Olmert et Mahmoud Abbas une «nouvelle surprise» pour «faire avancer les négociations de paix» lors de sa prochaine visite en Israël le 15 mai prochain [pour assister aux festivités commémorant les 60 ans de la création de l’Etat sioniste].

La guerre de la naturalisation entre le 15 mai et le 31 juillet

Il s’agirait du lancement d’une nouvelle conception tripartite (Bush-Olmert-Abbas) de la transaction définitive, à défaut de laquelle il ne resterait plus que l’éventualité d’une guerre régionale globale qui suivrait immédiatement la visite de George Bush.

Déjà évoquée lors de la dernière visite de George Bush en Israël le 13 janvier dernier, il s’agirait de la création d’un fonds international pour la compensation des réfugiés palestiniens qui se trouvent à l’extérieur des frontières de 1948 et de 1967.


D’après les mêmes sources, cette information aurait été confirmée par un haut responsable européen qui a ajouté que le fonds international serait établi sur la base d’un capital de 100 milliards de dollars et servirait, d’une part, à dédommager les réfugiés palestiniens en accord avec l’interprétation israélienne de la résolution 194 des Nations Unies et, d’autre part, à inciter les Etats arabes concernés à agir dans le sens d’une assimilation et d’une naturalisation des réfugiés établis sur leur territoire.

Les principaux bailleurs du fonds seraient : les pétromonarchies à hauteur de 60%, le Japon pour 25% et l’Union européenne pour 15% (soit un peu moins de 10 milliards d’euros).


Dans bon nombre de ces pays arabes, des démarches seraient actuellement en cours, notamment pour réviser les législations relatives aux conditions de citoyenneté en vue d’instaurer le droit du sol comme fondement de la nationalité pour les personnes y résidant depuis 1965, et pour introduire la possibilité pour les femmes de transmettre leur nationalité à leurs enfants de père étranger.

Par ailleurs, un climat d’instabilité économique, politique et sécuritaire est entretenu dans les pays limitrophes d’Israël pour les rendre plus réceptifs à ce projet.


Deux exemples illustrent parfaitement ce dernier point : l’Egypte, tout d’abord, où l’Etat, politiquement coincé entre une opposition de gauche et les Frères Musulmans, aurait besoin de forces de police aux effectifs plus importants que ceux de l’armée, sans oublier la situation de paupérisation croissante de la population qui a atteint des limites alarmantes.

La Jordanie, ensuite, entourée des champs de mines que sont l’Irak, la Palestine, la Syrie et l’Arabie saoudite, connaît une situation économique difficile compte tenu de la hausse des prix des matières alimentaires et de première nécessité.


A relire sur le même sujet :

• " Une offre généreuse pour les réfugiés palestiniens ?" - Neta Golan


"Les réfugiés palestiniens et Jérusalem : une question de gros sous" par Akiva Eldar

Source : http://www.al-akhbar.com

Traduction : NA

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Moyen Orient

Même sujet

Réfugiés

Même auteur

Jean Aziz

Même date

15 avril 2008