Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2089 fois

Negev -

La journée de mobilisation pour le Naqab en Palestine : Une étape pour faire échec au nettoyage ethnique

Par

> naba@nabanews.info

Ils étaient 3000 Palestiniens venus du nord, des régions de Galilée, du Triangle et de la côte pour affirmer que la terre du Naqab est une terre palestinienne et que tous les Palestiniens sont unis dans la défense de leurs droits à la terre, au Naqab comme ailleurs, à l'intérieur de l'Etat d'Israël.

"Notre existence est en danger" était le thème de ce rassemblement palestinien auquel avaient appelé, suite à l'appel lancé par le conseil régional des villages non-reconnus dans le Naqab, le haut comité de suivi des masses arabes de l'intérieur et les institutions de la société civile palestinienne, en présence de tous les partis arabes.

27 cars sont arrivés au Naqab et se sont rassemblés à la jonction de Saqati, près du village de Houra. Ils furent accueillis par des centaines de Palestiniens du Naqab.

Les Palestiniens de l'intérieur protestent contre les divers plans sionistes visant à expulser les Palestiniens du Naqab, mesure conçue dans le cadre du plan de nettoyage ethnique de la région, située entre la région d'al-Khalil et la bande de Gaza.


Les participants à ce rassemblement ont dénoncé les mesures israéliennes consistant à détruire les maisons et à saccager les champs des paysans du Naqab qui vivent dans des villages non reconnus par l'Etat sioniste, alors que ces villages sont plus anciens que cet Etat lui-même.

Les autorités sionistes envisagent de détruire et d'effacer sur le terrain, après les avoir effacés de leurs cartes, toutes les agglomérations palestiniennes qui ont résisté à leur expulsion en 48, pour y installer des colonies, peuplées de Juifs ou de prétendus Juifs, dans le but de judaïser la terre.

Des pancartes dénonçaient les plans sionistes et affirmaient la solidarité de tous avec les 45 villages non-reconnus dans cette région, villages dont les noms étaient inscrits sur des pancartes portées par les enfants du Naqab, une pancarte pour chaque village.


Après avoir salué et vivement remercié les participants, Hussayn Rafay'a, président du conseil régional des villages non reconnus, a déclaré que ce rassemblement témoigne réellement de l'unité du peuple palestinien de l'intérieur, avant de décrire les conditions de vie des Arabes du Naqab et leur lutte contre leur expulsion forcée envisagée par les sionistes.

Il a décrit toutes les entraves au développement de leur société et de leurs villages, dénonçant la formation par le gouvernement israélien d'un comité, le comité Basma, chargé des villages reconnus et qui n'est qu'un outil visant à diviser la population.

Shawqi al-Khatib, président du comité de suivi des masses arabes, a exprimé sa satisfaction devant le bond qualitatif de la mobilisation en faveur des villages non reconnus et des Arabes du Naqab, jugeant que "le but qui nous unit est celui de la défense de notre peuple", demandant à l'ensemble de poursuivre cette mobilisation et de porter cette question devant les instances internationales, puisqu'il ne s'agit pas d'une affaire interne à l'Etat d'Israël.


Il a déclaré "Israël considère le Naqab comme étant vide, sans habitants (comme la fameuse phrase justifiant l'invasion de la Palestine "une terre sans peuple, ndlt), mais nous sommes là et nous resterons une épine dans la gorge de tous ceux qui veulent nous déraconer. Le Naqab restera arabe car son arabité est profondément enracinée".


Les députés Jamal Zahalka, Wasel Taha, Abdel Malik Dahamshe et Talab Sane' ont également participé à cette manifestation et se sont dirigés vers la région al-Araqib, et furent accueillis par sheikh Sayyah Abu Mdayghem et les membres de sa tribu.

Sheikh Abu Mdayghem a salué la participation des Palestiniens de Galilée et du Triangle et a promis que les Palestiniens du Naqab résisteront à toutes les mesures de déracinement et de saccages de leurs terres.

Jamal Zahalka a déclaré que "nous lutterons contre toutes les destructions de nos maisons, nous n'abandonnerons ni maisons ni terres malgré la terreur exercée par le gouvernement israélien, malgré les saccages de nos terres cultivées".

Il a ajouté : "Nous sommes des citoyens et non des sujets, nous ne sommes pas des émigrés, et notre relation à la terre est une relation naturelle qui n'a pas besoin de justifications comme celles inventées par le mouvement sioniste pour dominer et prendre notre terre".

Indiquant le cimetière du village Touri, qui se trouve tout près, il a dit : ce cimetière datant de plus de 70 ans témoigne de la propriété de la terre et de la présence arabe dans le Naqab, ici 11 Palestiniens sont tombés martyrs, de la famille de Touri, en défendant la terre. C'est une preuve plus puissante que tous les papiers utilisés par le pouvoir".

Concernant les plans israéliens visant à contourner la résistance de la population du Naqab en lui proposant de louer leurs propres terres, il a déclaré : "ceux qui possèdent la terre ne la louent pas, c'est une tentative hypocrite du département des terres d'Israël pour prendre la terre de notre peuple du Naqab, par des moyens détournés".



Au cours de la conférence de presse, Hussayn Rafay'a a affirmé que la confiscation des terres n'est pas une affaire juridique mais politique, appelant les députés arabes de la Knesset à former un lobby à l'intérieur de cette instance pour la reconnaissance des villages et le changement de la politique du gouvernement concernant cette question. Il a finalement annoncé la constitution d'une caisse pour le développement des villages non-reconnus.


Les cars ont ensuite sillonné la région du Naqab, pour se rendre aux villages non-reconnus, 17 parmi les 45, rencontrer leurs habitants et comprendre quelles sont leurs conditions de vie. 500 plants d'oliviers ont été plantés, offerts par l'association al-Ahali, située en Galilée, en signe d'enracinement de la population dans sa terre.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Negev

Même sujet

Negev

Même auteur

Naba agency

Même date

26 février 2006