Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3112 fois

Palestine -

La libération de Barghouti pourrait diviser le Fatah

Par

L’autorité palestinienne a averti Marwan Barghouti, cadre du Fatah emprisonné, de ne pas critiquer le Président Mahmoud Abbas, dont le mandat a échu le 6 janvier, ni la direction du Fatah, s’il est libéré de prison, a déclaré mercredi un responsable Fatah.

La libération de Barghouti pourrait diviser le Fatah

Ce dernier a dit au Jerusalem Post que l’avertissement a été transmis à Barghouti (qui a été condamné à 5 perpétuités pour cinq meutres) par Hussein al-Sheikh, responsable éminent du Fatah proche d’Abbas.

Entre temps, un tract distribué à Ramallah par le Fatah appelle à la révocation du premier ministre de l’Autorité Palestinienne Salaam Fayad et du dirigeant de l’OLP Yasser Abed Rabbo. Le tract accuse ces deux derniers de chercher à prendre le contrôle du Fatah.

Au début de la semaine, Sheikh a rencontré Barghouti en prison pendant près de trois heures. Il l’aurait averti de ne faire aucune critique sur la direction de l’AP lorsqu’il sera libéré.

La rencontre a eu lieu sur fonds d’articles suggérant qu’Israël était sur le point de libérer Barghouti comme « geste » en direction d’Abbas. Selon ces analyses, Israël préfère libérer Barghouti de cette façon, et non au sein d’un échange de prisonnier avec le Hamas, pour empêcher le mouvement islamique de résistance d’être crédité de cette libération.

En Israël, on espère que l’élargissement de Barghouti donnera un coup de pouce à Abbas et aux dirigeants soi-disant « modérés » de l’AP en Cisjordanie occupée. Mais l’idée que Barghouti puisse revenir bientôt à Ramallah rend Abbas et quelques-uns de ses principaux conseillers nerveux. Leur principale crainte est que Barghouti, qui a longtemps critiqué la corruption financière de l’AP et la gestion de la vieille garde du Fatah, exploite l’attention des médias pour exprimer son point de vue sur Abbas et son entourage.

Dans le message transmis à Barghouti, la direction de l’AP souligne que sa libération sera le résultat des efforts d’Abbas et de la pression qu’il a exercée sur Israël, et non parce que son nom apparaît sur la liste des prisonniers dont le Hamas demande la libération en échange de celle du soldat israélien d’occupation Gilad Shalit.

Le message rappelle aussi à Barghouti les dégâts qu’il a causés au Fatah lorsqu’il a décidé d’affronter Abbas lors des élections présidentielles de janvier 2005. A cet époque, Barghouti s’est vu obligé de retirer sa candidature sous l’énorme pression d’Abbas et de la vieille garde du Fatah, qui continuent à le rendre responsable des divisions du Fatah qui ont porté le Hamas au pouvoir l’année suivante.

Abbas est aussi préoccupé du fait que Barghouti utilise ses liens personnels étroits avec quelques dirigeants du Hamas pour saper la direction du Fatah. Selon le responsable Fatah, même depuis sa prison, Barghouti échange des messages avec Khaled Mashaal, le chef du bureau politique du Hamas en exil à Damas, et avec Osama Hamdan, le représentant du mouvement au Liban.

La libération de Barghouti relancera vraisemblablement la lutte pour le pouvoir entre la jeune et la vieille garde du Fatah. En tant que représentant de la jeune garde, Barghouti demande depuis longtemps des réformes majeures du Fatah, qui n’a pas tenu d’élections internes depuis vingt ans.

Au cours des dernières semaines, Barghouti a aussi exprimé des critiques sur l’échec d’Abbas à réunir la 6ème conférence du Fatah – instance qui pourrait décider d’élections internes et voir certainement l’accession au pouvoir de Barghouti et de ses amis.

Le « Conseil révolutionnaire » du Fatah, organe clé du mouvement en matière de décision, s’est réuni à Ramallah en début de semaine dans une nouvelle tentative de parvenir à un accord sur la réunion de la conférence, reportée maintes fois. Lors de la réunion, plusieurs tenants de la jeune garde ont menacé de démissionner si leur demande de tenir la conférence n’était pas satisfaite.

Mohamed Hourani, membre du conseil et ambassadeur de l’OLP en Algérie, a dit que le Conseil avait décidé que la conférence se tiendrait « avant le 15 avril de cette année ». Mais cette annonce a été reçue avec scepticisme par plusieurs membres Fatah, qui ont souligné que ce n’était pas la première fois qu’une date était fixée pour la réunion de la conférence.

Lors de la réunion, les dirigeants du Fatah ont décidé de créer une chaîne de télévision par satellite dirigée par le Fatah pour améliorer l’image du mouvement aux yeux de la population palestinienne et pour contrer les émissions de TV du Hamas.

D’autre part, un responsable de l’AP a confirmé que le Qatar avait invité Abbas à Doha. Les relations entre l’AP et le Qatar ont été mises à mal suite aux accusations que l’Emirat soutenait le Hamas.

Le mois dernier, Abbas a refusé de participer au sommet arabe de Doha pour discuter de l’opération « Plomb durci » dans la Bande de Gaza. Les Qataris ont révélé alors qu’Abbas leur avait dit qu’il avait peur d’être puni – apparemment par les USA et Israël – s’il se rendait au sommet.

Source : Al Manar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Collabos

Même auteur

Al Manar

Même date

20 février 2009