Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2948 fois

Egypte/Israël -

La nouvelle Egypte post-Moubarak : un saut dans l’inconnu pour "Israël"

Par

La chute d'Hosni Moubarak représente un saut dans l'inconnu pour « Israël », qui craint de voir un pouvoir remettant en cause le traité de paix avec l'Egypte, clé de voûte de toute sa diplomatie régionale depuis trois décennies. Dans un premier temps, le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu a adopté un profil bas et donné comme instruction à ses ministres de ne pas s'exprimer sur l'après-Moubarak.

Le Premier ministre ainsi que le président Shimon Pérès avaient auparavant insisté sur le fait que Moubarak n'avait jamais remis en cause -malgré les crises durant les deux intifadas palestiniennes ou la guerre contre le Liban de 2006- le premier traité de paix conclu en 1979 entre « Israël » et un pays arabe.

L'éviction de ce partenaire risque désormais de créer un "vide dangereux", estime une partie des commentateurs israéliens.

Netanyahu a lui même agité à maintes reprises le spectre d'un scénario "à l'iranienne", aux termes duquel les Frères Musulmans -proches du Hamas au pouvoir à Gaza- profiteraient de la situation pour s'emparer du pouvoir ou exerceraient une influence telle qu'ils seraient en mesure d'obtenir l'abrogation du traité.

En signant la paix avec le pays le plus peuplé du monde arabe en échange d'un retrait de la péninsule du Sinaï conquise sur l'Egypte durant la Guerre des Six Jours (juin 1967), « Israël » avait pu briser un isolement diplomatique total dans la région.

Sur le front militaire, cet accord avait permis à l'armée d’occupation israélienne de réduire son soi-disant « dispositif de défense » le long des 240 kilomètres de frontière avec l'Egypte.

La péninsule du Sinaï, une région tampon, a été démilitarisée, si bien que les militaires israéliens ont pu redéployer leurs forces sur le front nord face à la Syrie et au Liban ainsi que dans les autres Territoires palestiniens.

"L'Etat major va devoir repenser tous ses plans stratégiques", soulignait samedi les télévisions israéliennes, en évoquant une très probable augmentation du budget de la Défense.

"D'un point de vue stratégique, « Israël » se retrouve désormais dans une situation hostile. Il n'y a plus personne pour diriger les Etats pragmatiques et modérés alors que la Turquie et l'Iran montent en puissance", relève Zvi Mazel, un ancien ambassadeur d' « Israël » en Egypte.

Pour faire face à cette période d'incertitudes, les dirigeants israéliens ont eu le réflexe traditionnel de se tourner vers les Etats-Unis, malgré les critiques suscitées par l'attitude du président Barack Obama, accusé par les médias d'avoir "lâché" Hosni Moubarak, un allié de toujours des Américains.

Le ministre de la guerre Ehud Barak a ainsi été dépêché à Washington pour s'assurer du soutien américain et de la poursuite de l'aide militaire américaine de trois milliards de dollars versée chaque année à l'entité sioniste. Son appel a été entendu.

Le plus haut-gradé américain, l'amiral Mike Mullen, se rend par ailleurs dimanche et lundi en Jordanie et en « Israël » pour rassurer et consulter ses deux alliés. Il "discutera des questions de sécurité d'intérêt commun et réaffirmera à ces deux partenaires clés l'engagement de l'armée américaine" à leurs côtés, a souligné un porte-parole du Pentagone.

Source : Al Manar

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Egypte/Israël

Même sujet

Même auteur

Al Manar

Même date

14 février 2011