Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2158 fois

Hébron -

Là où règne le silence : la politique séparatiste d'Israël et l'éviction forcée des Palestiniens du centre d'Hébron

Par

Extrait du rapport de B'Tselem, mai 2007.

Depuis des années, Israël installe nombre de colonies à l'intérieur et autour de la Vieille Ville d'Hébron, qui était traditionnellement le centre commercial de toute la partie sud de la Cisjordanie. Les autorités israéliennes chargées de l'application des lois et les forces de sécurité font payer à toute la population palestinienne le prix de la protection des colonies israéliennes dans la ville. Dans ce but, les autorités impose un régime intentionnellement et ouvertement basé sur le "principe de séparation", dont le résultat est qu'Israël a créé une ségrégation juridique et physique entre les colons israéliens et la majorité palestinienne.

Là où règne le silence : la politique séparatiste d'Israël et l'éviction forcée des Palestiniens du centre d'Hébron


Hébron : les colons patrouillent....

Cette politique a mené à l'effondrement économique du centre d'Hébron et a obligé de nombreux Palestiniens à partir.

Les résultats d'une enquête menée pour la préparation de ce rapport montre qu'au moins 1.014 unités d'habitations palestiniennes du centre d'Hébron ont été évacuées par leurs habitants. Ce chiffre représente 41,9% des unités d'habitation de la zone concernée. 65% (659) des appartements vides ont été évacués au cours de la 2ème Intifada.

En ce qui concerne les établissements commerciaux palestiniens, 1.829 sont fermés. Ce chiffre représente 76,6% de l'ensemble des établissements commerciaux de la zone concernée. Parmi les magasins fermés, 62,4% (1.141) ont été fermés durant la 2ème Intifada. Au moins 440 d'entre eux ont été fermés sur ordres militaires.

Les éléments principaux de la politique séparatiste d'Israël sont des restrictions sévères et extensives sur la mobilité des Palestiniens et la faillite systématique des autorités à appliquer la loi et l'ordre aux colons violents qui attaquent les Palestiniens. Les habitants palestiniens de la ville souffrent aussi directement des actions des forces de sécurité israéliennes.

Restrictions sur la mobilité palestinienne et fermeture des commerces

Au cours des trois premières années de l'Intifada, l'armée a imposé un couvre-feu sur les Palestiniens du centre ville d'Hébron pendant plus de 377 jours au total, dont une période de 182 jours consécutifs, avec quelques courtes interruptions pour aller s'approvisionner.

En plus, l'armée a créé une bande de terre contiguë dans le centre ville, au long de laquelle la circulation des véhicules palestiniens est interdite. La partie centrale de cette bande comprend beaucoup de sections de route interdites même aux piétons palestiniens. Cette bande bloque l'artère principale du trafic nord-sud dans la ville, et affecte donc la ville toute entière.

Voir la carte

Les interdictions importantes ont mené à la fermeture de centaines de magasins, en plus de ceux qui avaient été fermés sur ordre militaire.

Défaut de protection des Palestiniens contre la violence des colons

Au cours des années, les colons de la ville n'ont cessé d'attaquer les habitants palestiniens de la ville, quelquefois avec une extrême violence. Depuis le début de la 2ème Intifada, les colons se sont livrés à des attaques physiques, y compris des coups, quelquefois avec des cannes, des jets de pierre, d'ordures, de sable, d'eau, de chlore et de bouteilles vides. Les colons ont détruit des magasins et des portes, commis des vols et abattu des arbres fruitiers.

Les colons ont également été impliqués dans des tirs de fusil, des tentatives de renverser des personnes, d'empoisonnement des puits, d'intrusion dans les maisons, de jets de liquide brûlant au visage d'un Palestinien, et du meurtre d'une jeune palestinienne.

Les soldats sont généralement positionnés à chaque coin de rue et près des colonies, mais la plupart du temps, ils ne font rien pour protéger les Palestiniens des attaques des colons. De même la police, qui n'applique pas la loi et défère rarement les assaillants en justice. N'y réagissant pas de façon appropriée, les autorités cautionnent de fait la violence des colons d'Hébron.

Cette violence, en plus d'être cruelle, a également contribué au "transfert silencieux" de milliers de Palestiniens qui ont quitté le centre de la ville.

Tort aux habitants palestiniens par les soldats et les officiers de police

La présence accrue des soldats et de la police dans le centre ville d'Hébron draine avec elle la violence, l'usage excessif et injustifié de la force, et l'abus des pouvoirs que la loi leur confère.

La violence, les fouilles arbitraires des maisons, la saisie des maisons, le harcèlement, la détention des passants et les traitements humiliants sont devenus la réalité quotidienne des Palestiniens et ont poussé beaucoup d'entre eux à déménager vers des zones plus sûres.

Les politiques d'Israël ont un impact très grave sur les milliers de Palestiniens par la violation de leur droit à la vie, à la liberté, à la sécurité personnelle, à la liberté de mouvement, à la santé et à la propriété, entre autres droits fondamentaux. Ces politiques sont en infraction avec les obligations d'Israël au regard des lois humanitaires internationales, des droits de l'homme, et des lois administratives et constitutionnelles israéliennes.

Etant donné les effets drastiques de ces mesures sur la structure sociale palestinienne dans la région et le "transfert silencieux" de milliers de Palestiniens qui en résulte, elles constituent une infraction à l'interdiction du transfert forcé, partie intégrante de la 4ème Convention de Genève et est donc un crime de guerre, dont les auteurs portent une responsabilité personnelle.

Les colonies israéliennes à Hébron, qui ont été établies en infraction des obligations d'Israël selon les lois internationales, causent des infractions graves et continues des dispositions juridiques internationales destinées à la protection des droits humains des personnes sous occupation agressive. Israël prétend qu'il lui est impossible d'assurer la sécurité des colons sans séparer les Palestiniens et les Israéliens dans la ville, et sans enfreindre les droits fondamentaux des habitants palestiniens, ce qui provoque le départ des Palestiniens du centre ville.

L'Etat d'Israël a l'obligation juridique et morale d'évacuer les Israéliens qui occupent Hébron, et de les ramener en Israël.

Jusqu'à l'évacuation des colons, les autorités israéliennes doivent assurer leur sécurité en même temps que réduire les violations des droits des Palestiniens. Pour ce faire, le gouvernement israélien doit permettre aux Palestiniens de circuler dans le centre ville, de rentrer chez eux, de revitaliser le centre ville comme zone commerçante, appliquer la loi contre les colons violents, enquêter sur chaque cas de violation de la loi par les forces de sécurité et empêcher les colons de prendre le contrôle de nouveaux bâtiments et parties de la ville.

Lire le rapport complet, en anglais, sur le site de B'Tselem

Voir les photos comparatives de deux quartiers commerçants du centre ville d'Hébron, prises dans les années 90 et en 2007

Source : ISM

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Hébron

Même sujet

Colonies

Même auteur

BTselem

Même date

16 mai 2007