Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1580 fois

Cisjordanie -

La politique de la Verticalité : 6 - Le paradoxe de la double vision

Par

Eyal Weizman est un architecte basé à Tel-Aviv et à Londres. Pour sa propre clientèle à Tel-Aviv, Eyal est actuellement en train de reconstruire le Ashdod musée de l’Art d’Ashdod (avec Rafi Segak et Manuel Herz) et une scène pour la compagnie de théatre Itim (avec Rafi Segal). Il mène également des recherches pour l’organisation des droits humains B'tselem sur les aspects de la planification de l’occupation israélienne en Cisjordanie. Eyal enseigne à l’Ecole d’Architecture Bartlett de Londres et au Technion à Haifa. Il collabore avec Zvi Hecker à Berlin sur un quartier général dans l'Aéroport Schipol à Amsterdam. Il développe la Politique de la Verticalité en une thèse, un livre et un film. Il a écrit deux livres et a exposé à Vienne, New York, Berlin, London et Jerusalem.

Le voyage dans les montagnes, cherchant à rétablir une relation entre le terrain et les textes sacrés, fut un travail de repérage des localisations des sites "bibliques" et de construction de colonies les jouxtant. Les colons ont transformé la "topographie" en "scénographie", façonnant un paysage exégète avec un engrenage de significations bibliques qui doivent être 'lues', pas seulement "vues".

Par exemple, une colonie située près de la cité palestinienne de Naplouse se présente elle-même comme ceci :

Shilo s’étend haut sur les collines dominant Tel Shilo, où plus de trois mille années plus tôt les enfants d’Israël se réunissaient pour ériger le Tabernacle et pour repartir la terre d'Israël en lots entre tribus

Cet ancien centre spirituel a maintenu son pouvoir dans le foyer du Shilo des temps modernes.


Plutôt qu’être une ressource pour la culture agricole ou industrielle, le paysage affermit le lien avec les mythes religieux nationaux. La vue du paysage n’évoque pas les contemplations solennelles mais est devenu un regard actif, partie d’un rituel extatique : "cela me cause une telle excitation que je ne peux même pas en parler avec simplicité" dit Menora Katover, femme d’un éminent chef des colons, à propos de la vue des montagnes de Shomron.

Une autre brochure de vente, publiée par un membre du recrutement de Brooklyn et faisant de la publicité pour la colonie ultra orthodoxe d’Emmanuel, évoque le pastoral : "la ville d’Emmanuel, située à 440 mètres au dessus du niveau de la mer a une vue magnifique sur la plaine côtière et les montagnes de Judée. Le paysage vallonné, est agrémenté par des oliveraies produisant des olives vertes et enchante par son calme pastoral".

Il y a un paradoxe dans cette description. Ce qui rend justement le paysage "biblique" - habitat traditionnel, cultures en terrasses, vergers d’olives vertes et constructions en pierres - a été construit par les arabes que les colons sont sur le point de remplacer.

Le peuple qui cultive les «oliveraies» et qui rend le paysage "biblique", est celui là même qui est exclu du panorama.

C’est seulement quand elle en vient aux routes, que la brochure mentionne les arabes et seulement comme moyen d’exclusion.

"Un système de routes pour automobiles a été développé, permettant de voyager rapidement et en sécurité, de la région de Tel-Aviv à celle de Jérusalem sur des routes modernes, en évitant les villes arabes (accentué dans l’original). Le regard qui peut voir "une pastorale, un paysage biblique" ne remarquera pas ce qu’il ne veut pas voir - les Palestiniens.


PHOTO-ESSAI : BROCHURES DES COLONIES

Cliquez ici pour voir les images des brochures de Moshav Gadid. C’est une grande colonie dans le bloc de colonies de Gush Katif dans la Bande de Gaza. Site en première ligne pour les attaques, il est toujours fait pour lui de la publicité en termes utopiques, soulignant la qualité de la vie dans un environnement idéal.

Emanuel, une colonie ultra-orthodoxe en Cisjordanie , fait de la publicité principalement aux USA pour le recrutement de ses membres. Sa construction a été stoppée suite à un scandale financier impliquant l’un de ses promoteurs.
Les autres images sont des spécifications sur les types de logement et des services dans d'autres colonies
Regarder les images


La stratégie de l’Etat asseoit la vision comme un moyen de contrôle et utilise les yeux des colons à ce propos. Les colons célèbrent le panorama non seulement comme une sublime ressource mais aussi comme quelque chose qui peut être publié. Le point de vue des colons sert deux ordres du jour contradictoires simultanés.

La brochure de la colonie d' Emmanuel continue : «En effet la nouvelle vie juive prospère dans les collines de Shomron et les nuits sont illuminées par les lumières des colonies juives de toute part. Au centre de toute cette merveilleuse activité grouillante, Emmanuel, une ville de la Torah est en train de naître à la vie».

Depuis le sommet de la colline, la nuit, un colon peut lever les yeux pour ne voir que la lumière des autres colonies, perchées sur des hauteurs similaires, en haut des sommets voisins.

La nuit, les colons peuvent éviter la vue des villes et des villages arabes, et sentir qu’ils sont réellement arrivés «le peuple sans terre - dans la terre sans peuple». (Ce fameux slogan attribué à Israël Zangwill, un des premiers sionistes qui est arrivé en Palestine avant le mandat britannique, et décrivit le pays qui était destiné aux sionistes d’Europe de l’Est comme désolé et délaissé).

La latitude ainsi, devint plus qu'une simple position relative sur la carte du terrain. Sa fonction est d’implanter littéralement les parallèles géographiques des «premier» et «troisième» mondes, habitant deux plans distincts, dans la saisissante proximité sans précédent que seule la dimension verticale des montagnes peut fournir.

Plutôt qu’une séparation concluante entre deux nations par une ligne de frontière, l’organisation du terrain particulier de la Cisjordanie a créé de multiples séparations, des frontières provisoires, qui établissent des rapports de surveillance et de contrôle entre chacun. Cette intensification du pouvoir, peut être réussie de cette façon seulement, grâce à la particularité du terrain.

Les colonies des montagnes sont le dernier acte de l’urbanisation des enclaves. Elles terminent la politique de séparation, d'isolement et de contrôle, les instituant comme une condition ultime de l’urbanisation moderne et des ensembles architecturaux tels que le «nouvel urbanisme», les quartiers d' enclaves suburbaines, ou les communautés clôturées. La plus commune des typologies architecturales est mise à nue, de façon terrifiante, au coeur de la topographie de la Cisjordanie .

Copyright © Eyal Weizman, 2002. Publié par openDemocracy




Index de la Politique de la Verticalité

1 - Introduction

2 - Cartes

3 - Collines et vallées de la Cisjordanie

4 - Colonies de la Cisjordanie

5 - Urbanisme optique

6 - Le paradoxe de la double vision

7 - De l’eau à la merde

8 - Excavation du sacré

9 - Jérusalem

10 - Routes – dessus et dessous

11 - Contrôle du ciel

Source : www.opendemocracy.net/

Traduction : MAP

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Colonies

Même auteur

Eyal Weizman