Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 941 fois

Cisjordanie occupée -

La récolte des olives palestiniennes et la propagande israélienne

Par

La récolte des olives en Palestine est un rappel annuel du vandalisme et de la violence des colons israéliens. En 2018, l'ONG israélienne B'Tselem a rendu compte des dégâts considérables infligés aux oliveraies, un agriculteur palestinien expliquant que "les arbres semblaient avoir été massacrés". Pendant ce temps, les disparités concernant la liberté de circulation - accès illimité pour les colons israéliens et jours de récolte coordonnés pour les Palestiniens - contraignent une fois de plus les Palestiniens à un silence qui n'est pas de leur propre fait.

La récolte des olives palestiniennes et la propagande israélienne

Sachant que déposer plainte auprès des autorités israéliennes ne donne aucun résultat, les agriculteurs palestiniens sont obligés de choisir le silence et une récolte plus faible. "Il ne me restait que trois jours coordonnés et j’aie préféré récolter les arbres restants", explique l'un d'eux.

La Coordination militaire israélienne des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) voudrait faire croire au monde entier qu'il en est autrement. Cependant, sa dernière vidéo de propagande expose deux réalités que l'État israélien n'a pas l'intention de renverser : les restrictions actuelles à la circulation des Palestiniens et la violence des colons comme mesure complémentaire à la dépossession du peuple palestinien par l'État colonial.

"Notre objectif est de faire en sorte que chaque agriculteur ait un accès libre et sûr à ses arbres et puisse récolter ses olives sans aucun problème", déclare le responsable israélien. En plus des images montrant des Palestiniens en train de récolter les olives, le fonctionnaire ajoute : "Comme vous pouvez le voir, les agriculteurs palestiniens qui vivent ici travaillent librement. Nous sommes ici avec eux, et c'est notre but."

Photo
La semaine dernière, des colons israéliens ont attaqué les oliveraies du village d’As-Sawiya, au sud de Naplouse, massacré des oliviers vieux d’un demi-siècle et volé des récoltes.


La coordination de la récolte des olives n'est pas la liberté, pas plus qu'une présence militaire dans un scénario de travail. Si la COGAT a besoin de souligner sa présence dans les champs et de mettre l'accent sur "l'accès libre et sécurisé" à la terre, elle souligne une pléthore de violations qui sont non seulement liées à la récolte des olives, mais aussi à l'Etat israélien qui prive les Palestiniens de droits qui, ailleurs, sont considérés comme acquis. La présence d'Israël, ainsi que celle des militaires et des colons, est la raison pour laquelle la COGAT tente de normaliser la présence militaire et l'assimile à un accès sûr des Palestiniens à leurs terres.

Bien sûr, la vidéo tente de détourner l'attention de la protection des colons par l'armée alors même qu'ils vandalisent les terres et les biens palestiniens et détruisent la principale source de subsistance des agriculteurs, une des raisons pour lesquelles l'agriculture palestinienne est devenue militarisée. L'attachement palestinien à la terre est l'obstacle d'Israël ; les colons contribuent à l'expansion progressive de l'État colonial et, par conséquent, à la dépossession palestinienne. L'année dernière, les colons ont comparé l'agriculture palestinienne au terrorisme, défiguration ultime de l'agriculture et de la présence des Palestiniens sur leurs propres terres.

Photo

COGAT a publié une vidéo louant une collaboration qui n'explique pas pourquoi une présence militaire est nécessaire à proximité des fermiers palestiniens ; il n'y a aucune mention de la violence des colons ou du vol de terres coloniales dans la propagande. Pourtant, les colons laissent régulièrement leurs traces, opérant à la vue de tous et sous la protection ultime de l'État d'Israël.

La question est beaucoup plus vaste que la récolte des olives ; c'est le vol de terres qu'Israël élimine de son faux récit. Pourtant, ce faisant, elle soulève une question évidente : pourquoi les Palestiniens devraient-ils être forcés de travailler aux côtés d'une présence militaire s'ils vivent effectivement librement sur leur propre terre ?


Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie occupée

Même sujet

Récolte des olives

Même auteur

Ramona Wadi

Même date

11 novembre 2019