Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3163 fois

Israël -

La solution finale de Sharon

Par

> kristoffer.larsson@sobernet.nu

Un commentaire quelque peu insolent mais néanmoins honnête a été publié dans le quotidien israélien Haaretz en septembre. Il parlait du besoin de soutien d'Israel (ou plutôt de son manque de soutien), de la part du monde extérieur.
Le titre présentait tout ce qui doit être dit : “Israel n'a besoin de personne sauf de lui-même.”
L'auteur Alon Liel est un ancien directeur général du Ministère des Affaires Etrangères israélien, donc on peut penser qu'il sait de quoi il parle.

Liel conclut que :
"Les cinq dernières années, les années de l'Intifada Al-Aqsa, nous ont appris une leçon importante sur la situation d'Israël dans l'arène internationale:
En effet, Israël est devenu immunisé contre la pression internationale. Au début du 21ème siècle, le conflit Israélo-Arabe est devenu plus un problème national d'Israël et de certains de ses voisins et moins un problème international [... ]
Les gens qui pensent toujours que le conflit Israélo-Arabe sera résolu seulement par une pression internationale peuvent l'oublier
." [1]

Le traitement des Palestiniens a créé des problèmes pour Israël. Après le soulèvement de l'Intifada (terme Arabe pour ''soulèvement'), les relations d'Israël avec les pays Musulmans se sont encore aggravées.
Encore plus important, l'Europe et les Etats-Unis n'ont pas été satisfaits du saccage des Israéliens.


Les Européens ont condamné la construction du mur et ont réitéré le besoin d'établir un état palestinien dans les territoires occupés.
On peut, après tout, dire que le point de vue européen sur le conflit, est clair.
Mais a-t-il forcé Israël à imposer une politique d'apaisement, ou d'autres concessions en cette matière? Pas vraiment.

Les Européens n'ont aucun problème pour ouvrir leurs gueules. Ils voient ce que fait Israël, mais seuls les mots sont utilisés pour le condamner, aucune action n'est en vue.

D'une manière remarquable, les Israéliens se comportent avec une telle brutalité que même les Américains ont réagi.

Quand la Secrétaire d'Etat, Condoleezza Rice, a visité Israël avant l'évacuation du désengagement de Gaza, elle a à plusieurs reprises déclaré qu'Israël devait aller plus loin que son intention sincère d'évacuer les 8.500 colons juifs de la Bande de Gaza.

Le soutien américain à Israël a été défini comme étant le seul élément important dans les attitudes négatives envers la politique américaine dans le monde Arabe.

Les Américains s'en rendent compte et ont donc été pendant longtemps derrière Israël pour qu'il effectue des retraits. Ce n'est pas qu'aujourd'hui qu'ils ont réellement réussi à le faire.

Mais bien que la politique israélienne ait un impact négatif sur les intérêts américains dans la région, il continue à rester le patron perpétuel d'Israël. Washington est encore désigné par l'écrivain et l'animateur de radio américain, Jeff Blankfort, comme "le plus important territoire occupé d'Israël."



Après le désastre de la Nouvelle-Orléans, les Sionistes ont craint que les coûts matériels élevés pourraient mener à couper les milliards sans fin que les contribuables américains sont forcés de payer pour aider Israël, année après année.
Excepté les catastrophes nationales, aucune action israélienne ne semble avoir un effet sur le soutien américain - Washington reste un territoire occupé par les Sionistes.

Les pressions de Bush et Rice sur leurs contre-parties israéliennes ne seraient pas possibles si Bush n'était pas dans son second et dernier mandat de président, ce qui signifie qu'il n'a pas à lécher les bottes des groupes puissants de lobby pour avoir une chance à la prochaine élection présidentielle.


L'auteur américain, Gore Vidal a révélé pourquoi les Etats-Unis ont été les premiers à reconnaitre Israël :
"Autrefois vers la fin des années 50, le commère mondain et historien occasionnel, John F. Kennedy, me raconta comment, en 1948, Harry S. Truman avait été joliment abandonné par tous quand il a participé aux élections pour la présidence.
Alors un Sioniste américain lui a apporté deux millions de dollars en liquide dans une valise, à bord du son train de campagne.
'C'est pourquoi notre reconnaissance d'Israël a été tellement rapidement.'
Comme ni Jack ni moi n'étions antisemites (à la différence de son père et de mon grand-père) nous avons pris ça comme une autre histoire drêle au sujet de Truman et de la corruption sereine de la politique américaine [...
]

(Aucune ) autre minorité dans l'histoire américaine a jamais autant détourné d'argent des contribuables américains afin de l'investir dans une 'patrie'.
C'est comme si le contribuable américain avait été obligé de soutenir le pape dans sa reconquête des Etats Papaux seulement parce qu'un un tiers de notre population est catholique.
Si cela avait été tenté, il y aurait eu beaucoup de tapage et le Congrès aurait dit non.
Mais une minorité religieuse de moins de 2% a acheté ou a intimidé 70 sénateurs (les deux tiers nécessaires pour l'emporter sur un veto présidentiel peu probable) tout en ayant l'appui des médias." [2]

Comme noté plus têt, Liel est honnête dans son analyse : "si Israël n'établit pas l'état palestinien, il ne viendra pas."

Annexer la bande de Gaza s'est avéré être une tâche impossible en raison de la situation démographique. Remplir la Bande de Gaza d'assez de juifs pour la coloniser, avec une base de 8.500 Juifs et de 1,3 millions de Palestiniens, était une tâche impossible.

L'historien Benny Morris avait parfaitement raison quand il a dit que l'échec de Ben-Gurion à expulser tous les Palestiniens en 1948 est quelque chose avec lequel Israël devra vivre. La poursuite du plan n'est plus possible.
Les Sionistes peuvent accomplir le nettoyage ethnique à Jérusalem, mais pas dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie . C'est un fait inévitable dont Sharon se rend compte .

Quand il a réalisé que toute la Palestine sans Palestiniens était hors d'atteinte, le mouvement sioniste a été forcé de reconsidérer et de revoir son rêve. Le nouvel objectif est devenu : Le plus possible de la Palestine avec le moins possible de Palestiniens.



Les 78% de la terre, qu'Arafat a décidé d'adjuger à Israël en 1993, n'étaient pas suffisant pour les Sionistes. Ils ont exigé plus. Il y a seulement un léger problème : les Palestiniens ne sont pas disposés à accepter moins de leurs 22%.
Et pourquoi le devraient-ils?

Indépendamment d'un trop bas pourcentage de sol arable, les Palestiniens n'accepteront jamais un accord qui ne leur donne pas Jérusalem-Est, la capitale et le coeur de l'Etat palestinien à venir.

D'ailleurs, le premier ministre Ariel Sharon parle pour tous les Sionistes quand il assure, à maintes reprises, que le gouvernement israélien "ne négociera pas Jérusalem" et qu'il décrit la ville comme "la capitale israélienne, qui est unie et indivisible pour l'éternité." [3]

En déclarant ouvertement qu'Israël "ne négociera pas" cette question, Sharon indique clairement que toutes les négociations de paix sont plus ou moins sans signification, puisque ni l'une ou l'autre partie n'est disposée à faire des concessions

Cependant, en tant que partie considérablement plus forte, Israël a un avantage. Les Sionistes peuvent imposer leur 'accord de paix 'par la force, indépendamment de ce que pensent les Palestiniens (ou n'importe qui d'autre sur ce sujet).

Ce plan a été explicitement formulé par Sharon : "Il n'y a pas besoin de discussion, nous devons construire, et nous construisons sans (en) disucter." (4)

Cela explique la construction du mur d'Apartheid qui serpente à travers la Cisjordanie . En suivant la route du Mur, il est évident que Sharon essaye de créer le Grand Jérusalem.

Dire qu'Israël doit avancer unilatéralement en raison du manque de compromis des Palestiniens et de leur réticence à s'occuper du terrorisme, tout en étant traité d''homme de paix' pour avoir laissé Gaza, Sharon établit de nouvelles frontières qui laisse aux Palestiniens moins de 15% de la terre.

En coupant en deux la Cisjordanie par un Mur de 8 mètres de haut et de 650 kilomètres de long [5] et en laissant près de la moitié de la Cisjordanie du cêté israélien, le rêve de Jérusalem sans Palestiniens est sur le point d'être accompli.

Selon B'Tselem, après avoir annexé Jérusalem-Est en 1967,
Israël a effectué un recensement dans ces secteurs, et a accordé le statut de résidence permanente aux habitants présents dans les secteurs annexés lorsque le recensement a été effectué.

Les personnes non présentes dans la ville pour quelque raison que ce soit ont perdu pour toujours leur droit de résider à Jérusalem. Des résidants permanents ont été autorisés, s'ils le souhaitaient et s'ils respectaient certaines conditions, à obtenir la citoyenneté israélienne.
Ces conditions incluaient le serment d'allégeance à l'Etat, la preuve qu'ils ne sont pas des citoyens d'autres pays, et de montre une certaine connaissance de l'Hébreu (alors que les juifs israéliens sont autorisés à avoir une double ou une triple nationalité - sans connaitre un mot d'Hébreu/KL].

Pour des raisons politiques, la plupart des résidants n'ont pas demandé la citoyenneté israélienne [... ]

À la différence de la citoyenneté, la résidence permanente est seulement transmise aux enfants du détenteur quand le détenteur se conforme à certaines conditions.
Un résidant permanent avec un conjoint non-résident doit soumettre, au nom du conjoint, une demande pour une réunification de famille. Seuls les citoyens ont le droit de revenir à tout moment en Israël." [6]


Aujourd'hui il est évident que ne pas avoir demandé la citoyenneté a été une grande erreur. Il est peu connu que près de la moitié des 450.000 colons Juifs habitent à Jérusalem-Est.

Depuis qu'il en a pris le contrêle, Israël a construit environ 90.000 logements pour des Juifs seulement. Non seulement les Palestiniens sont interdits d'accès aux colonies juives, ils se voient refuser catégoriquement toute demande de permis de construire.

D'ailleurs, bien qu'ils ne soient pas des citoyens israéliens, les Palestiniens de Jérusalem-Est paient des impêts à l'Etat israélien comme s'ils étaient des "véritables" citoyens.
"La municipalité de Jérusalem perçoit environ 40% de ses revenus des Arabes, mais dépense environ 5% pour nous," a dit Hisham Al-Bakri, un habitant de Jérusalem-Est à Aljazeera. [7]

Le Comité Israélien Contre les Démolitions de Maisons (ICAHD) estime que 25.000 autres logements devraient être construits pour satisfaire la demande des Palestiniens. [8]

Considérant qu'environ 225.000 Palestiniens vivent dans la ville, le manque de 25.000 logements est un énorme problème contre lequel ils ne peuvent rien faire.

Et si un Palestinien, qui a un droit au statut de résidence permanente, décide de quitter Jérusalem, il risque de perdre sa résidence permanente et donc son droit à résider dans sa ville natale pour toujours.

Comme il ne possède pas la citoyenneté israélienne, il n'est pas non plus autorisé à résider du cêté israélien de la Ligne Verte. L'option qui lui reste est d'aller en Cisjordanie , à Gaza ou – comme l'espèrent les Sionistes – quitter le pays.

Cette politique d'Apartheid n'est rien d'autre qu'un nettoyage ethnique. Elle est mise en application pour créer une majorité juive de 75% à Jérusalem-Est, rendant l'ensemble de la ville 'Juive' pour toujours.

Si on laisse faire cela pendant deux autres années, les Juifs dépasseront en nombre les Non-Juifs dans la partie Est de la Ville Sainte (aujourd'hui, les Palestiniens sont supérieurs en nombre aux Juifs : 55% contre 45%).

Au total, "les Arabes composent un tiers de la population de Jérusalem, mais ils ont accès seulement à 7% de la terre urbaine," écrit l'ICAHD.

Vous pouvez dire ce que vous voulez sur Sharon, mais il n'est pas stupide.

Ses critiques contre la droite sioniste qui n'a toujours pas compris son plan - c'est pourquoi ils l'attaquent pour l'évacuation de Gaza.

Mais quand ils réaliseront que l'Etat Juif n'aura pas moins de 90% de la terre, ils devront le féliciter en tant que véritable Sioniste qui a fourni la solution finale au problème palestinien.


NOTES :

[1] “Israël n'a besoin de personne sauf de lui-même.”, par Alon Liel, Haaretz online, 24 Septembre 2005;
http://www.haaretz.com/hasen/spages/628502.html

[2] Avant-propos sur l'histoire Juive, la religion Juive, par Israël Shahak (Pluto Press).

[3] Sharon dit au Juifs américains : Israël ne négociera jamais au sujet de Jérusalem, par Aluf Benn, Haaretz online, 24 mai 2005.

[4] Sharon : Plus d'évacuations, par Attila Somfalvi, Ynetnews, 6 septembre 2005;
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3138118,00.html

[5] http://stopthewall.org/FAQs/33.shtml

[6] http://www.btselem.org/English/Jerusalem/Legal_Status.asp

[7] Israël vise les Palestiniens de Jerusalem, par Laila El-Haddad in Gaza, Aljazeera 29/12/03;
http://english.aljazeera.net/NR/exeres/1B4E92BA-A61B-4C6B-B8A2-52627BFC3663.htm

[8] http://www.icahd.org/eng/faq.asp?menu=9&submenu=1

Source : IMEMC

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Kristoffer Larsson

Même date

8 novembre 2005