Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1912 fois

Jérusalem -

La vente du Lot n° 62

Par

Maraga a pris une chambre dans l'hôtel et les gens d'Ateret Kohanim ont pris la chambre de la porte voisine.
Matti Dan, l’avocat Shifferman, les investisseurs – tout le monde était là, à attendre plutôt anxieux.
Maraga a pris la valise avec l'argent, est entré dans la chambre voisine, a payé les propriétaires palestiniens, a reçu les titres de propriété en échange, est allé de nouveau dans la chambre d'Ateret Kohanim, a signé les papiers pour le transfert de la propriété aux Entreprises Blake - une compagnie que les investisseurs avaient créé quelques jours plus tôt dans les Îles Marshall – a empoché 10.000 $ en cash et est rentré à la maison pour fêter cela avec son épouse et ses enfants.

Jeux d'action et d'espion, argent et voitures de luxe – c’est tout ce qu’il voulait de la vie.

Mais quand Mohammed Maraga s’est mêlé de l’achat de terres pour Ateret Kohanim à Jérusalem Est, il a obtenu bien plus que ce qu'il avait négocié.

À 23h30, sur la route entre New York et Atlantic City, assis dans un limousine avec un avocat juif et deux prostituées russes, Mohammed Maraga a soudainement compris que ses associés juifs l’avaient trompé.

Les gens qui pendant les quatre dernières années avait été sa deuxième famille cachée; avec qui il avait trompé sa véritable famille et ses voisins; avec qui il avait trouvé, installé et construit une tour résidentielle en contradiction avec toutes les lois connues; aux frais desquels il s'était amusé, avait voyagé à l'étranger, était monté dans des voitures de luxe, avait été avec des prostituées (avec ou sans ses associés) - ces gens, qui étaient en relation avec l'association Ateret Kohanim, l'avaient trompé.

Son rêve de commencer une nouvelle vie au Canada - loin de Silwan, le village à côté de la Vieille Ville de Jérusalem où il est né; loin des Israéliens et des Arabes et de leurs querelles sans fin, loin de l’endroit où il avait eu une vie excellente pendant toutes ces années - s'est effondré en un instant. Il souhaite qu'un tel effondrement soit le destin du bâtiment resplendissant de six étages que Maraga a lui-même construit pour les juifs au coeur de Silwan, dominant les bâtiments de deux étages du quartier le plus minable de Jérusalem-Est.


L'histoire de Mohammed Maraga n'est pas celle d'un homme innocent et droit. Loin de là.

Son passé comprend une condamnation au tribunal et cinq mois de prison pour usage de reçus falsifiés.
Il admet lui-même qu'il a vendu la même maison à deux groupes différents et qu’il était au courant de la falsification des papiers d'achat de nombreux bâtiments à Silwan. (Ateret Kohanim dit qu'il travaillait seul; Il a fait ce que ses maîtres lui demandait, déclare son avocat.)

Il doit des dizaines de milliers de shekels à des individus et à des organisations. Et c'est seulement une liste partielle.

Mais au delà de cela, l'histoire de Maraga est l'histoire de quelqu’un qui a essayé de s'attacher à des personnes fortes pour se sentir fort lui-même, qui étaient des fanatiques de l'action et des jeux d'espionnage et du franchissement des lignes alors qu'il ne savait pas lui-même comment tracer la ligne.


Ou peut-être est-ce l'histoire d'une victime, de quelqu'un qui a voulu jouer mais qui, un jour, a néanmoins été attaqué par d'autres, une personne faible qu'une association riche en argent liquide comme Ateret Kohanim a repêchée du tas d'ordures et l’a utilisé comme pion-clé dans son effort pour acquérir un autre appartement et un autre bâtiment et un autre lot au coeur d’un quartier arabe grouillant, tout cela sans respect de la loi et naturellement sans respect des implications de ses actions qui pourraient retomber sur quelqu'un comme Maraga.

Ainsi, quand la pancarte sur la porte d'un des appartements dans le bâtiment pour les juifs que Maraga construit à Silwan indique : "Oublie, le paradis est ici," Maraga vit avec trois ouvriers dans une chambre à Eilat, éloigné, en conflit et réellement séparé de son épouse et de ses trois enfants, et il travaille pour gagner sa vie du matin au soir comme peintre dans les hôtels de la ville pour 3.500 NIS par mois.

"J'étais un roi," dit-il. "maintenant je ne suis rien."



Les Maraga sont une grande famille respectée de Jérusalem. Ils ont également une lignée politique.

Le cousin de Zakariya, le père de Maraga, n'est rien d’autre qu'Abu Moussa, qui s'est rebellé contre Yasser Arafat au Liban pendant les années 80.

La famille proche de Maraga est considérée comme des supporters du Front Populaire de Libération de la Palestine, et bon nombre d'entre eux ont passé des années dans les prisons israéliennes, quelques uns, ironiquement, pour avoir attaqué des collaborateurs.

Un de ses cousins a été condamné à plus de 100 ans de prison pour le meurtre de cinq collaborateurs et son frère a été incarcéré pendant sept ans pour avoir agressé des collaborateurs.


Mohammed Maraga est né en 1966, juste avant que les Israéliens arrivent. "J’aurais dû mourir au cours de l’occupation," dit-il. "Notre famille a fui vers la Jordanie, j'avais 1 an, un oncle m'a fait traverser le Jourdain sur ses épaules et au milieu du fleuve j'ai glissé et je suis tombé à l'eau. C'est seulement un miracle que j'aie survécu."

Peu longtemps après la famille est revenu à Jérusalem, l’oncle Hamidan, des épaules duquel le petit Mohammed était tombé et à qui appartient le lot, acheté frauduleusement, sur lequel Mohammed construira 35 ans plus tard le batiment pour Juifs, a été condamné à 10 ans de prison en tant que chef d'une cellule du Front Populaire.

La mère de Mohammed a pris en pitié sa soeur, qui se retrouvait sans mari et n'avait aucun enfant, et lui a envoyé Mohammed pour qu’elle l’élève.

Maraga est devenu nostalgique de la série télévisée "Dynastie" qu'il regardait avec sa tante, et il se rappelle bien les voyages hebdomadaires dans un autobus de la Croix Rouge pour rendre visite à son oncle dans la prison de Ramle, "entre les arbres sur la vieille route, via Latrun."

En dépit du contexte politique de la famille, Maraga a choisi une direction différente.
Il est allé apprendre à nager et à jouer au basket-ball "avec les gosses de riches Arabes au YMCA" et ne se mêlait pas à ses environnements immédiats. "J'étais un solitaire, je savais ce que je voulais."


Ce que voulait Maraga, c’était l’Amérique, "Les rêves, les filles, la nourriture, l'argent, la vie, pas comme à Jérusalem-Est."

À l'âge de 17 ans, après le lycée, il a été admis dans une université du New Jersey, remercie beaucoup le frère de sa mère, qui vivait aux Etats-Unis depuis de nombreuses années.

Il a fait le voyage avec 200 $ dans la poche et s'est assis dans la première rangée de l'avion, ainsi il pourrait être le premier dehors à New York.
Mais personne ne l'attendait à l'aéroport Kennedy.
Pendant quatre heures, il est resté assis sur sa valise dans le hall d'aéroport, en attendant son oncle.
"Je pensais que c'était un oncle comme ceux que je connaissais, la famille; J'étais petit et il était grand, il s'occuperait de moi. Je ne savais pas que sa vie, c'était les affaires et l'argent."


Comme toujours, Maraga s’est bien adapté à cette vie. Il a passé sept ans aux Etats-Unis, à étudier et à travailler.
On lui a également donné le nom de Mike, le nom que les juifs avec qui il travaillerait des années plus tard préférerait utiliser.

Mike-Mohammed a épousé une Américaine d'origine finlandaise et ils ont eu un fils, Zakariya, nommé ainsi pour son père.
Quand Zakariya a eu 3 ans, les parents de Maraga lui ont demandé de revenir à Jérusalem.
Le premier intifada faisait rage, deux de ses trois frères étaient en prison et ses parents avaient besoin d'aide.

Maraga a envoyé son épouse et son fils en expédition forcée chez ses parents à Silwan. C’était l’année 1990 et son épouse a été accueillie avec du gaz lacrymogène que la police des frontières lui a tiré dans les jambes.
Elle a fait demi-tour, est rentrée en Amérique et a informé Maraga qu'elle n'allait pas élever son fils à Jérusalem.
Maraga lui a dit qu'il devait aider ses parents et son épouse a répliqué que s'il partait, il ne reverrait plus jamais son fils. C’est exactement ce qui s'est produit.

La dernière fois que Maraga a vu son premier fils, c’était il y a 15 ans.



Il avait un rêve

Maraga est revenu à Jérusalem à l'âge de 24 ans avec 2.000 $ et a travaillé comme technicien en climatisation, une profession qu'il avait apprise en Amérique.

Ses parents l'ont rapidement marié à une fille de bonne famille d’Abu Tor, un quartier plus riche que Silwan, qui se trouve à la limite entre Jérusalem-Est et Ouest.

"Ils ont voulu me mettre le grappin dessus, aussi ils m'ont marié à une femme Arabe," dit-il. Maraga est allé habité avec sa nouvelle épouse, Fatma, à Abu Tor, et là un nouveau destin l'attendait.
"Il y avait cette personne à Abu Tor qui avait obtenu l'autorisation de construire un café-salle de jeu. Il connaissait tout le monde - si vous aviez un problème, avec le ministère de l'Intérieur par exemple, vous alliez chez lui.
J'étais un ami de son fils, je trainais dans son café, et alors il a proposé que j'entre dans la "grande époque"."


Par "grand époque", il voulait dire travailler pour les Israéliens.
Il a commencé par l'unité 504 des Renseignements Militaires, mais refuse de dire ce qui il a fait au service de l'unité ("Pas de noms, Pas de lieux. Quand je suis parti j'ai promis de l'enterrer, et je l’ai fait.")

Il souligne qu'il n'a pas travaillé parmi "ses proches" - sa famille ou ses voisins.

"Est-ce que cela ne le gênait pas que lui, qui venait d'une famille qui avait liquidé des collaborateurs, de travailler pour l'armée israélienne?
Absolument pas; cela ne lui a jamais effleuré l’esprit." dit-il.
"Dans un pays, peu importe si vous êtes Juif ou Arabe, il doit y avoir la loi et la sécurité, et je me suis dit que si j'obtiennais de l'aide de leur part, je les aiderais."

Et il réalisait également un vieux rêve.

"Depuis que j'étais gosse, j'avais ce rêve d'être un espion, un jasus. À l'étranger, pas ici. Pour vivre le film et faire de grandes choses - pour entrer dans le costume de quelqu’un, d’obtenir de lui des informations, pour prendre soin de moi."

Après un an et demi dans l'unité 504, dit-il, il a commencé à travailler avec le service de sécurité le Shin Bet (le Shin Bet dit en réponse qu'il ne confirme pas ou ne nie pas le nom des personnes qui travaillent pour lui).

L'argent, dit Maraga, n'était pas le problème.
Dans l'unité 504, il n'a pas gagné d'argent du tout, et le Shin Bet lui a donné seulement 1.500 NIS par mois.

Le profit venait d'une source différente. "Je me sentais en sécurité, je savais que, advienne que pourra, si j'avais des problèmes et que ma famille ne pouvait pas m’aider, je pourrais compter sur l'aide de personnes importantes dans ce pays," dit-il.


À Jérusalem, Maraga dit, personne se savait qu’il était un jasus, personne ne l'a traité de collaborateur, mais tout le monde savait qu'il avait de bons contacts.
"Les gens disaient que si Maraga se tapait la tête contre le mur, l'argent en sortait."

Le sentiment de sécurité qu'il a acquis en travaillant pour les Israéliens l'a apparemment mené à se développer légèrement.

Il est devenu un entrepreneur de bâtiment, a employé des ouvriers mais qu’il n'a pas toujours payé, a émis des reçus pour des travaux qui n'ont jamais existé - et a été pris et a été condamné.
A quel point a-t’il découvert que travailler pour le Shin Bet "ne peut pas clore une affaire, cela peut seulement réduire la peine." ?


Il a passé cinq mois derrière des barreaux, a été libéré, est revenu au Shin Bet, et de là, en 1999, a commencé à travailler avec la police.
Ce n'était pas une question d’identification avec l'idéoligie Sioniste.

Quand l'autorité palestinienne a été établie, Maraga a voulu rejoindre ses forces de sécurité. Certains disent qu’il a également travaillé pour eux et qu’il était un genre d’agent double, mais Maraga dit que sa demande a été rejetée.
"Ils m'ont dit que ma famille n'était pas assez proche du Fatah, que nous étions trop du Front Populaire."

Ses affaires sont devenues florissantes. Il a obtenu des contrats dans le nord d'Israël et à Beit Shemesh, à l'ouest de Jérusalem.

Mais alors, tout s’est écroulé. Il a été frappé par une maladie mystérieuse. Les médecins ne pouvaient pas la diagnostiquer, et il a passé des mois au lit.

Les chèques ont commencé à être sans provisions, les ouvriers n'étaient pas payés, les dettes se sont accumulées, et puis il y a eu les menaces.

"Nous étions à un stade où ma femme et moi cherchions des mégots de cigarette dans les poubelles. Ma famille était comme dans le monde mais pas dans le monde - je n'ai pas ressenti leur existence, ils ne m'ont pas aidé. Quand j'avais de l'argent, tout le monde venait; maintenant ils m’ont oublié."



Contribution au peuple Juif

Peu à peu, au début de l’année 2000, quand les médecins ont diagnostiqué la maladie et que Maraga a commencé à prendre de la cortisone, il a recommencé à travailler, cette fois comme chauffeur de taxi.

Et puis, par hasard, un de ses clients, un vieil homme, lui a parlé des problèmes de documents qu’il avait avec une association de Juifs, Ateret Kohanim. Une lumière a clignoté dans la tête de Maraga. Il pourrait utiliser ses connections avec les Juifs

Il a obtenu le numéro de téléphone d'Ateret Kohanim de ses intermédiaires dans la police.
"Il ne m’a pas glissé le numéro de téléphone dans la main, et j’aurrais pu l’obtenir des renseignements aussi," dit-il. "Mais je l'ai demandé à la police et ils me l'ont donnée."

Quand il a appelé, ils ont organisé un rendez-vous dans un café de l’allée piétonnière Ben Yehuda du centre de Jérusalem.

Avi Shifferman, qui plus tard s'est avéré être le conseiller juridique de l'association, a regardé les papiers que Maraga lui montrait et il n’a pas bronché. Il connaissait l'histoire.
Mais apparemment Maraga l’a impressionné.

Shifferman a contacté Motti Zarbiv et Asaf Nechmad, qui étaient dans l'association, et ils lui ont expliqué le principe: Ils recherchent des propriétés, ils lui donnent l'argent et il achète les propriétés et les transfère à Ateret Kohanim.

"J'ai commencé à regarder à gauche et à droite, pour faire une affaire rapide, me faire dix ou vingt mille, payer les dettes, me sortir de cette mauvaise situation et repartir." dit-il.

Quand Ateret Kohanim a découvert qu'il vivait dans le "Quartier Yemenite" – un secteur de Silwan que les premiers immigrés juifs du Yémen ont colonisé à la fin du 19ème siècle et ont abandonné dans les années 30 - leur enthousiasme s’est accru.

"’C’est le rêve de ma vie' m’a dit Avshalom Ladani, l'acheteur d’Ateret Kohanim," dit Maraga. "Cette nuit-là, j'ai eu cette sorte de film dans ma tête. J'ai vu a quel point j'avais été malade et personne de ma famille n’était venu me rendre visite. C’était comme une vengeance."

La vengeance a pris la forme d'un modeste appartement de 70 mètres carré pas loin de la maison d'enfance de Maraga, au-dessus et au-dessous d'une famille palestinienne, les Rajabis, où vivaient 17 âmes.

Il a rencontré le propriétaire, la famille Asala, et a conclu un accord avec eux. Les papiers de propriété sont avérés valides et Ateret Kohanim a été absolument enchanté.

Matti Dan, le chef de l'association, qui a rencontré Maraga en l'honneur de cet heureux événement, a trouvé des investisseurs Canadiens, qui ont également promis à Maraga qu'il pourrait à l'avenir s'établir au Canada, en gratitude de "sa contribution au peuple Juif."


L'affaire s’est conclue en février 2000 dans l'hôtel Hyatt Regency sur le Mont Scopus à Jérusalem - 65.000 $ en cash.

Maraga a pris une chambre dans l'hôtel et les gens d'Ateret Kohanim ont pris la chambre de la porte voisine.
Matti Dan, l’avocat Shifferman, les investisseurs – tout le monde était là, à attendre plutôt anxieux.

Maraga a pris la valise avec l'argent, est entré dans la chambre voisine, a payé les propriétaires palestiniens, a reçu les titres de propriété en échange, est allé de nouveau dans la chambre d'Ateret Kohanim, a signé les papiers pour le transfert de la propriété aux Entreprises Blake - une compagnie que les investisseurs avaient créé quelques jours plus tôt dans les Îles Marshall – a empoché 10.000 $ en cash et est rentré à la maison pour fêter cela avec son épouse et ses enfants.

Le matin suivant, après les célébrations, il a regardé avec inquiétude par la fenêtre – il y avait peut-être quelqu'un qui était déjà arrivé pour le liquider.



Mike construit une maison

Jusqu'à ce moment-là, tout allait pour le mieux, plus ou moins. C’est vrai, Maraga avait trompé ses voisins et sa famille, Ateret Kohanim avait agi indirectement, l'argent était allé aux Îles Marshall et revenu, mais c’était totalement légal.

Après cette première transaction réussie, les deux parties sont apparemment devenus avides.

L’oncle de Maraga, Hamidan, celui qui a passé de nombreuses années en prison, avait besoin d’argent pour payer les études de ses enfants.
Maraga a décidé de lui acheter un lot de 120 mètres carrés à côté de la maison familliale à Silwan, à quelques dizaines de mètres de l'appartement qu'il avait acheté pour Ateret Kohanim.

Le plan était simple: Maraga achèterait la propriété de son oncle et la vendrait à Ateret Kohanim; puis il construirait un bel immeuble sur le site pour des acheteurs, avec Ateret Kohanim qui paierait et superviserait la construction.

Le contrat qui a été signé en juin 2000 entre Maraga et Mansion Property, une compagnie basée sur l'île britannique de Guernesey, stipulait que le lot (numéro 62 dans le bloc 29986) avait été transféré à l’entière propriété de la compagnie en échange d’un paiement de 10.000 dinars jordaniens le jour de la signature et de 10.000 autres dinars "contre le transfert de la propriété de l'objet de la vente en totalité."

Le contrat de construction cite Ateret Kohanim comme nom et Maraga comme entrepreneur. "Si le travail n'est pas exécuté," énonce le contrat, en date de septembre 2000 et signé par l’avocat Aryeh Yaakov (un notaire public qui travaille avec Ateret Kohanim) au nom de l'association, "le montant payé à l'entrepreneur sera déduit du paiement qu'Ateret Kohanim lui doit."

Dans un contrat postérieur, qui traite de la construction du bâtiment entier, l'association commissionne l'entrepreneur "pour exécuter l’ajout de quatre étages résidentiels au-dessus du rez-de-chaussée."

Le 31 Mai 2002, Ami Deri, qui est nommé dans le contrat en tant que personne qui dirigera la construction au nom de l'association et autorise le transfert continu des paiements à Maraga, a écrit directement à Matti Dan : "Je demande que vous autorisiez le paiement à Mike pour le coulage du plafond au troisième étage et pour les touches finales du deuxième étage."

Le paiement que Dan devait approuver, selon cette lettre, était de plus de 80.000 NIS. Les montants cités dans le contrat s'élèvent à plus de 400.000 $.

Maraga indique que, tout compris, il a reçu environ un demi-million de dollars pour la construction.


Curieusement, une chose est absente de tous les contrats signés entre Maraga et Ateret Kohanim : la question de la légalité de la construction.

Aucun des contrats stipulait qui devait demander à la municipalité de Jérusalem un permis de construire.

La raison est simple : personne n'a jamais demandé une telle autorisation et il n'y a aucun dossier de construction pour le lot 62 à la municipalité de Jérusalem.

Ce ne fut qu’en mars 2003, quand la glorieuse structure de six étages était déjà une batisse qui surplombait le quartier, qu’un inspecteur municipal, Yaron Eilas, s’est montré pour la première fois pour demander ce qui se passait.

La violation de construction est excessivement évidente.

Selon une lettre publiée en janvier 2003 par Menahem Gershuni, le député et directeur temporaire du Département d’Autorisation et d’Inspection de la municipalité de Jérusalem, la surface maximum pour la construction sur le lot 62 est de 240 mètres carrés.

Selon le contrat signé par l’avocat Yaakov, la surface constituant les quatre étages au-dessus du rez-de-chaussée est de 750 mètres carrés.


La municipalité, pour on ne sait quelle raison, a rejeté une demande de rendre public le dossier concernant les dérogations à la norme du lot 62.

Cependant, elle a indiqué qu’à Silwan "d’autres violations de construction ont été identifiées pendant cette période [ 2001-2004 ], dont chacune a été traitée sur ses propres mérites, et qu’un certain nombre de bâtiments ont été démolis pour construction illégale."

La municipalité explique que "la structure est située au coeur du quartier de Silwan et y rentrer est fonction de l'approbation et de l'escorte de la police des frontières, et de façon regrettable, il est difficile pour la municipalité d'entrer dans le quartier et d’y localiser les violations de constructions, même si elles sont particulièrement excessives et répandues."
Il n'est pas certain que ce soit la seule explication pour le manque d'action officielle.

Une demi-heure après que la municipalité ait été sommée de donner une réponse par Haaretz, Elias, l'inspecteur, a appelé Maraga.

"Je n'étais pas là (à Silwan) depuis un an et demi," a dit Elias à Maraga. (En réponse, la municipalité a prétendu que la conversation avait eu lieu avant que n’arrive la demande d’Haaretz et qu'Elias était en contact constant avec Maraga depuis un an et demi pour arranger l’affaire.)

"Je ne me suis pas occupé du cas depuis 2003... Puisque je connais votre connection, je ne peux pas dire aux autres qui vous êtes, ils ne le savent pas... Comment est-ce que je vous connais en fait partie? J'ai des amis dans toutes les institutions et autorités."

Les mots "votre connection" ne pouvaient signifier que deux choses : La connection de Maraga avec Ateret Kohanim ou avec les divers corps de sécurité.
"C’est à cause de Matti Dan, à cause d'Ateret Kohanim," a répondu Maraga. "C’est ce qu’Itzik, votre remplaçant, m’a dit."

"Cela n’a rien à voir," a dit Elias. "Je dois travailler en fonction des violations de construction, peu importe si c'est un Arabe ou un Juif."

C'était exactement une des questions qui ont été posées à la municipalité de Jérusalem:

Y a-t-il un traitement différent pour des violations de construction commises par des Juifs et par Arabes à Jérusalem Est?
La municipalité a-t-elle regardé ailleurs en raison des gens qui étaient derrière Maraga?

C’est difficile à dire. Ce qui est clair, c’est que toutes les violations de construction possibles ont été commises dans ce cas-ci et qu'Ateret Kohanim doit s'être rendu compte de tout.



Notre homme des `Yéménites'

Ni Maraga, ni Ateret Kohanim ne se sont intéressés à ces questions.
Leur relation amoureuse s'est développée.

Même le fait que Maraga se soit plaint qu'un haut responsable d'Ateret Kohanim lui ait demandé de gonfler le prix du lot qu'il avait acheté à son oncle de 10.000 à 30.000 dinars (une différence d'environ 24.000$) pour qu'ils puissent tous les deux doubler les bénéfices, a mis un frein à leurs relations.

Les responsables d'Ateret Kohanim, qui n'ont d'abord pas cru Maraga, l'ont envoyé dans plusieurs instituts de détecteur de mensonges , dont un appartenant à Yehezkel Segev.

Les "gens d'Ateret Kohanim m'ont demandé de passer Mike au détecteur de mensonges," dit Segev.
"Je l'ai fait alors qu'ils étaient tous là et il s'est avéré qu'il disait la vérité. Je lui refait un autre test et il a encore dit la vérité. Quelques jours plus tard ils ont appelé pour me dire qu'il avait vraiment dit la vérité et que l'affaire était close."

On ne sait pas si le haut responsable a rendu l'argent à Ateret Kohanim et si une plainte a été déposée à la police contre lui.
Quoi qu'il en soit, la personne en question a cessé de travailler pour l'association.

Maraga a alors continué à plein régime. Il parle de ses déplacements à l'étranger aux frais de l'association, de ses séjours dans les hôtels de luxe à Jérusalem égalements payés, de son bon temps avec des escortes, tous frais payés par le groupe de colonisation juive, des membres de l'association qui faisaient la fête avec lui en compagnie de femmes russes.

Asaf Nechmad et sa famille, dit Maraga, sont devenus des amis de sa famille. Ils ont voyagé ensemble à Tiberias et dans d'autres endroits en Israël.

En décembre 2002, Matti Dan a emmené Maraga visiter la Knesset (Maraga est noté sur la liste d'entrée en tant qu'invité de l'adjoint au Ministre du Logement d'alors, Meir Porush, de United Torah Judaism).

Maraga décrit une réunion avec Ariel Sharon ("c'est notre homme des `Yemenites'n a dit Matti Dan dit, en le présentant à Sharon), avec Benjamin Ben Eliezer ("qui m'a donné une tape sur l'épaule qu'il me l'a presque cassé") et Natan Sharansky.


En octobre 2002, Nechmad a envoyé une lettre au responsable des obtentions de visas de l'ambassade turque en Israël.

"Le sujet de cette lettre [ Mohammed Maraga ] travaille avec nous depuis deux ans et demi et est responsable d'un projet de construction impliquant un bâtiment de 6 étages à Jérusalem," a écrit Nechmad. "Je souhaite déclarer que le sujet de la lettre part pour de brèves vacances à Antalya pour notre compte.... Ce n'est pas la première fois qu'il y va en vacances... Je noterai que le forfait de vacances qui a été acheté et payé ne peux pas être annulé."

Nechmad, dit Maraga, lui a également fourni une belle voiture de location pour qu'il puisse montrer au voisinage qu'il avait de l'argent.

Les amis et les parents ont commencé à s'interroger sur la source de son apparente richesse, mais il les a rassurés : Je vend de la drogue à Lod et je suis également dans des affaires de blanchiment d'argent, leur a dit Maraga. Il a dit à son épouse qu'il allait vendre les appartements du batiment et qu'ils partiraient tous au Canada.


À un moment, dit Maraga, l'oncle Hamidan a commencé à poser des questions. Le contrat entre eux stipulait que Maraga ne vendrait pas la terre à qui que ce soit en dehors de la famille.
Maraga a signé un accord de renonciation au nom de son jeune fils, mais l'oncle était encore insatisfait.
Maraga a consulté Nechmad et tous les deux ont décidé d'effrayer Hamidan.

Nechmad, dit Maraga, lui a donné deux lettres signées par l'avocat Aviad Nachman adressées à Hamidan.
L'une l'informait qu'il devait 27 000 NIS à "l'administration fiscale" pour la vente de la propriété à Maraga, l'autre déclarait que la dette a été annulée.


Les lettres soulevait deux problèmes. La première est qu'aucun avocat Aviad Nachman n'est sur la liste dans les enregistrements de l'Association du Barreau d'Israël, l'autre est que l'Institut de Détection de Mensonges de Segev, qui fournit des avis aux aux tribunaux sur l'authenticité des documents, déclare qu'il y a "une probabilité très forte" que les documents soi-disant signés par l'avocat Nachman "avaient été imprimés et formulés par la même personne qui avait imprimé et formulé" la lettre signée par Asaf Nechmad sur le voyage à l'étranger de Maraga.

En d'autres termes, il y avait "une probabilité très forte" que cet Asaf Nechmad avait fabriqué les documents au nom d'un avocat inexistant.



Un cri entendu à Atlantic City

L'appétit des deux était insatiable.

En Juillet-Août 2002, Maraga et Ateret Kohanim ont commencé à parler de deux autres lots - numéros 73 et 74 - situés de l'autre côté de la route du bâtiment de six étages. Dans une réponse soumise en février 2005 au Tribunal de la Magistrature à Jérusalem, Ateret Kohanim déclare que c'est Maraga qui leur a offert les lots, parce qu'il savait que l'association s'y intéressait.

Maraga avait appris que le mukhtar du quartier Yemenites vivait dans le bâtiment qui était sur l'un des lots jusqu'à ce qu'il soit assassiné dans les émeutes arabes de 1929, et que le site avait donc une grande importance pour Ateret Kohanim. La maison est maintenant habitée par Ahmed Frej.

Le deuxième lot appartient au père et à l'oncle de Maraga.

Le fait que les contrats de vente des deux lots étaient signés n'est pas contesté, ni le fait que Maraga ait reçu environ 30.000 $ pour sa participation dans la transaction. Il n'y a également aucune controverse sur le fait que les contrats soient des contrefaçons.

Ateret Kohanim dit que Maraga est responsable de toutes les contrefaçons. L'avocat de Maraga, Namir Hussein, dit qu'Ateret Kohanim a demandé à son client de signer divers documents et que celui-ci n'avait pas étudié soigneusement leur contenu.

Maraga maintient que dans cette affaire, il n'a signé aucun document portant le cachet d'un avocat et qu'il n'a jamais falsifié un tel cachet.

"Comment est-il possible qu'ils m'aient donné l'argent sans vérifier la propriété? Après tout, leurs avocats examinent chaque document avant l'approbation du transfert de l'argent" dit Maraga.

Il serait difficile de dire que le fait que Maraga se soit lancé dans la falsification, comme le prétend Ateret Kohanim, ait défavorablement affecté leurs relations intimes.

Ateret Kohanim déclare dans la réponse qu'il a soumis à la Cour qu'il a découvert la contrefaçon en décembre 2003, mais il n'y a aucun indice que l'association ait agi suite à cette découverte.
Il n'y a eu aucune plainte de déposée à la police et il n'y a aucune preuve que Maraga ait été invité à rendre l'argent.

Au contraire : il s'avère que l'association ne s'est pas vraiment inquiétée de la falsification.

Leurs relations de travail ont continué comme d'habitude et elles atteignaient leur point culminant. Le bâtiment de six étages était déjà achevée et Maraga y vivait déjà avec sa famille, pour principalement empêcher sa démolition possible (cela ne s'est pas produit).

Le plan, dit Maraga, était qu'Ateret Kohanim lui donnerait une forte somme d'argent, environ 150.000$, et il s'envolerait avec sa famille pour l'étranger, au moment où des familles juives pourraient entrer dans les 11 appartements du bâtiment de six étages et dans l'appartement qui avait été acheté quatre ans plus tôt à famille Asala.

Quand son grand secret serait découvert - sa collaboration avec les juifs - Maraga serait en sécurité à l'étranger, en roulant sur l'or.


Pour arranger cela, Maraga a été invité à partir avec Matti Dan en voyage à l'étranger en mars 2004.

Dan, dit Maraga, prévoyait obtenir des fonds auprès de Juifs américains pour sa "réhabilitation."

Le fait que Maraga "ait ouvert une usine pour falsifier des signatures et des cachets d'avocats et de géomètres," comme Ateret Kohanim l'a déclaré à la cour, n'a pas empêché l'association de payer à Maraga la location d'une Renault Megane pendant deux jours, qu'il devait laisser à l'aéroport international Ben Gurion le 27 mars 2004, la date de son vol vers New York avec Dan, près de six mois après la découverte des "contrefaçons".

Selon Maraga, lui et Matti Dan se sont envolés pour New York, et au début ils sont restés dans le même hôtel et puis ils se sont installés dans des hôtels séparés.
Il n'y a aucune preuve solide de cela, mais la description des événements semble raisonnable.

Maraga possède une facture de l'hôtel Ritz Carlton à New York émise à l'ordre de Matti Dan en date du 28 au 30 mars 2004.

La facture de l'hôtel Sheraton sur la 7ème Avenue émise à l'ordre de Maraga compte au moins un appel de 21 minutes pour le numéro de téléphone portable de Matti Dan.


Les premiers jours à New York furent tout à fait agréables, dit Maraga.

Dîners, prostituées russes (Ola et Valera étaient leurs noms, se rappelle-t'il), visiter le pays. Il appelait Dan en permanence pour savoir ce qui se passait et Dan lui répondait d'être patient, que l'argent serait bientôt là.

Le matin du 31 mars, Dan a proposé qu'il aillent à Atlantic City. Que suis-je supposé faire là-bas? s'est-il demandé, mais à la fin il y est parti.

Ce matin-là, il est parti pour Atlantic City dans une limousine de luxe avec les deux prostituées russes et un avocat juif a appelé Shapiro.

A 23h30, heure de New York, soit 6h30 le lendemain matin en Israël, il a appelé la maison pour réveiller les gosses pour l'école.
Son épouse a répondu.
"Nous avons été jetés dehors" a-t'elle crié de toutes ses forces depuis Silwan jusqu'à Atlantic City. "Tu as vendu tes enfants et tu es parti vivre en Amérique."

C'est seulement à ce moment-là que Maraga a découvert que quelqu'un avait violé l'accord.

Cette nuit-là, les gens d'Ateret Kohanim, escortés par des centaines de policiers et de la police des frontières sont entrés dans Silwan, ont saisi l'appartement qui avait été acheté à la famille d'Asala au fond de la rue et puis ils sont entrés le bâtiment de six étages et ils ont dit à l'épouse de Maraga de sortir immédiatement avec ses trois enfants.



Un étage vendu deux fois

La police a dit que son personnel n'avait vu personne dans le bâtiment.
Le commissaire de police, Shalom Moha, l'officier en service au poste du District David, a dit qu'il est arrivé sur les lieux "selon une directive que j'ai reçue" mais je n'ai pas vu l'épouse et les enfants de Maraga quitter le bâtiment.
C'est un rapport très peu probable.

La rue est très étroite, pas plus de trois mètres de large, et le bâtiment possède seulement une porte étroite.

Après, une des filles de Maraga lui a dit qu'un "policier des frontières" l'avait sortie du lit à 3h30.

La police dit qu'elle ne sait rien sur cet incident.


Maraga est devenu comme fou. L'avocat a disparu quand ils sont arrivés à Atlantic City et Maraga a été abandonné avec deux prostituées, cent dollars que Shapiro avait laissé auprès du lit d'une des filles, et pas un indice sur ce qu'il devait faire ensuite.

Il est retourné à New York et, il dit qu'il a rencontré Matti Dan ce soir-là à l'hôtel. "Il y a l'argent au-dessus de ta tête," lui a dit Dan, raconte Maraga : "Tu n'as nulle part où aller, tout le monde veut te tuer."

S'effondrant en larmes, Maraga lui a dit qu'il reverrait ses enfants. Dan a suggéré qu'il reste là et il a promis de lui obtenir un travail et de l'argent en Amérique. Maraga a rejeté l'offre.


On ne sait comment, Maraga est arrivé à Istanbul, et Ateret Kohanim s'est rendu compte qu'il était sérieux. Asaf Nechmad et Motti Zarbiv se sont envolés pour la Turquie afin de le calmer.

Il y avait quelques questions brûlantes à l'ordre du jour.

L'épouse de Maraga était allée au tribunal, avait demandé de retourner dans son appartement dans l'immeuble de six étages, et un terrible litige avec la famille Rajabi.

Peu de temps avant qu'Ateret Kohanim entre dans Silwan, Maraga avait vendu l'appartement qu'il avait acheté à famille Asala à la famille Rajabi, qui vivait dans les appartements au-dessus et au-dessous.

C'est-à-dire que l'appartement avait été vendu deux fois : une fois à Ateret Kohanim et une fois à Awad Rajabi.

Maraga dit qu'il a été forcé de vendre parce que les rumeurs commençaient à circuler dans le village.
Les gens ne pouvaient pas comprendre pourquoi il n'était pas entré dans l'appartement qu'il avait acheté quatre ans plus tôt, alors qu'en même temps il batissait une énorme structure à quelques dizaines de mètres plus loin. Rajabi a voulu acheter;

Maraga dit il n'a pas cru que Rajabi pourrait rassembler les 20.000 dinars qui étaient nécessaires pour la vente de la propriété.

L'avocat de Maraga dit que la vente a été effectuée en coordination avec Ateret Kohanim, qui lui a demandé seulement de la retarder aussi longtemps que possible jusqu'à ce qu'ils puissent entreprendre leur démarche.

Dans sa réponse à la cour, Ateret Kohanim nie tout, dit qu'ils "ont été abasourdis d'entendre" que l'appartement avait été vendu à la famille Rajabi.

L'avocat Mohammed Dahleh, qui représente la famille Rajabi, a l'intention maintenant de poursuivre Ateret Kohanim et Maraga. En ce qui le concerne, ils sont tous deux à blâmer pour le chaos, ce qui, dit-il, abrège la vie des Rajabis.
La famille des colons qui est entrée dans le bâtiment leur mène une vie d' enfer, Awad Rajabi raconte qu'ils martèlent sur les murs, creusent sous le plancher et ne les laissent pas dormir.



Guidé par la vengeance

Falsifié ou non, le 22 avril 2004, Nechmad et Zarbiv, pour le compte d'Ateret Kohanim, ont signé un accord avec Maraga dans son hôtel en Turquie. Maraga demande maintenant à la cour d'ordonner à l'association de respecter cet accord.

Il stipule qu'Ateret Kohanim payera le loyer de Maraga pendant un an, lui achètera une voiture, lui payera un salaire de 5.000 NIS pendant un an et "d'essayez de trouver la possibilité de continuer de travailler avec Mohammed."

En retour, Maraga s'engage à faire ce que l'association lui demande et de "corriger les erreurs par rapport aux propriétés qui ont été achetées par lui."
Le mot "contrefaçon" n'apparaît pas dans l'accord.
Ateret Kohanim a indiqué à la cour que l'intention était de corriger les contrefaçons, et parce que s'il ne le fait pas, l'accord est inadmissible.

D'Istanbul, Maraga est revenu à Jérusalem. Il n'a pas osé se montrer à Jérusalem-Est, au lieu de cela, il vit dans un appartement loué pour lui par Ateret Kohanim avec la garantie personnelle de Matti Dan.
Ses enfants, qui ont vécu avec lui pendant une courte période, sont retournés chez leur mère.

Elle, pour sa part, a d'abord poursuivi Ateret Kohanim pour l'avoir expulsée de sa maison, mais ensuite elle a obtenu un accord l'amiable avec l'association après qu'elle ait viré son avocat arabe et qu'elle ait engagé l'avocat Aharon Geva, le frère de l'avocat Eitan Geva, qui représente Ateret Kohanim.


Mohammed Maraga a dû s'enfuir à Eilat.

La semaine dernière, Matti Dan, qui l'accuse de contrefaçon, le recherchait dans la ville portuaire méridionale. Une relation qui travaille dans les Forces de Sécurité à dit à Maraga que Dan lui offrait une somme d'argent et un vol hors du pays et qu'il se portait personnellement garant du remboursement de ses dettes.

"Il n'y a pas de dispute, nous nous asseyerons, je coordinerai la réunion, c'est seulement pour des raisons personnelles que nous n'avons pas trouvé d'arrangement," a expliqué Dan à Maraga au cours de l'une de leurs conversations. "Il y aura une réunion dans les jours à venir."

"As-tu parlé longuement avec l'un de mes amis la semaine dernière?" lui a demandé Maraga.

"Je lui ai parlé, bien sûr" a dit Dan.

"Vous avez parlé. Et tu comprends ce que j'ai à l'esprit, ce que je veux faire dans la vie. Je veux partir, je veux me reposer pendant quelques années à l'étranger, et c'est ça, halas, vous vous débarrassez de moi et il n'y aura pas de problèmes, ni ici et ni là-bas... Ce serait bien que vous pensiez parfois à moi."

"Je pense, je pense. Yallah, nous l'avons fait, donne moi le temps dont j'ai besoin et tout sera arrangé." Dan a résumé la conversation. Pas un mot au sujet des contrefaçons. Il ne voit rien de mal dans l'idée qu'une personne qui, selon le document que Dan a lui-même soumis à la cour, est suspecté de délits criminels, puisse partir à l'étranger.

Maraga dit qu'il n'acceptera pas l'offre. Il veut se venger. Matti Dan ne peut pas lui rendre ses enfants. Il veut au moins prouver à ses enfants qu'il a fait une erreur et qu'une erreur peut être réparée et que d'autres peuvent être prévenues de ne pas faire les mêmes erreurs.

Il n'y a aucun moyen de savoir si Matti Dan pense qu'il a, lui aussi, fait une erreur. Dan et Asaf Nechmad ont refusé de commenter cet article.

"Il y a douze ans, la Commission Klugman avait exposé les méthodes de travail de ces associations," dit l'avocat Danny Seidemann, de l'association IR Amim. "C'est la preuve que les mêmes méthodes, avec une certaine mutation, continuent toujours."



Conflit d'intérêt

Matti Dan - Mattityahu Hacohen Dan - est une figure très bien connue dans les affaires de colonisation Juive à Jérusalem-Est.

La Commission d'enquête Klugman, créée en 1992, a examiné comment les diverses associations - Ateret Kohanim de Dan, Elad (un acronyme pour "To the City of David - Pour la Ville de David") et d'autres - ont pris le contrôle de biens palestiniens dans la Vieille Ville de Jérusalem et dans la Ville de David (Silwan).

L'Administrateur des Biens des Absents a délivré des certificats d'Absents pour des propriétés sans jamais les voir, seulement sur la base des déclarations sous serment signées par l'avocat Eitan Geva, l'avocat de temps en temps d'Ateret Kohanim, et qui a simultanément représenté le Fonds National Juif, l'institution qui est censée recevoir les propriétés de l'état.

Les certificats ont été délivrés bien que certaines des déclarations sous serment aient été apparemment fausses.

Le gouvernement a transféré des propriétés d'une valeur de millions de shekels aux associations dans des accords de location protégés à des taux ridiculement bas (quelques dizaines de shekels par mois) en échange d'une promesse de la part des associations de rénover les structures à leurs frais.

Cependant, les rénovations ont été apparemment effectuées aux dépens d'Amidar, la compagnie de logement public. Les responsables des associations, y compris Matti Dan, ont participé aux réunions au Ministère du Logement qui a décidé de l'attribution de fonds à leurs associations.

En bref, selon la commission, une situation de conflit d'intérêt et des irrégularités ont été créées.
Cela aurait dû avoir comme conséquence une enquête criminelle, selon le membre de la Commission Shimon Dolan (plus tard, directeur du Département Civil au bureau du Procureur de l'Etat et aujourd'hui, avocat travaillant dans un cabinet privé).

Source : Haaretz

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Colonies

Même auteur

Meron Rappaport

Même date

5 mai 2005