Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2537 fois

Grande Bretagne -

Le Foreign Office conseille aux Britanniques de ne pas acheter de propriétés dans les colonies israéliennes

Par

Le gouvernement va conseiller officiellement aux citoyens britanniques de ne pas acheter de propriétés dans les colonies des territoires palestiniens occupés, une initiative qui marque un changement dans sa position sur le dossier central du conflit au Moyen Orient.

Le conseil, qui doit être mis en ligne sur le site web du Ministère des Affaires Etrangères dans les prochaines 48 heures, avertira explicitement que les acquéreurs potentiels de propriété dans une colonie doivent tenir compte qu'un futur accord de paix "pourrait avoir des conséquences sur ce bien", ont confirmé les fonctionnaires du Ministère la nuit dernière.

Le gouvernement insiste depuis longtemps sur le fait que les colonies au-delà de la "ligne verte" d'avant la guerre de 1967, Jérusalem Est et les Hauts du Golan compris – les deux ayant été annexés par Israël – sont illégales.

Mais il n'a jamais auparavant lié ceci à l'achat de propriété. Les fonctionnaires précise qu'il n'y a pas de changement de politique, mais disent qu'en diffusant le conseil, ils soulignent l'urgence et la sensibilité de la question.

La décision fait suite à une réunion de lundi entre Gordon Brown et le Premier Ministre palestinien Salam Fayyad. Mardi, Brown a également rencontré Ehud Olmert, le Premier Ministre israélien sortant.

Manuel Hassassian, ambassadeur palestinien au Royaume-Uni, a dit : "C'est de la part de la Grande Bretagne un changement spectaculaire de politique, qui a longtemps critiqué les politiques israéliennes. Par le passé, ils ont parlé des colonies comme d'un obstacle à la paix, etc. Mais c'est une étape importante. Ils prennent maintenant des initiatives et ils sont très sérieux."

Un porte-parole de l'ambassade israélienne à Londres a déclaré : "Si c'est vrai, c'est extrêmement décevant à la lumière de la visite réussie du Premier Ministre Olmert au Royaume Uni, au cours de laquelle il a eu des discussions franches et détaillées sur les mesures qu'Israël a l'intention de prendre pour faire avancer le processus de paix avec les Palestiniens."

Dans une lettre du 9 décembre publiée par The Guardian, Brown a dit à Fayyad : "Nous exprimons depuis longtemps notre opposition à l'activité de colonie. Mais cette activité a continué et s'est accélérée depuis que le processus d'Annapolis a été lancé. Je partage votre frustration. Le Royaume Uni cherche maintenant quelle action efficace nous pouvons prendre pour décourager l'expansion des colonies. Etant donnée notre position claire sur les colonies, il s'en suit que nous ne voulons pas voir de Britanniques acheter des propriétés à l'intérieur des colonies illégales."

La violence des colons engendre aussi des inquiétudes. Le gouvernement israélien dépeint les colons violents comme des citoyens aberrants engagés dans des comportements voyous. Mais un rapport publié hier par le Bureau des Nations Unis pour la Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA) dit que ces ultranationalistes ont été encouragés par l'Etat pour s'emparer de la terre et des ressources naturelles palestiniennes.

"La violence coloniale n'est pas une activité criminelle aléatoire ; dans la plupart des cas, c'est une violence organisée qui découle d'une idéologie, dont l'objectif est d'affirmer la domination coloniale dans le secteur", dit le rapport sur la violence des colons.

Les colons se mobilisent de plus en plus en groupes, quelquefois jusqu'à une centaine de personnes, et ils ciblent des Palestiniens aussi jeunes que 8 ans, et aussi âgés que 95 ans, poursuit le rapport. Le décompte d'OCHA sur la violence coloniale n'est pas exhaustif, mais il montre qu'en 2006, il y a eu 182 attaques, 243 en 2007 et 290 dans les 10 premiers de 2008.

Alors que le nombre d'attaques contre les colons est beaucoup plus faible, OCHA dit qu'en 2006, les Palestiniens ont tué 10 colons (1) alors que les colons ont tué 4 Palestiniens.

Dans le communiqué mettant en garde les Britanniques contre l'achat de propriétés dans les colonies, le Foreign Office déclare : "Les acquéreurs potentiels doivent savoir qu'un futur accord de paix entre Israël et les Palestiniens, ou entre Israël et la Syrie, peut avoir des conséquences sur les propriétés qu'ils achèteraient." Le précédent le plus similaire est un avertissement aux citoyens du Royaume Uni sur les risques de l'achat de propriétés dans le nord de Chypre occupé par la Turquie.

Au cours des quelques dernières années, les Salons de l'immobilier à Londres et à Manchester ont fait de la publicité pour des ventes dans les colonies israéliennes comme Maale Adumim et Har Homa, en Cisjordanie .

"Les risques qu'encourt quiconque achète une propriété dans une colonie peuvent aller aussi loin que de contribuer et d'être complice d'une violation grave de la Convention de Genève – qui interdit l'appropriation extensive de propriété non justifiée par des nécessités militaires", dit Daniel Machover, avocat et expert sur la question.

La Grande Bretagne cherche des voies pour maintenir vivants les espoirs d'une solution à Deux-Etats, en dépit de l'incertitude du résultat des élections israéliennes, la scission entre l'Autorité Palestinienne en Cisjordanie et le Hamas dans la Bande de Gaza et l'interrègne entre les administrations US.

Sur un autre front, la Grande Bretagne a pris un rôle principal en persuadant l'Union Européenne d'étiqueter les produits venant des colonies en Cisjordanie , dont certains utilisent des adresses fausses indiquant qu'ils proviennent d'Israël.

(1) Etant donné la violence et la fréquence des attaques auxquelles sont confrontés les Palestiniens, on ne peut qu'admirer leur retenue. (note ISM)

Source : The Guardian

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Grande Bretagne

Même sujet

Colonies

Même auteur

Ian Black

Même date

19 décembre 2008