Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4421 fois

Le Hamas à l'Iran : la Palestine nous réunit

Par

Retrouver l'article dans sa version arabe originale : http://www.al-akhbar.com/node/203724

01.04.2014 - Le groupe palestinien Hamas flirte avec l'idée de rétablir ses liens avec la Syrie. Le processus de réconciliation prendra du temps, mais le Hamas semble déterminer à réintégrer le camp iranien, ce qui permettrait d'envisager la normalisation des relations avec Damas. En fait, Khaled Meshaal, le chef du bureau politique du groupe, doit aller en Iran bientôt, après quoi Téhéran servira de médiateur pour une réconciliation entre le Hamas et le gouvernement syrien.

Le Hamas à l'Iran : la Palestine nous réunit

23 mars 2014 - Le Premier ministre Hamas dans la Bande de Gaza, Ismaël Haniyeh (au centre) salue le public pendant un rassemblement à Gaza-ville pour le 10ème anniversaire de la disparition du chef spirituel du Hamas, Sheikh Ahmed Yassin, assassiné par une frappe aérienne de l'occupant israélien (Photo-AFP Said Khatib)
Il y a environ deux semaines, le secrétaire général du Jihad islamique, le docteur Ramadan Abdullah Shalah, a rencontré le chef du bureau politique du Hamas Khaled Meshaal au Qatar "pour finaliser les préparatifs de la visite de Meshaal en Iran, première étape de la reprise des liens entre Téhéran et le Hamas."

Selon des sources bien informées sur la visite de Shalah à Doha, "le Hamas continue de souffrir d'une crise interne due aux positions prises par son bureau politique sur les développements dans la région, qui ont fait voler en éclats ses relations avec l'Iran, la Syrie et le Hezbollah."

"L'Iran a toujours été le principal soutien du groupe et continue de financer et d'armer les Brigades Ezzedin al-Qassam. Téhéran maintient son soutien aux partis de ma résistance et il attend que le Hamas revoit sérieusement sa position pour pouvoir rétablir les liens avec le parti," ont expliqué les sources.

Le but de la visite de Shalah "était d'inciter le Hamas à prendre des décisions rapides dans le sens de la normalisation de ses liens avec Téhéran," ont dit les sources, ajoutant que Shalah "avait suggéré de séparer la position du Hamas de l'approche politique des Frères musulmans tout en cherchant à tirer les Frères musulmans vers l'axe de la résistance."

Meshaal a approuvé ces suggestions, et il est apparemment convaincu que "les régimes arabes ne libèreront jamais la Palestine et que le moindre soutien à l'axe de la résistance leur est interdit." Il s'est également plaint à Shalah des "restrictions" auxquelles il a été confronté à Doha, dont l'impossibilité de se déplacer librement, de rencontrer qui il voulait et de voyager dans des pays autres que le Soudan et la Turquie.

Osama Hamdan, le chef des relations arabes au Hamas, s'est rendu récemment à Téhéran où il a eu plusieurs rencontres avec des responsables iraniens qui l'ont rassuré sur leur soutien à la résistance palestinienne et l'ont informé que Meshaal était le bienvenu. Ces signes positifs ont incité le Hamas a prendre de nouvelles décisions, qui ont commencé à être mises en œuvre. D'après les sources, les deux parties ont discuté de la manière dont le Hamas passerait à la prochaine étape. Parmi les suggestions, a été évoquée une conférence sur la résistance et la cause palestinienne à Téhéran, en présence de toutes les factions palestiniennes et leurs leaders, dont Meshaal, à qui il sera demandé de s'adresser au public.

Dans son discours, Meshaal devrait insister sur le refus de reconnaître Israël et sur la résistance comme seul moyen de libérer les territoires occupés. Il devrait aussi rencontrer les responsables iraniens, dont le leader suprême l'Ayatollah Ali Khameni, parce qu'après tout "une visite de Meshaal en Iran sans rencontrer Khameni serait comme prier sans faire ses ablutions," a dit une source.

Les Iraniens ont accepté de rencontrer Meshaal parce que certains à Téhéran continuent de considérer le Hamas comme un allié naturel et leur alliance refléterait l'unité islamique que l'Iran met constamment en avant. Cependant, une faction dans l'administration iranienne est opposée à une normalisation rapide avec le groupe palestinien et ne voit pas la nécessité de tenir une réunion entre Meshaal et Khameni pour le moment.

3 ans d'attente

Seule une courte distance sépare Doha de Téhéran ; toutefois, la traversée de l'autre côté du Golfe a exigé de Meshaal et de son groupe un examen personnel profond qui a pris une année entière. Des proches de Abou al-Walid disent qu' "il se considère comme responsable de la confusion au sein du Hamas, il va donc déployer tous ses efforts pour ramener le groupe au statut qu'il avait avant la crise syrienne puis il quittera le bureau politique." Cependant des sources ont dit qu' "il n'est pas sûr que le bureau accepte la démission d'Abou al-Walid, mais qu'il est certain qu'il cherchera à rétablir les relations du Hamas avec l'Iran et la Syrie à ce qu'elles étaient avant 2011."

Les responsables Hamas n'aiment pas parler d'examen. En fait, ils nient que des différends existent sur la ligne politique générale, même si tout le monde est au courant des divisions patentes entre les Palestiniens à Gaza, principalement entre les leaders al-Qassam et les responsables du bureau politique à l'extérieur des territoires palestiniens. Les Palestiniens à Gaza sont très conscients de l'importance du soutien iranien, syrien et du Hezbollah au travail de la résistance, c'est pourquoi même au milieu du conflit, ils ont maintenu un lien avec Téhéran. C'est cette approche qu'ont adoptée Mahmoud al-Zahar et Imad al-Almi.

Beyrouth et Damas après Téhéran

Les relations du Hamas avec la direction syrienne sont la partie décisive de son retour dans l'axe de la résistance. Le président syrien Bashar al-Assad a dit que le Hamas "a décidé d'abandonner l'axe de la résistance et de faire partie des Frères musulmans. J'espère que quelqu'un réussira à les convaincre de redevenir un groupe résistant, mais j'en doute."

De nombreux dirigeants Hamas récusent toutes les accusations d'abandon de l'axe de la résistance. Ils ont leur propre version sur l'histoire des tensions avec les dirigeants syriens mais ce n'est pas le bon moment pour s'y attarder. Suite au renversement des Frères musulmans en Egypte, le Hamas cherche à renouer avec la Syrie, pas seulement avec l'Iran et le Hezbollah.

Les leaders du Hamas ont été invités à s'éloigner des Frères musulmans et d'insister sur leurs caractéristiques en tant que mouvement de résistance. Ismaël Haniyeh, Premier ministre du gouvernement de Gaza, a adopté cette position lorsqu'il a déclaré lors d'une cérémonie à la mémoire du martyr Sheikh Ahmad Yassin, "le Hamas est un mouvement de libération nationale impliqué dans la cause palestinienne, aux côtés de ses partenaires palestiniens et de toutes les autres forces."

De toute évidence, la route du Hamas vers la Syrie passe par l'Iran. Cependant, les relations avec l'Iran ne concernent pas seulement la résistance mais aussi les positions du Hamas sur la crise syrienne et toutes les parties comptent sur la visite de Meshaal à Téhéran pour ouvrir la voie à un rapprochement avec Damas. Pendant ce temps, des sources bien informées ont révélé que pendant les réunions Shalah-Meshaal, ce dernier a été informé de la nécessité de "se réconcilier avec la tête du régime syrien." Elles ont également dit que Meshaal a demandé à Shalah de travailler avec le secrétaire-général du Hezbollah Hassan Nasrallah pour "transmettre un message au président syrien Bashar al-Assad."

Bien que le Hamas n'a pas encore confirmé cette information, il ne l'a pas non plus réfutée. Un responsable important du Hamas a souligne que "nous n'avons jamais attaqué le régime syrien. Nous avons dit que nous respections la volonté du peuple syrien sans aucune intervention étrangère," ajoutant que Meshaal "a rencontré il y a quelques temps des leaders de l'opposition syrienne au Qatar et il leur a dit que la solution à la crise devait être politique, en expliquant que le régime syrien s'était tenu aux côtés du Hamas quand le monde arabe l'avait abandonné."

Qassam : nos balles, nos armes et notre argent sont iraniens

Bien que de nombreux responsables du Hamas nient que la position du groupe sur la crise syrienne ait provoqué des divisions internes, la réalité sur le terrain prouve le contraire. Depuis le début de la crise, les Brigades Ezzeddin al-Qassam se sont abstenues d'attaquer le régime syrien et ont appelé à une solution politique.

Les membres d'al-Qassam, à Gaza et à l'étranger, connaissent très bien la Syrie. Ils se souviennent des moyens que Damas a mis à leur disposition, comme une entrée spéciale à l'aéroport, des convois privés, des appartements à Damas, des centres d'entraînement et de fabrication, et les moyens pour que des membres soient transférés en Iran pour s'y former. Ces membres Qassam ont dit : "après le siège égyptien de Gaza, les membres al-Qassam n'ont pas pu aller en Iran, mais les armes ont continué à venir." Les brigades ont réussi à maintenir une connexion avec l'Iran grâce à des dirigeants de premier plan comme Mahmoud al-Zahar.

"Nous n'avons pas quitté l'axe de la résistance pour y revenir. L'aide de l'Iran au Hamas et à Gaza n'est pas seulement circonscrite à l'aspect militaire, en fait l'Iran reprend le financement du gouvernement Haniyeh après une courte pause qui était due à des divergences dans leurs positions politiques ainsi que des problèmes logistiques au passage frontalier de Rafah parce que les autorités égyptiennes avaient auparavant saisi de l'argent appartenant au Hamas."

I y a quelques temps, le responsable Hamas Mohammed Nasr est allé en Iran et est revenu avec une aide financière pour les Brigades Ezzedin al-Qassam. A ce moment-là, les responsables iraniens l'ont assuré que l'aide financière et militaire aux brigades ne serait pas interrompue et que l'Iran n'interfèrerait pas dans les choix politiques du Hamas. Mais ils lui ont également indiqué que "le groupe ne doit pas agir comme s'il était un Etat parce que en tant que mouvement de libération, il n'est pas tenu d'adopter une stratégie d'Etat."

Le Hamas et le Hezbollah

De bonnes relations avec l'Iran signifieraient automatiquement de bonnes relations avec le Hezbollah et vice versa. Au Liban, malgré les désaccords sur la Syrie entre les Libanais et les groupes de la résistance palestinienne, les liens entre les deux parties n'ont jamais été rompus, principalement d'un point de vue militaire.

Le Hamas a encore des bureaux dans la banlieue sud de Beyrouth, tandis que des responsables du Hezbollah soulignent qu'ils ne peuvent pas abandonner le Hamas, "n fin de comptes nous travaillons tous sous la bannière palestinienne et le Hamas restera toujours un mouvement de résistance," ajoutant, "ce qui nous unit est beaucoup plus important que ce qui nous divise" malgré des divergences sur la crise syrienne.

Bien sûr, Meshaal ne va pas déménager de Doha à Beyrouth, comme certains l'ont suggéré, "parce que étant donné les conflits libanais internes, il ne peut pas y avoir un bureau politique du Hamas dans le pays," mais Beyrouth et ses banlieues sud accueilleront sans aucun doute Abou al-Walid de nombreuses fois dans un futur proche.

Source : Al Akhbar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même sujet

Résistances

Même auteur

Qassem Qassem

Même date

4 avril 2014