Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2493 fois

Vallée du Jourdain -

Le Mur Est : Boucler la boucle de notre ghettoisation

Par

Campagne Palestinienne Contre le Mur d'Apartheid

Plus d'une année est passée depuis que les Forces de l'Occupation ont déclaré achevée la première section du Mur d'Apartheid : De Zaboba, près de Jénine, jusqu'à Masha dans le District de Qalqiliya.
Aujourd'hui la construction rapide marque la seconde phase du projet qui encercle Jérusalem, Ramallah, Bethlehem et Hebron.
Pendant ce temps, loin des yeux du public, l'Occupation a commencé la troisième phase du projet du Mur : l'annexion et le nettoyage éthnique de la Vallée du Jourdain.

Sous le titre officiel du "développement", la Vallée du Jourdain est devenue "le principal projet gouvernemental" pour l'expansion de la colonisation. Le résultat en est la destruction de la terre palestinienne, les récentes démolitions de maisons et l'expulsion des Bédouins palestiniens.

Cette semaine, l'Occupation a fermé deux des quatre "terminaux" qui contrêlent le déplacement des Palestiniens entrant ou sortant de la Vallée et a commencé à isoler les secteurs nord.

Au sud, "les checkpoints temporaires" rendent impossible toute présence des Palestiniens sans permis israéliens – y compris les propriétaires de terres, les bédouins ou les membres d'une famille.


La dernière étape dans l'annexion de la Vallée du Jourdain a commencé



Judaiser la Vallée du Jourdain

La Vallée du Jourdain a toujours été un objectif clé pour l'expansionisme Sioniste.
Elle permet d'accéder aux réserves d'eau du fleuve Jourdain.

Les sommets des collines permettent le contrêle d'une partie significative de la Cisjordanie , en donnant les moyens à l'Occupation de de fermer leur étreinte sur cette partie de la Palestine et d'encercler des villes et des villages.

Les premières colonies Sionistes en Cisjordanie ont été établies dans la Vallée, et aujourd'hui le Mur d'Apartheid continue le projet d'expulsion des Palestiniens.

Depuis 1967, l'Occupation a établi 21 colonies dans la Vallée du Jourdain où vivent actuellement près de 6300 colons. Cela a été amplifié par l'arrivée d'un nouveau groupe de colons qui s'est installé et venant "du bloc de Gush Katif" à Gaza.

Ils contrêlent la majeure partie de la Vallée qui représente environ 28% des terres palestiniennes de la Cisjordanie .


Le projet de développement Sioniste a investi une somme de 60 millions de NIS (13 millions de dollars) en 2004. A cela, il a été ajouté 58 millions de NIS (11 millions de dollars) en 2005, et 85 autres millions de NIS (19 millions de dollars) sont prévus pour 2006- 2008.

Donner 203 millions de NIS supplémentaires en 5 ans - pour la colonisation de la Vallée du Jourdain - menace de faire disparaitre la présence des Palestiniens dans la région.

Binyamin Rom, le ministre de l'Agriculture de l'occupation, a indiqué dans un interview au quotidien Ha`aretz (8/9/2004) que les intentions d'Israël étaient de confisquer 32.000 dunums de terre pour y agrandir les colonies.

Ce chiffre inclut 3.200 dunums utilisés en tant que camps militaires qui seront évacués et remis aux colons juifs.
Les 28.800 dunums restants seront confisqués directement à la population palestinienne.

Rom a expliqué comment la vaste quantité de terres serait obtenue pour passer sous contrêle et suprématie juives : "Le projet qui a déjà obtenu une approbation au sein des différents ministères augmentera le nombre d'habitants dans 21 colonies de 50% en un an et ensuite de 50% l'année suivante."

Quelques statistiques générales montrent la vaste étendue du vol de terre. Sur les 2.400 km2 que compose le territoire de la Vallée du Jourdain, 455,7 km2 sont déjà considérés comme "Zones Militaires Fermées."

Ce projet placera un total de 1655,5 km2 de terres sous contrêle des colonies déjà existantes.

Bien que l'Occupation ait déclaré son intention de diminuer la "zone de sécurité" confisquée sur la frontière avec la Jordanie de 650 km2 à 243 km2, le total des terres confisquées s'élèvera à 2354,2 km2.

Il restera seulement 45 km2 de terres pour l'usage des Palestiniens, dont 10km2 sont utilisés par des zones construites.

Ce processus est bien en cours. Loin de l'attention des médias mondiaux, une nouvelle vague d'expulsion des Palestiniens se produit.



La confiscation des terres s'intensifie.

L'expansion des colonies, les démolitions de maisons et le harcèlement continu se combinent pour rendre la vie impossible aux Palestiniens.

Bientêt, il ne restera plus de la Vallée qu'un ghetto comprenant la ville de Jericho, un groupe de petits villages isolés sans terre, et les conditions nécessaires à un exil palestinien catastrophique.



L'Expulsion de la population Palestinienne

L'Occupation a lancé ce projet par une série "d'ordres officiels".

D'abord, des ordres militaires pour forcer les Bédouins à quitter la région, entre le nord de la Vallée du Jourdain, à cêté de Tubas, jusqu'au Sud et au secteur d'Arab Rashaideh.

Deuxièmement, par la démolition de dizaines de maisons et de baraques dans les villages palestiniens. Ils ont menacé de raser le village entier d'Aqaba (au nord-est de Tubas).

Enfin, par la confiscation de milliers de dunums de terre pour agrandir et renforcer les colonies déjà existantes.


Les Bédouins palestiniens, en tant que population qui se déplace et habite sur de vastes secteurs de terre, ont été une cible majeure de l'occupation depuis 1948 quand 50.000 Bédouins ont été expulsés du désert du Negev (Naqab) vers la Jordanie, et des larges bandes de terres entre Jérusalem et Jericho dans la Vallée du Jourdain.

Dans la dernière phase de l'agression, pour les derniers bédouins restants dans le Negev ainsi que dans la Vallée du Jourdain, l'expulsion définitive est une menace imminente.



Dans la Vallée du Jourdain, la violence s'est intensifiée depuis quelques mois.

En avril 2005, les Forces de l'Occupation ont forcé 300 familles palestiniennes (1500 personnes) vivant à l'Est de Tubas, à quitter leurs terres : Les familles d'Herni, de Daragma, de Milhim et d'Abu Amer qui vivaient sur 10.000 dunums de terre où paissait un cheptel de 6000 bêtes et sur lesquelles elles avaient planté du blé et du riz.

Plus tard cette année, des centaines de Bédouins de Sawahreh Al-Sharkiya (région centre de la Vallée du Jourdain) ont reçu l'ordre d'abandonner leur terre.

Ces bédouins vivaient sur 22.000 dunums (2200 Ha) de terre où ils faisaient paître leur troupeau de 7000 bêtes et utilisaient 300 dunums (30 ha) pour l'agriculture.

Cette expulsion est survenue avec un ordre de confiscation de 212 dunums pour le Mur d'Apartheid.

Le mur ici a pour but d'isoler les Bédouins de toutes ces terres qui s'étendent du checkpoint à l'est de Sawahreh, aux périphéries de Jérusalem, à la Mer Morte et jusqu'à Khan Ahmar au nord de Jericho.

De plus, dans la partie méridionale de la Vallée du Jourdain, au sud-est de Bethlehem, l'Occupation a expulsé 6 familles du secteur.
Elle a détruit les 20 abris pour animaux utilisés pour les 22.000 têtes de bétail et les 500 chameaux qui leur appartiennent.

Ce secteur, connu sous le nom d'Arab Rasheideh, possède plus de 20 puits et a été toujours visé pour ses ressources en eau.

Depuis 1967, l'Occupation a confisqué 5000 dunums (500 ha) dans la région pour faciliter la contruction et l'expansion à venir de la colonie de Ma`ale Amos.

En plus de la confiscation de terres, le bétail "a été continuellement détenu" par l'Occupant et restitué aux propriétaires seulement après le paiement d'amendes.

Cette semaine, on a appris les premiers cas où le bétail a tout simplement été volé à ses propriétaires palestiniens.


La confiscation des terres dans la Vallée du Jourdain, allant jusqu'au sud d'Hébron, combinée avec le harcèlement des bergers et des fermiers a systématiquement miné l'industrie de l'élevage palestinien et a privé notre peuple d'encore une autre source de revenu essentielle.



Démolitions

Ce n'est pas seulement les granges et la vie des animaux qui ont été détruites.
Des dizaines de maisons ont été démolies dans la Vallée du Jourdain dans un processus continu.
Quatre maisons ont été démolies dans le village de Fasayel au nord de Jericho.

Les 1500 habitants de Fasayel n'ont pas le droit d'engager toute construction et le village s'est vu refuser l'accès aux infrastructures indispensables des services de base tels que l'eau et l'électricité.

En plus de cela, le harcèlement et les attaques régulières des colons de Tomer (au sud du village) et de Beitzaal (au nord du village) ont rendu la vie sujette à l'occupation militaire la plus impitoyable et la plus brutale.

Jeftlik est un autre exemple des attaques contre les villages palestiniens de la Vallée du Jourdain.
Ici, 4 bâtiments où vivaient 35 personnes, ont été démolis.
De plus, 12 abris pour animaux ont été détruits. La population a totalement perdu ses deux principaux gagne-pain : l'agriculture et les revenus de la vente des bêtes.


Un désastre total menace également d'engloutir le village d'Al-Akaba.

La majeure partie de la population (700 sur les 1000 habitants) a été expulsée après la guerre de 1967 et a été empêchée de revenir dans le village.

Aujourd'hui, le chef du Conseil de village, Sami Sadek, a reçu 16 ordres de démolition menaçant la plupart des constructions du village.

Cela inclut le jardin d'enfants du village, le centre de soins, la mosquée, la centrale électrique, le bâtiment des syndicats des fermiers locaux et beaucoup d'autres maisons.

La vie ici est déjà déterminée par des conditions drastiques : la confiscation permanente des animaux et des cartes d'identité et la détention arbitraire des villageois dans le camp militaire voisin.



Construction et expansion des colonies

Àvec les colons de Gaza qui arrivent pour coloniser la Vallée du Jourdain, les récents ordres de confiscation provoquent les conditions pour une ghettoisation des Palestiniens.

Il y a trois mois, des colons de la colonie de Rothem ont clêturé un bloc de 1000 dunums (100 ha) de terres pour agrandir la colonie. Pendant ce temps, les constructions continuent à cêté de la colonie de Miskyot, au sud de Rothem.

D'énormes engins de construction et des bulldozers travaillent quotidiennement à préparer la terre et l'infrastructure pour une nouvelle colonie dans ce secteur, près de la route principale reliant le nord de la Vallée du Jourdain entre Tubas et Tamoon à l'ouest, isolant des Palestiniens de la Vallée du Jourdain du reste de la Cisjordanie .


Cette colonisation est soutenue par la demande d'une estimation des prix engagée par le Ministère du Logement de l'Occupation. Les devis sont actuellement étudiés pour la construction de 700 nouveaux logements dans les deux principales colonies de la région.

De plus, un projet agricole énorme a été approuvé, dont la plantation de larges bandes de la terre, la fourniture d'eau gratuite et environ 22 millions de dollars de fonds pour les nouveaux colons qui décident de rejoindre ce projet.



La troisième phase du projet du Mur d'Apartheid

Les lois racistes de l"Occupant et un programme de "développement" pour la colonisation apportent une réalité terrifiante d'expulsion et de ghettoization, trop bien connue par tous dans l'ensemble de la Cisjordanie .

L'enfermement dans des routes, des zones militaires et des colonies servent à découper la terre et à isoler les Palestiniens.

La troisième phase du projet du Mur d'Apartheid utilise l'infrastructure ci-dessus et déploie une clêture de fils barbelés, des checkpoints, des fossés et des barrages routiers sous une forme contiguë pour refléter les murs de ciment qui enferment les Palestiniens de l'ouest.

Le mélange vicieux des zones militaires, des colonies, des routes pour colons seulement, des checkpoints et des simples ordres d'expulsion de la population palestinienne de leurs terres et de leurs maisons, reflète un projet raciste de nettoyage ethnique menée avec le zèle le plus dévastateur.

Les mêmes pratiques de démolitions de maisons et de restrictions à la construction qui servent à la Judaisation implacable de Jérusalem, sont menées dans chaque coin de la Cisjordanie .

Alors que les Palestiniens de la Vallée du Jourdain sont forcés de vivre dans des cabanes et d'accueillir des écoles entières sous des tentes, les colons sionistes construisent une nouvelle ère de dépossession, d'oppression et d'expulsion racistes.



La troisième phase du Mur devient une réalité dans la Vallée du Jourdain.

Le but final est de garantir que la région, une fois vidée de sa population palestinienne, deviendra un capital important aux intérêts stratégiques des Sionistes et fournira les ressources naturelles et une agriculture à grande échelle pour soutenir leur économie et leur expansion.

Au sud, le mur Est a commencé au nord d'Eizarya qui encerclera la région de Bethlehem et d'Hébron depuis l'Est et coupera véritablement en deux la Cisjordanie .

Les représentants du gouvernement palestinien sont invités aux tables de la diplomatie mondiale, pourtant les Palestiniens et leur lutte sont systématiquement isolés du reste du monde et de la région.

L'isolement et la ghettoization physiques font partie du plan destiné à réduire en miettes la lutte palestinienne, ainsi que pour mettre des murs entre notre lutte et la lutte pour l'autodétermination arabe.

La corde enroulée autour du cou des Palestiniens se resserre rapidement.

Tandis que le nettoyage ethnique de Jérusalem éloigne le centre urbain et commercial de la vie des Palestiniens, l'annexion et l'isolement de la vallée du Jourdain ont pour but de priver les Palestiniens de la majeure partie du produit de leurs terres, de leurs ressources en eau, de l'agriculture et de l'élevage.


Face à cette réalité, les discussions frénétiques pour savoir si le monde a trouvé 'une colombe" à l'intérieur du camp Sioniste en la personne du nouveau dirigeant Travailliste Peretz - pour promettre à nouveau "un Etat palestinien" - semblent exotiques.

Elles servent à détourner l'attention du monde de la conquête actuelle de la terre palestinienne, un processus qui a été toujours suivi par un déchainement fanatique que ce soit dans les administrations des Travaillistes ou du Likud, et pour calmer les appels pressants des Palestiniens afin d'isoler Apartheid Israël.

À ce stade, une solution de deux Etats pourrait être en théorie controversée; et en pratique, c'est tout simplement un but impossible à réaliser.

Les négociations pour un foyer national sans frontières, une capitale et une terre sont une déception pour notre peuple et le reste du monde.



Source : http://stopthewall.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Vallée du Jourdain

Même sujet

Colonies

Même auteur

Stop The Wall

Même date

3 décembre 2005