Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2053 fois

Israël -

Le Royaume du Mal : Un drapeau plus noir que noir

Par

Article paru dans le Yedioth Ahronoth le 12 janvier 2007 - Traduit en anglais par Mark Marshall

Le vendredi 19 janvier 2007 prochain, si la Cour Suprême de Justice ne nous sauve pas à temps de la honte – la loi la plus honteuse que la dictature militaire dans les territoires souhaite infliger à ses sujets, et à tous les citoyens d'Israel, entrera en vigueur.
Ce jour-là, selon les ordres du Général Yair Naveh, le Commandant en Chef de la région Centre de l'armée israélienne, les Israéliens n'auront plus le droit d'emmener dans leurs véhicules des Palestiniens, dans l'ensemble de la Cisjordanie.

Le Royaume du Mal : Un drapeau plus noir que noir

Toute personne qui désirera emmener un Palestinien sera forcée de demander une autorisation aux bureaucrates de l'occupation.

L'excuse bidon, plus qu'usée, fausse est, comme d'habitude, la sécurité.

N'importe quoi. Il n'y a aucun lien entre cette abomination et la sécurité. Ce nouveau décret du Royaume du Mal en "Judée et Samarie" (ndt : Cisjordanie ) est une nouvelle preuve qu'il n'y a pas de limites à la bestialité de la bureaucratie de l'occupation, quand il n'y a personne pour l'arrêter.

Et cette loi raciste n'est qu'un autre verrou, particulièrement répugnant, dans la machine qui est engagée avec méticulosité et efficacité dans le dépouillement de la dignité humaine des Palestiniens, pour les isoler, les séparer, les piétiner et écraser dans la poussière ce qui leur reste de leurs droits.

Les détails de la réglementation de Naveh doivent être présentés avec précision : Il ne s'agit pas de l'interdiction de transporter des Palestiniens à l'intérieur de l'Etat d'Israël. Il est interdit aux Palestiniens d'entrer en Israël depuis bien longtemps, de quelque façon, mode ou forme que ce soit.

Elle ne cherche pas non plus à empêcher les tentatives "d'infiltrations" de Palestiniens dans une colonie. Après tout, l'accès leur y est aussi interdit. Le Général Naveh souhaite simplement interdire tout voyage commun.
Y compris une rencontre sociale à l'intérieur de la Cisjordanie . Ou aider un ami à transporter des marchandises chez lui. Ou juste un déplacement.
Même faire 200 mètres en voiture pour aller dans un café-restaurant pour s'y asseoir et parler ensemble.

Et inutile de dire qu'on interdira désormais de se déplacer ensemble pour participer à une manifestation contre l'occupation, ou à tout autre événement menaçant de relation et de réconciliation.

Il y a, bien sur des exceptions : Les seigneurs féodaux des colonies pourront continuer à conduire leurs esclaves autochtones jusqu'à leurs lieux de travail.
Après tout, il est impensable que la routine confortable des maîtres soit dérangée.
Certainement pas par un général qui permet à ces restes de l'humanité de faire ce qu'ils veulent quand ils veulent (voir les résultats du caractère ignoble "de la colonie juive d'Hébron", qui fait la Une des écrans de télévision cette semaine).

L'Etat d'Israël possède une abondance de lois, de règlementations provisoires et d'ordres d'administration militaire à l'odeur nauséabonde.

Mais un tel piétinement des standards démocratiques de base, de toutes les règles de guerre et de toutes les valeurs de la dignité et des libertés humaines, ne s'était pas encore produit ici.

Pour dire la vérité, même le mot "Apartheid" est trop modéré pour décrire cette abomination.
On ne peut que chercher des précédents historiques dans d'autres endroits. Des endroits où les juifs eux-mêmes ont souffert de telles lois injustes.
Même pas chez les Noirs en Afrique du Sud, ni les Indiens en Amérique, ni les Arabes en Algérie ou les Intouchables en Inde.

Nous pouvons également apprendre de notre propre expérience.

Nous pouvons également être alarmés par notre histoire et l'histoire de nos ancêtres, apprendre et tirer des conclusions et des morales.

Après tout, les lois qui ont été gravées dans notre chair ont été fréquemment basées sur les excuses "de la sécurité des peuples", et la défense contre l'ennemi juif qui complote pour saboter l'état et contamine sa pureté démographique de ses graines.

Mes ancêtres ont également été interdits de circuler dans la même voiture que les membres de la nation au pouvoir.

Mes ancêtres ont été également empêchés d'utiliser les moyens de transport, sauf pour aller travailler pour les dirigeants au pouvoir.

Mes ancêtres ont été également empêchés de se déplacer, de travailler, d'étudier, de soigner, de partir en vacances ou de prier leur Dieu, à moins que les maîtres au pouvoir leur aient accordé la permission.

Et maintenant, j'ai entre les mains l'ordre du Commandement de la Région Centre, je le regarde avec des yeux impuissants et un noeud à l'estomac, et je lis :

Les Palestiniens sont interdits de circuler dans des voitures avec des Israéliens.

Les Palestiniens sont autorisés à monter dans une voiture israélienne seulement pour se rendre sur son lieu de travail.

C'est la honte. C'est le déshonneur. Le malheur de la mémoire courte. Le judaïsme qui se piétine au sol.

Un drapeau plus noir que noir frappe cet ordre. Et toute personne civilisée et toute personne respectueuse des lois doit prendre garde à y obéir.

Ce n'est pas seulement évidemment illégal, c'est également machiavélique.



Source : Yedioth Ahronoth

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même sujet

Racisme

Même auteur

B. Michael

Même date

16 janvier 2007