Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3128 fois

Nakab -

Le comité national palestinien BDS appelle à geler l'adhésion de la "Knesset" à l'Union interparlementaire au vu des lois racistes

Par

Le "Plan Prawer" de déracinement et de dépossession des communautés indigènes palestiniennes bédouines dans le Naqab (Negev) est l'ultime preuve de la nature coloniale du sionisme.

Palestine occupée, 9 juillet 2013 - Le Comité national palestinien BDS (BNC) condamne le "Plan Prawer" raciste et colonial qui a été adopté officiellement par le gouvernement israélien et récemment voté par le parlement (Knesset) en première lecture. Ce plan appelle au nettoyage ethnique de dizaines de milliers de citoyens palestiniens bédouins d'Israël par la confiscation de centaines de milliers de dunams [1] de terre qui leur appartiennent depuis des générations dans le Naqab, et par la destruction de leurs maisons et de leurs communautés en vue de l'expansion de colonies exclusivement juives dans le Naqab.

Le comité national palestinien BDS appelle à geler l'adhésion de la 'Knesset' à l'Union interparlementaire au vu des lois racistes

D'autres photos de la barbarie sioniste et du nettoyage ethnique des Palestiniens du Naqab sur Occupied Palestine
Aujourd'hui, à l'occasion du 8ème anniversaire de l'Appel palestinien BDS, le BNC, la plus large coalition de la société palestinienne, réitère son soutien indéfectible à la lutte de notre peuple dans le territoire 1948 contre l'apartheid israélien et ses lois racistes [2] et salue chaleureusement le soutien apporté par des Israéliens juifs anti-sionistes de conscience dans cette lutte. Le BNC appelle les gens de conscience partout dans le monde à intensifier les campagnes BDS contre l'Etat d'Israël et ses institutions, responsables de ce dernier chapitre du nettoyage ethnique de notre peuple.

En réponse à l'approbation du parlement israélien en première lecture de ce "Plan Prawer" raciste, et compte tenu de son passif de promulgation de dizaines de lois racistes par le passé, la société civile palestinienne, représentée par le BNC, appelle l'Union interparlementaire [3] à geler l'adhésion de la Knesset jusqu'à ce qu'elle abroge toutes les lois racistes qui sont incompatibles avec le droit international et les principes et objectifs des Nations Unies et de l'Union interparlementaire, en particulier le principe de "protection et de promotion des droits de l'homme."

Le "Plan Prawer" est un nouveau chapitre de la Nakba en cours contre le peuple palestinien indigène, la catastrophe qui a débuté en 1948 quand les milices sionistes, et plus tard l'Etat d'Israël nouvellement établi, ont déraciné et spolié une majorité de Palestiniens de leur terre ancestrale.

Le principal objectif de la machination Prawer est de couper les liens historiques qui relient les communautés palestiniennes bédouines à leur terre. Il représente une nouvelle preuve irréfutable de la nature coloniale du sionisme en théorie et en pratique, ainsi que la nature d'apartheid du système que le régime israélien impose à notre peuple dans le territoire 1948, et dont l'apogée est l'acharnement avec lequel ce régime maintient une identité exclusivement "juive", reléguant ainsi les Palestiniens indigènes à un statut juridique inférieur. Cet aspect du régime israélien d'oppression rappelle les caractéristiques essentielles de l'apartheid en Afrique du Sud et de Jim Crow au sud des Etats-Unis.

Le "Plan Prawer" viole des principes universels des droits comme l'égalité et la participation effective au processus décisionnel sur des questions liées à la vie humaine et au bien-être. Il viole en particulier l'article 8 de la Déclaration sur les Droits des Peuples autochtones [4], qui proclame que :
"1. Les autochtones, peuples et individus, ont le droit de ne pas subir d’assimilation forcée ou de destruction de leur culture.
b) Tout acte ayant pour but ou pour effet de les déposséder de leurs terres, territoires ou ressources;
c) Toute forme de transfert forcé de population ayant pour but ou pour effet de violer ou d’éroder l’un quelconque de leurs droits.
"

Photo
Al-Arakib, 27 juillet 2010 - Un Palestinien du Naqab affronte les envahisseurs sionistes pendant la énième destruction de son village (photo Anne Paq/Activestills, Chroniques de Palestine)


Le Plan viole également l'article 10 de la Déclaration, qui empêche l'enlèvement forcé des peuples indigènes de leurs terres et territoires :
"Les peuples autochtones ne peuvent être enlevés de force à leurs terres ou territoires. Aucune réinstallation ne peut avoir lieu sans le consentement préalable – donné librement et en connaissance de cause – des peuples autochtones concernés et un accord sur une indemnisation juste et équitable et, lorsque cela est possible, la faculté de retour."

Tous les Palestiniens du territoire 1948, indépendamment de leurs différentes idéologies ou affiliations politiques, se livrent à une lutte déterminée et unifiée contre le régime israélien d'apartheid sous lequel ils sont obligés de vivre afin de préserver ce qui leur reste de terres. Depuis la Nakba de 1948, les gouvernements israéliens successifs ont, en toute illégalité, pillé et confisqué la plupart des terres appartenant à des Palestiniens, qui sont devenus citoyens de l'Etat, afin d'enraciner plus profondément le système d'apartheid existant qui garantit, par la voie juridique et législative, des privilèges raciaux aux citoyens juifs au détriment des citoyens palestiniens (musulmans et chrétiens). Par leur rôle central, le système judiciaire et le parlement israéliens partagent une responsabilité directe dans ce processus en cours de spoliation et de nettoyage ethnique de la minorité palestinienne en Israël.

La logique consacrée qui consiste à exercer des pressions systématiques sur les Etats voyous pour les forcer à se conformer au droit international, notamment aux principes relatifs aux droits de l'homme, doit être plus avant appliquée à Israël, un régime d'occupation, de colonialisme et d'apartheid sur le peuple palestinien. BDS est une des formes principales de résistance populaire et civile palestinienne, dont l'objectif est de recouvrer nos droits fondamentaux, qu'ils soient individuels ou collectifs, y compris les droits de près d'1,5 de Palestiniens dans le territoire 1948.

Au cours des 8 dernières années, BDS s'est avéré la forme la plus efficace de la solidarité internationale avec la lutte palestinienne pour la liberté, la justice et l'égalité. Les réalisations impressionnants du mouvement BDS ces derniers mois, comme le boycott de Stephen Hawking d'une conférence israélienne organisée par Shimon Peres, et la réaction frénétique de l'establishment israélien devant la croissance revigorante du mouvement BDS dans le monde entier, ont mis en exergue la vulnérabilité d'Israël à ce mouvement non-violent fondé sur les droits qui est ancré dans le droit international, et notamment la Déclaration universelle des Droits de l'Homme.


[1] Un dunam = 1000 m²
[2] Le Statut de Rome de 2002 de la Cour pénale internationale définit l'apartheid comme "des actes inhumains d'un caractère analogue à ceux visés au paragraphe 1, commis dans le cadre d'un régime institutionnalisé d'oppression systématique et de domination d'un groupe racial sur tout autre groupe ou groupes raciaux et commis dans l'intention de maintenir ce régime." Le régime d'Israël sur ses propres citoyens palestiniens s'inscrit dans cette définition puisqu'il maintient plus de 50 lois racialement discriminatoires contre eux. http://adalah.org/eng/Israëli-Discriminatory-Law-Database
[3] http://www.ipu.org/french/home.htm
[4] http://www2.ohchr.org/french/issues/indigenous/declaration.htm


Note ISM-France :
Pour exiger le gel de l'adhésion de l'entité sioniste à l'IUP :
Union interparlementaire
5, chemin du Pommier
Case postale 330
CH-1218 Le Grand-Saconnex / Genève
Suisse
Téléphone : +4122 919 41 50
Fax : +4122 919 41 60
Courriel : postbox@mail.ipu.org

Source : BDS Movement

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Nakab

Même sujet

Nettoyage ethnique

Même auteur

BDS Movement

Même date

12 juillet 2013