Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2038 fois

Naplouse -

Le député Hussam Khadr raconte la nuit de son arrestation et l'interrogatoire

Par

"L'occupation reste la plus grande préoccupation dans l'histoire des peuples. Cette occupation doit s'achever par tous les moyens et toutes les voies, par les luttes et les sacrifices continus, auxquels participent de larges secteurs du peuple occupé, pour enfin parvenir à la vaincre, à l'obliger à s'en aller, en lui faisant payer cher sa sécurité, sa stabilité, son tissu social, économique et politique.
Pour réaliser ce but et à partir de cet objectif, il est nécessaire de résister à l'occupation.

Mon rôle, aussi modeste soit-il, a été de répondre à l'appel du devoir national exigeant la résistance à l'occupation par tous les moyens disponibles et indisponibles. Etant donné mes positions refusant le parti de la corruption au sein de mon peuple et dans notre Autorité, le courant économique d'Oslo, il fallait me faire taire et confisquer mon rôle en me faisant emprisonner, pour m'isoler et m'éloigner des masses, pour confisquer ma volonté libre dans le combat contre l'occupation d'une part et la corruption d'autre part.

Toutes mes positions s'appuyaient sur le droit de mon peuple à exercer la liberté et la souveraineté mais aussi à exercer la démocratie pour qu'il puisse se relever, développer ses propres capacités et ses possibilités matérielles modestes et ses capacitiés morales immenses et illimitées, grâce à un développement ha rmonieux avec la terre que le Palestinien a façonnée depuis Canaan jusqu'à Fares Awda.

Ma responsabilité, au niveau de ma conscience, ma morale et mon appartenance nationale, m'a jeté dans le tumulte du sacrifice, du don de soi, de la résistance à l'occupation et ses instruments palestiniens. La nuit du 17 mars 2003 ne fut que le moment de la rencontre avec le sort qui m'attendait et le destin avec lequel et auquel j'ai réagi, à cause de mon éternelle conviction qu'il était inéluctable.

Lorsque la première porte a explosé dans le quartier, lorsque le premier engin militaire est passé, s'agissant d'un char ou d'une patrouille, à l'entrée du quartier, le compte à rebours de ma liberté fictive et mensongère a commencé, alors que se rapprochait le moment de ma réelle liberté, malgré les chaînes, la prison, les geôliers, la cellule obscure et l'emprisonnement réel.

Les regards de mon fils Ahmad sont toujours devant moi, tels un joli tableau dans mon esprit, mon coeur, mon âme et tout atome constitutif de mon corps, des regards fixes.. mais perçants et rayonnants de douleur et d'espoir, une nouvelle source universelle d'énergie et une source inépuisable d'amour, un style réaliste qui correspond à l'instant de la séparation muette, terrible, redoutable, mais qui est resté dessiné devant moi à chaque instant de souffrance, et toute minute de douleur de cette vie nouvelle faite d'interrogatoires, mais qui n'est certainement pas la dernière...

Un adieu rapide à une famille qui est le paradis du refuge pour moi...
Une attaque tracée par le destin... sinon la mort inévitable aurait été ma dernière rencontre avec mes filles, Amani et Amira...
Elles furent réveillées par le bruit des explosions successives, comme dans un conte d'épouvante nocturne, un cauchemar lourd qui pèse sur la poitrine et ce qu'elle enferme.

Bien que je me suis assis avec elles, au milieu des deux lits, posant mes mains sur leurs poitrines pour leur transmettre une assurance éternelle entre nous et malgré mes vaines tentatives de soulager leurs craintes et leur peur, je pensais pouvoir relever le char qui pesait sur leurs poitrines, ou arracher le soldat ou repousser le fusil, faucille de la mort récoltant les vies des innocents, mes tentatives n'ont pas réussi.

Pour cela, avec l'approche des explosions à partir de tous les endroits, et lorsque la chambre s'est embuée de gaz lacrymogène s, j'ai décidé de les descendre là où se trouve la véritable sécurité, là où se trouve ma soeur Daad qui était inquiète, avec son sens inné, sur l'être qu'elle chérissait, moi-même...

Nous sommes descendus et j'ai confié le dépôt, l'objet que Dieu m'avait confié, Amani que je tenais par la main et Amira que je portais dans mes bras et que j'ai serrée dans mon coeur et contre ma poitrine...


Un tableau tracé, une page écrite, une scène mouvante dans ma mémoire qui défile dans tous ses instants pour revenir comme une scène magique..

Quelques pas m'ont séparé de la grande explosion, des secondes ont séparé Amani et Amira de cette explosion, je montais la première partie de l'escalier, et je finissais la seconde et commençais à entrer mon corps par la porte de mon appartement lorsque l'explosion s'est produite, une grande explosion, épouvantable et noire.. un noir dense.. comme la nuit de décembre, froide, nuageuse et longue.. des atomes noirs, plutôt une pluie noire accompagnée d'une musique dramatique tumultueuse, le bruit de l'éclat des vitres, des coups de pierres sur le sol des escaliers, et la chute de gros morceaux qui appartenaient quelques instants avant à une porte en fer, en plein dans le salon d'une belle maison, tranquille et confortable.

Des atomes qui m'empêchent de respirer et qui me poursuivent comme une ruée de rats sur un champ de blé.

Une voix hardie s'élève pour crier, insulter, jurer.

La voix de Ghassan. Alors que je me taisais, je suis entré à la maison après avoir dit à Ghassan quelques mots pour le calmer. J'entre pour achever quelques tâches urgentes, puis les soldats sont entrés. J'ai vu Ghassan, son épouse Nisrine et leur enfant, Shahd, l'ange qui dormait, ils sont descendus, et j'ai aperçu les mouvements d'Amira et d'Amani.

Je ne savais pas que Daad, Ahmad et ma mère étaient sortis de la maison sur ordre des soldats. Je leur demande : mes enfants, pourquoi êtes-vous là ?
Entrez dans la maison. Amani qui se retenait me dit : ils nous ont dit de sortir,
je lui demande : où ?
elle dit : avec ma tante et ma grand-mère.
Elles devaient marcher sur les éclats de la porte explosée, ce qui était dangereux, j'ai craint pour elles, mais elles sont sorties, en toute sécurité.

Les soldats m'ont ensuite emmené dans un lieu inconnu, je suis entré dans la maison du voisin Abu Rami, il y avait des frères, j'ai salué et je me suis assis.

Un soldat imposant portant les vêtements militaires me fait face et me demande : sais-tu qui je suis ? je lui dis non, il me dit : tiens toi là, je lui demande : qu'est-ce qui se passe ? Pourquoi cette explosion ? il me dit : tu le sauras bientôt.

Nous avons attendu près de vingt minutes, puis un soldat est arrivé, il a parlé avec l'officier et nous sommes sortis. Devant la scène effroyable de l'entrée de la maison, le mur en gypse effondré, l'escalier, le salon, il me demande : ya t-il des jeunes gens chez toi ? Je lui dis non, personne, il demande : es-tu sûr ? Je lui dis : attends.

J'appelle ma mère, Daad, Ghassan, tous sortent, et Ghassan me dit que tous sont sortis. L'officier inconnu me demande encore : m'as-tu reconnu ?

Je dis non, en réalité, depuis le début de l'intifada , les journaux en hébreu n'arrivent plus, c'est pourquoi je n'ai pas vu ta photo, pour pouvoir te reconnaître.. Il me jette un long regard lourd de haine.

Il me demande une dernière fois : y a t-il des jeunes gens chez toi ? Je lui réponds que non.

Il demande : es-tu sûr ? je lui dis oui, fouille.

Il me dit : je ne fouillerai pas.

Il donne alors l'ordre aux soldats de tirer.

Une terrible attaque commence, des coups de feu en continu, dans tous les sens, les soldats qui montent et descendent. Quelques minutes après, j'entre chez moi, à chaque mètre de la maison un soldat fouille, renverse mes affaires et éparpille leurs contenus, il emporte ce qui lui tombe sous la main, il sort de la cuisine, de la chambre d'Amani et d'Amira, du salon et de ma chambre...

Je suis entré dans ma chambre, il était en train de voler mon salaire. Je lui dis c'est mon salaire, il me le remets, mais il a volé le reste. Il me demande de m'habiller, je lui dis : je vais remettre l'argent à ma mère. Il dit au soldat, emmène le chez sa mère. Je voulais leur dire adieu sans adieux, sans embrassades, sans paroles, sans saluts.

J'arrive à la porte de la maison de la voisine Um Khalil..
Tous étaient debout. Ghassan se tenait près d'un soldat qui était devant le portail, le fusil exposé, un autre soldat était plus proche d'eux.

Ghassan portait sa fille Shahd abritée par la couverture de ma mère, près de lui, Amani et devant lui Amira, Daad se trouvait derrière ma mère, Nisrine derrière Amani et Amira, Ahmad près de Daad, hajja Um Khalil et Layla, et les autres sont là, attendant mes gestes et surveillant mes réactions.

Ils attendent... mon courage et ma lâcheté, ma peur et mon audace, mon hésitation et mon recul. Je ne dis pas un mot, j'ai conservé un calme étonnant, je ne sais pas d'où est-il tombé sur moi.

Je les regardais tous, je savais que c'étaient de longs adieux, que j'allais entreprendre un long voyage pénible, dur, et que l'éloignement serait incertain.

J'ai balbutié des paroles que je n'ai pas comprises moi-même.
Je devais probablement dire : faites confiance à Dieu, n'ayez crainte pour moi, faites attention à vous et soyez certains de ma fermeté.

Le soldat m'a pris par le bras et m'a demandé de me diriger vers les patrouilles qui avaient occupé la rue. Je marchais avec eux en direction de la patrouille, deux soldats m'accompagnaient, ils ne m'ont pas attaché les mains devant ma famille.

Avant d'arriver à la patrouille, je regardais en une dixième de seconde en direction du quartier, je vis Ahmad me regarder fixement, des regards qui accompagnaient mes pas et qui demandaient : vers quel destin allons-nous, mon père, vers où nous nous dirigeons ? Où nous as-tu laissés ?

Je suis monté dans le ventre de la baleine, elle m'a avalé, ils m'ont fait asseoir dans un coin, par terre, ils m'ont recouvert les yeux et attaché les mains... Je n'exagère pas si je dis que dix soldats sont montés avec moi. Quelques minutes après, le convoi se met en marche.

En arrivant au bout de la rue, c'est l'appel à la prière "Allahu Akbar" qui annonce la prière du matin. Les patrouilles se dirigent vers Beer Ya'qub. Puis elles dévient et arivent au camp de Huwwara. Je demandais à Dieu la patience pour ma famille, ma mère, mes frères et soeurs, mes enfants Amani, Amira et Ahmad.

J'entre à l'infirmerie, un examen rapide, formel et superficiel. Munir, l'officier qui voulait que je le reconnaisse, me prend et me conduit à son bureau. Il me fouille, me fait asseoir, puis m'emmène vers l'espace boisé, de Huwwara. Je demande à me rendre aux toilettes, l'officier me met en garde : attention, ne t'enfuis pas.. Je le dédaignais.


Puis il m'emmène vers une tente, les yeux recouverts.
Il faisait froid, mais la chaleur de la situation remplace plusieurs éléments de chauffage.
Je dors par terre, presque une heure, ils viennent me prendre et me ramènent, je dors une seconde fois sur le sol.

La tente était grande, une baleine au ventre gigantesque, dans laquelle des soldats se réchauffaient autour d'une poêle qui m'a rappelé les jours de déportation au Liban et les tentes.. les neiges de la Bekaa, je pensais à ma mère, et me rassurait de ses invocations dont l'écho me parvenait aux oreilles, je me demandais comment Ahmad allait faire sans moi, alors que j'étais son nouvel ami ces deux dernières années..


Amani et Amira.. Daad et Ghassan, tous, Tayseer, qui lui annoncerait la nouvelle ?
Layla, comment allait-elle réagir à la nouvelle de ma mort provisoire ?
Je me dis qu'ils ont dû sûrement apprendre la nouvelle par les jeunes gens, avant ma famille...

Je me suis imaginé la maison peuplée des voi sins et des amis...

J'étais reposé dans une grande mesure, sûr de moi de manière illimitée. Le soldat s'approche de moi avec du laban et du pain. Ils m'enlèvent le baillon, je m'asseois pour manger.

Il y avait deux jeunes hommes mais je ne leur adressais pas la parole, je prends quelques bouchées, puis le soldat revient et me recouvre les yeux, je dors sur une couverture moisie. Le soldat revient une fois encore et me conduit aux bureaux des officiers du renseignement.

J'entre une seconde fois dans le bureau de Munir, je demande à me rendre aux toilettes, deux soldats m'accompagnent et laissent la porte ouverte.

Je sors et me place près d'une voiture.. Ils me fouillent encore, il pose sa main dans ma poche, je récite le Coran, arrive un homme portant une chemise à damier, rouge et bleue, et un jean, les cheveux rasés, comme les soldats. Il me salue en souriant, il se présente comme étant le capitaine Yo'el, responsable du dossier de mon interrogatoire. Il me fait entrer dans son bureau.

Je m'asseois sur une chaise en cuir, ou un siège en cuir noir, il sort, me laisse, après m'avoir ôté les menottes. Il laisse le gardien civil des renseignements à la porte de la pièce.
J'étudie la géographie de la pièce, je demande à Yo'el à me rendre aux toilettes.

Intelligent et perfide, il entre avant moi et ferme l'eau, tire la chasse, puis me demande d'entrer. Il voulait laisser la porte ouverte, je refusais arguant que je ne pouvais rien faire ainsi. Il ordonne de fermer la porte.

Mais j'ai mesuré le degré d'intelligence et de ruse du responsable de mon dossier.

Il me parle dans la pièce, il me montre les lignes générales de mon dossier et le degré de son importance, et me dit : nous allons t'emmener en voiture vers un endroit inconnu, je te rencontrerai en milieu de journée.

C'est un long voyage, j'avais les mains et les pieds attachés, j'avais les yeux recouverts, et sur les tissus des lunettes noires pour empêcher la vue. Je pensais à la famille. Il est sept heures du matin, maintenant, est-ce que Amani, Amira et Ahmad vont-ils se rendre à l'école ?


J'arrive à un lieu inconnu. Je suis installé dans une cellule minuscule et sale, avec un pot d'eau. Je commençais à planifier ma résistance et mon face-à-face avec les renseignements. Je me préparais mentalement et moralement, je me concentrais, me donnais du courage et raffermissais ma détermination et ma volonté.

Je fis le serment et promis de résister, à ma mère, la meilleure enseignante, à Daad, à Amani, Amira et Ahmad, je me rappelais Layla, mon père et ma mère lors de ma détention en 1985, leur refus de me visiter en prison, lorsque je devais témoigner...

Je sors avec deux soldats, ils me tirent par les menottes, de façon brutale alors que j'ai toujours les yeux recouverts. J'entre et je vois Yo'el, je lis les noms de Nasir Uways, Majid al-Masri et Khalil Abu Hashieh sur les murs, il me prend en photo avec un appareil polaroïd et met la photo dans mon dossier rouge. Il commence à m'expliquer pourquoi je suis arrêté.

Rami arrive, je sus plus tard qu'il est responsable des interrogatoires en Cisjordanie , et le responsable indirect de Yo'el. Il me parle sérieusement, essaie de me convaincre d'avouer et me dit qu'il est impossible de résister face aux preuves formelles et aux possibilités illimitées des services de renseignements israéliens qui ont des méthodes évoluées..

J'écoute avec dédain, nonchalance et défi. La séance dure des heures.
Je suis ramené à la cellule. Il y avait une place qu'il fallait traverser pour se rendre entre les cellules et les bureaux. Des gouttes de pluie. Je m'asseois près d'une heure, le temps ici a d'autres critères. Les secondes deviennent des minutes et ainsi, le temps s'allonge de façon étrange.

C'est un parcours de silence pour moi, mais un parcours "d'éveil" où il n'y pas de place pour le regret.

La fatigue, la veille, les interrogatoires continus, un parcours qui a duré deux nuits dans ce lieu gardé au secret.

Le troisième jour je suis emmené sauvagement à Petah Tikva.

J'ai vu Abu Sharif, j'ai nié le connaître ou me rappeler de lui, car il est arrogant et sûr de lui plus qu'il n'est nécessaire.


Il me dit : Hussam Khadr, tu es revenu vingt ans après, tu es fou, tu n'as pas changé ? tu n'es pas fatigué ? tu veux compléter le dosser de Kafar Qassem, le dossier de 1986 ? et ainsi commence le voyage qui va durer 90 nuits, où j'ai subi des tortures psychologiques continues, entre veille et interrogatoires de façon continue.

Certains instructeurs restaient avec moi 24 heures de suite avec des absences de quelques heures seulement, toutes les 12 heures, avec un instructeur ou plus. Je décidais de ne pas répondre à certains, même de ne pas parler, alors que je parlais avec d'autres.


J'ai choisi celui avec qui je voulais jouer à l'ami ou à l'ennemi. Je n'ai pas attendu qu'ils jouent ce rôle avec moi.

Ainsi, Ahmad était là, il me tirait, m'armait de l'espoir qu'il ne fallait absolument pas faire évanouir, coûte que coûte.

Source : http://www.hussamkhader.org/

Traduction : Centre d'Information à la Résistance en Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Prisonniers

Même auteur

Hussam Khader

Même date

5 avril 2005