Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 565 fois

Palestine occupée -

Le militantisme pour la Palestine doit créer des espaces pour les récits palestiniens

Par

28.11.2019 - Quand, en décembre 2017, le président américain Donald Trump a unilatéralement reconnu Jérusalem comme capitale d'Israël, les manifestations en Palestine ont rapidement entraîné une vague de solidarité internationale. Dans de nombreux pays, des militants ont protesté contre cette décision, tandis que les dirigeants du monde entier répétaient leurs déclarations soigneusement rédigées et estimaient qu’ils avaient fait leur devoir.

Le militantisme pour la Palestine doit créer des espaces pour les récits palestiniens

Gaza, 8 janvier 2018 – manifestation contre la décision de D. Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël [Ashraf Amra/Apaimages]
Après tout, les résolutions de l'ONU sur Jérusalem sont restées le summum de ce que la communauté internationale est prête à faire, ce qui, pour l'essentiel, revient à rien du tout.

Les Palestiniens protestent maintenant contre la décision des États-Unis de légitimer les colonies israéliennes. Les diplomates se sont déjà positionnés d’un point de vue rhétorique contre la déclaration du secrétaire d'État américain Mike Pompeo, tandis que le dirigeant de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, une fois de plus tardivement, a menacé, pour la énième fois, de rompre tous les liens avec Israël et les États-Unis. Dans le même temps, les réactions militantes palestiniennes contre la décision américaine ont été minimes et se sont surtout exprimées dans les réseaux sociaux ; certainement pas à l'échelle avec laquelle les manifestations pour Jérusalem ont attiré l'attention des médias du monde entier.

Le soutien à la Palestine et les Palestiniens doit être constant, et ne doit pas dépendre de variables principalement déterminées par la visibilité. L'importance de Jérusalem, plus que la cause palestinienne, a été un facteur décisif lorsqu'il s'est agi de manifestations internationales de soutien aux Palestiniens il y a deux ans. Cependant, la décision américaine concernant Jérusalem a été le prélude à d'autres mesures oppressives contre le peuple palestinien. Alors que Jérusalem a été désignée comme l'exemple parfait de violations, l'alliance américano-israélienne a mis en œuvre son plan pour faciliter la parodie de légitimation d'une nouvelle expansion coloniale en Palestine. Entre-temps, le plan américain systématique visant à priver les Palestiniens de leurs droits a été généralisé par des déclarations commodes telles que "violation du droit international" sans aucune autre action collective.

Ces divergences nous rappellent à quel point il est important de laisser le récit palestinien guider la solidarité internationale avec les Palestiniens et leur lutte anticoloniale. Jérusalem fait partie d'une histoire et d'une mémoire plus larges, enracinées dans la dépossession forcée par la colonisation sioniste. Tout doit être interprété avec et à partir des Palestiniens, afin de permettre à leur récit de résonner au-delà des limites qu'Israël a imposées à la population.

De même, les répercussions de la décision américaine déclarant que les colonies de peuplement ne sont pas "illégales" ne constituent pas simplement une violation de ce que la communauté internationale a déjà stipulé. Cette décision ne peut être séparée des autres atrocités dont Israël s'est rendu coupable avec l'approbation des Etats-Unis. Si les colonies de peuplement sont prétendument "non illégales" selon les Etats-Unis, le déplacement forcé qui précède les colonies ne l'est pas non plus, et pourtant tout ceci constitue le nettoyage ethnique des Palestiniens perpétré par les sionistes avant la Nakba de 1948.

Le militantisme foisonne de choix et de dilemmes. La violence politique omniprésente peut parfois constituer une obstruction quant à la cause à soutenir et à la question qui doit avoir la priorité. Cependant, il y a une distinction importante à faire et qui est impérative : le militantisme ne doit pas être associé aux médias et au sensationnalisme politique, ni être influencé par eux. Si cela se produit, la Palestine sera accablée d'autres fausses représentations, alors que les Palestiniens sont capables de se représenter eux-mêmes, de représenter leur histoire et leur mémoire ; tout ce dont ils ont besoin, ce sont des espaces pour le faire.


Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Ramona Wadi

Même date

2 décembre 2019