Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1995 fois

Palestine -

Le moment de vérité d'Abbas

Par

> http://nazionism.wordpress.com/

Le Président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas est très déprimé ces jours-ci, après que le Président Bush lui ait dit sans cérémonie que l'administration US n'exercerait aucune pression sur Israël pour mettre fin à l'expansion des colonies, ni ne s'engagerait dans un retrait israélien total des territoires palestiniens occupés en 1967.

Le moment de vérité d'Abbas


Certains des conseillers d'Abbas ont décrit sa visite récente à Washington comme "la goutte d'eau qui a fait débordé le vase." Abbas lui-même a décrit la visite comme "un échec patent".

Un commentateur palestinien de Ramallah l'a qualifiée de "fiasco gigantesque et monumental", arguant qu'elle représentait un effondrement virtuel de la stratégie d'Abbas toute entière, qui consistait à s'en remettre à l'administration Bush pour créer un Etat palestinien viable et contigu, avec Jérusalem Est comme capitale.

Selon des sources à Amman, Abbas a informé Bush qu'il ne se représenterait pas une deuxième fois au poste de Président de l'Autorité Palestinienne.

Une source cite un conseiller d'Abbas disant que le Président a conclu sa rencontre avec Bush par ces mots : "Vous pouvez chercher un autre âne pour présider l'Autorité Palestinienne".

Le Président de l'AP aurait demandé à Bush de déclarer son soutien à la création d'un Etat palestinien sur la totalité de la Cisjordanie , de la Bande de Gaza et de Jérusalem Est, et également de faire pression sur Israël pour mettre fin à l'expansion de la colonisation juive dans les territoires occupés, en particulier à Jérusalem Est.

Abbas, selon des conseillers, est resté sans voix lorsque Bush lui a dit qu'il ne pouvait pas répondre aux demandes palestiniennes car ce serait une violation de la lettre de garantie qu'il avait donnée à l'ancien Premier Ministre israélien Ariel Sharon le 14 avril 2004. De plus, Bush a indiqué que toute entorse à la tristement célèbre lettre conduirait à la chute du gouvernement du Premier Ministre israélien Ehud Olmert.

"Le Président Abbas a eu l'impression qu'il parlait à un mur", a déclaré un responsable palestinien. "Tant Bush que [la secrétaire d'Etat Condoleezza] Rice ont refusé de discuter des détails qui se rattachent aux pourparlers de paix actuels avec Israël. Nous sommes très abattus."

Rice est arrivée en Israël-Palestine samedi soir, le 3 mai, apparemment pour sauver "le processus de paix" d'un danger imminent d'effondrement.

Rice a dit aux médias israéliens que l'objet de sa visite était de faire pression sur le Ministre de la Défense Ehud Barak pour qu'il retire quelques-uns des barrages routiers que l'armée d'occupation israélienne maintient partout en Cisjordanie pour punir, torturer et contrôler les Palestiniens qui vivent en Cisjordanie , estimés à 2,5 millions.

Les USA ont demandé à Israël, pour la énième fois, d'enlever ces barrages pour soulager la vie quotidienne des Palestiniens et relancer la popularité d'Abbas aux yeux du peuple.

Pour sa part, Israël a maintes fois promis d'enlever les barrières, mais sans suite. Le mois dernier, le gouvernement israélien a dit qu'il supprimerait certains des barrages clés de Cisjordanie pour faciliter la circulation des marchandises et des services à travers la Cisjordanie .

Cependant, les Palestiniens, les militants de la paix et les organisation de droits de l'homme oeuvrant dans les territoires occupés ont accusé l'armée israélienne de duperie et d'installer des barrières fictives le matin pour les enlever le soir, et donner ainsi à Washington l'impression fausse qu'Israël tient les promesses faites à Rice.

Cette remise au lendemain prolongée et persistante, en l'absence de tout progrès substantiel dans les discussions israélo-palestiniennes, en particulier sur les dossiers centraux comme Jérusalem, les réfugiés et les colonies, exaspère à l'évidence la direction palestinienne, désespérément impatiente "de s'agripper à une réalisation" qu'elle utiliserait pour convaincre les masses palestiniennes de plus en plus désespérées et sceptiques que la manière de faire d'Abbas, et non celle du Hamas, était la seule bonne manière de faire pour arracher les droits palestiniens des mains parcimonieuses d'Israël.

Maintenant, cependant, l'effet manifestement délétère de la politique d'Abbas, qui a totalement fait confiance et s'en est entièrement remis à l'administration Bush, est maintenant évident.

Abbas réalise maintenant, certainement trop tard, que Bush n'a jamais sérieusement voulu soutenir une résolution digne et équitable du sort des Palestiniens.

Je dis "certainement trop tard" parce qu'Abbas a presque brisé ses relations avec son propre peuple, en particulier depuis les événements à Gaza cette dernière année, dans le but d'apaiser Bush et Rice et de recevoir d'eux un certificat de bonne conduite.

Il pensait, par naïveté, ignorance et faiblesse de caractère, que les néocons de Washington le récompenseraient pour sa servilité et son obséquiosité en faisant pression sur Israël pour mettre fin à l'occupation et au vol continu de la terre palestinienne.

Cependant, la gaffe la plus scandaleuse d'Abbas a été sa conviction irréaliste que le grand menteur de Washington, l'homme qui a envahi, occupé et détruit deux pays musulmans souverains à partir de mensonges, se comporterait honnêtement et avec droiture envers les Palestiniens.

Aujourd'hui, Abbas aura beaucoup de mal à sauver son héritage en défaisant ou du moins en rectifiant quelques-unes des gaffes que lui et son régime ont commises contre les masses palestiniennes et leur cause durable et juste, tout ça pour faire plaisir à Washington.

En tant que Président de l'Autorité Palestinienne, Abbas et ses parasites ont enlevé, détenu, torturé et même tué des opposants politiques, pour montrer au duo malveillant US/Israël l'engagement palestinien pour la paix. Ceci arrive à un moment où Israël continue d'assassiner les Palestiniens en masse et s'empare de toujours plus de terre palestinienne pour l'expansion de la colonisation juive.

Abbas a également facilement accepté, sinon accueilli, l'interférence délibérée américaine dans les affaires palestiniennes internes, jusqu'au point d'autoriser Washington à conspirer, avec certains officiers palestiniens de sécurité, au minage et au renversement du gouvernement démocratiquement élu dirigé par le mouvement Hamas.

Et de plus, Abbas a été jusqu'à collaborer tacitement avec Israël et les USA pour maintenir le blocus nazi de 1,5 million de Gazans, tout ça pour affaiblir le Hamas.

Je ne sais pas si Abbas aura le courage moral et l'honnêteté intellectuelle de dire à Washington que "ça suffit".

S'il l'a, il doit le faire maintenant, parce que demain pourrait être trop tard.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Collabos

Même auteur

Khaled Amayreh

Même date

6 mai 2008