Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1167 fois

Israël -

Le racket mondial de la cybercriminalité en Israël

Par

Au début de ce mois, un tribunal israélien a décidé que la célèbre société de logiciels espions de guerre cybernétique NSO Group conserverait sa licence d'exportation. Cette décision a été prise malgré le fait que les avocats d'Amnesty International ont présenté ce que le groupe de défense des droits de l'homme a décrit comme des "montagnes de preuves" concernant les crimes de NSO.

Le racket mondial de la cybercriminalité en Israël

Comment fonctionne Pegasus (source 01net.com)
NSO est responsable de Pegasus, une cyber-arme sophistiquée (et coûteuse) qu'elle gère au nom de certains des pires auteurs de violations des droits de l'homme dans le monde - dont l'Arabie saoudite.

Pegasus envahit les téléphones des personnes ciblées, récupérant des masses de données privées, y compris des courriels, des textes, des photos, des fichiers et des mots de passe, et essentiellement tout ce à quoi vous pouvez penser qui vit sur un smartphone moderne.

La cyber-arme est capable d'allumer à distance les microphones et les caméras des smartphones, les transformant essentiellement en dispositifs d'espionnage travaillant contre leurs propriétaires.

Selon les experts, Pegasus a été utilisé pour cibler des journalistes, des défenseurs des droits de l'homme, des hommes politiques et des dissidents vivant sous des régimes oppressifs dans le monde entier.

Même Jamal Khashoggi - le chroniqueur saoudien en exil brutalement tué et démembré par des agents de Mohammed Bin Salman en 2018 - a été indirectement visé par le NSO au nom du régime saoudien meurtrier.

Avec le rejet par le tribunal israélien du procès d'Amnesty International, l'entreprise criminelle malveillante NSO a maintenant l'approbation officielle d'Israël - à la fois du gouvernement et du pouvoir judiciaire.

L'excuse selon laquelle la NSO est une entreprise privée ne tient pas debout.

L'entreprise s'appuie sur l'approbation du gouvernement pour ses activités criminelles sous la forme de licences d'exportation. De la même manière que les fabricants d'armes conventionnelles du monde réel dépendent de l'approbation du gouvernement pour leurs activités mercenaires, il serait impossible à NSO de poursuivre ses activités sans l'approbation de l'État israélien.

Mais il y a encore de l'espoir. De bonnes nouvelles concernant le groupe NSO sont également arrivées en juillet.

Un tribunal fédéral américain de Californie du Nord a décidé que le procès de Facebook contre le groupe NSO pouvait effectivement avoir lieu.

Facebook est la société mère de WhatsApp, l'entreprise qui gère le service de messagerie dominant (le géant des médias sociaux l'a racheté en 2014).

Le principal vecteur d'attaque que l'arme cybernétique Pegasus de NSO a utilisé pour infecter les téléphones de ses cibles était WhatsApp. Pendant un certain temps, l'application contenait une faille de sécurité que les cybercriminels de NSO ont pu exploiter.

Cette faiblesse de WhatsApp a été corrigée par les créateurs de l'application l'année dernière, mais pas avant qu'au moins 24 utilisateurs de l'application ne soient touchés.

Les experts affirment que NSO était plus intéressé par des déploiements ciblés de leur cyber-arme (sur ordre de leur client), plutôt que par des infections massives de milliers d'utilisateurs.

C'est logique, la motivation première de ces mercenaires étant les profits massifs.

Les frais qu'ils continuent d'amasser auprès des régimes qui violent les droits de l'homme pour gérer ces intrusions criminelles dans la vie privée des militants et leurs conversations leur auraient rapporté des millions de dollars.

Parmi les clients du NSO figurent également le Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Mexique - ce dernier a utilisé son "service" pour espionner des journalistes.

Depuis de nombreuses années, Israël est profondément impliqué dans un racket mondial croissant de cybercriminalité.

En 2008 et 2009, il a été honteusement impliqué dans le ver informatique Stuxnet qui a saboté des centrales nucléaires iraniennes. L'arme cybernétique Stuxnet serait le fruit d'un projet conjoint des États-Unis sous l'ancien président Obama et des Israéliens.

En 2011, Flame, un ver à Stuxnet à certains égards, a été découvert sur des ordinateurs dans tout le Moyen-Orient, mais surtout en Iran, en Cisjordanie et au Liban - toutes des cibles évidentes pour Israël.

Il est probable que Flame a été fabriqué par Israël, ou du moins avec l'implication du gang de cybercriminalité officiel du gouvernement israélien, l'unité 8200.

L’importance mise par Flamme sur l'espionnage des ordinateurs infectés en a fait une sorte de précurseur de Pégase.

Le procès en cours aux États-Unis contre NSO mérite certainement d'être suivi.

Dans un courriel adressé au site d'information technologique TechCrunch, un porte-parole de WhatsApp a confirmé : "Nous sommes heureux que la décision du tribunal nous permette de faire avancer nos affirmations selon lesquelles NSO a eu un comportement illégal. La décision confirme également que WhatsApp pourra obtenir des documents pertinents et d'autres informations sur les pratiques de NSO".

Il semble que de nombreuses autres révélations sont à venir.

C'est essentiel si l'on veut mettre au jour le rôle croissant d'Israël dans les violations des droits de l'homme dans le monde, et si l'on veut que cet État criminel rende compte de ses crimes.




Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Israël

Même auteur

Asa Winstanley