Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1819 fois

Jérusalem -

Les Forces d'Occupation israélienne se moquent de la décision de la Haute Cour

Par

Créé en 1990, l’Applied Research Institute de Jérusalem (ARIJ) est une organisation à but non lucratif dédiée à promouvoir le développement durable dans les Territoires Occupés Palestiniens et l’auto-suffisance du peuple palestinien par un plus grand contrôle de leurs ressources naturelles.

Beit Surik, est un petit village palestinien situé à 10 kilomètres au nord-ouest de Jérusalem.
Il a une population de 3597 habitants (472 familles) selon les statistiques de PCBS en 2003.
Comme beaucoup de villages palestiniens de Cisjordanie, les habitants de Beit Surik dépendent principalement des productions agricoles pour gagner leur vie, car 80% des habitants se basent sur l'agriculture comme principale source de revenus.

Les terres du village sont principalement plantées d’abricotiers et d'oliviers.

Les terres du village représentent 4238,1 dunums (4,2 km2), alors que la zone construite est de 391,4 dunums (0,4 km2).

Selon des ordres militaires remis aux habitants de Beit Surik par les Forces d'Occupation israélienne en octobre 2004, le Mur de Ségrégation isolera et s'appropriera réellement jusqu'à 2837,06 dunums (2,8 km2) des terres du village (67% del’ensemble des terres).

Cette massive confiscation promet d'affecter sérieusement la situation humanitaire à Beit Surik.

Aujourd'hui, Beit Surik est entouré par deux colonies israéliennes illégales.

La colonie de Mevaseret Tsiyon est installée sur 129,77 Dunums (013 km2) des terres de Beit Surik (confisquées pendant la guerre 1948) au sud-est du village et la colonie de Giv'at Har-Adar qui est installée sur 230,78 dunums (0,23 km2) des terres de Beit Surik au nord-ouest du village.

Apparemment, le programme d’aménagement de la colonie israélienne de Giv'at Har-Adar prévoit également la confiscation de 3.000 dunums supplétaires (3 km2), en partie des terres de Beit Surik, pour l'expansion de la colonie
(voir les photos 1: colonie Har Adar et Photo 2).



De plus, les Autorités de l’Occupation israélienne ont déclaré que la construction d’un chemin de fer passerait probablement par les terres du village de Beit Surik (au sud de la zone construite), en direction du sud vers le bloc de colonies de Mudein où il rejoindra la ligne Jérusalem-Tel-Aviv (voir le tableau 1 et la carte 1).
Carte 1 : Projet ferroviaire et tracé du Mur de Ségrégation israélien à Beit Surik selon les projets israéliens




Le Mur de Ségrégation à Beit Surik:

• En février 2004, les Forces d'Occupation Israélienne ont commencé à dégager la terre pour la construction du Mur de Ségrégation à Beit Surik.
Cependant, en 2004, la construction a fait l’objet de protestations non-violentes menées par les villageois Palestiniens de Beit Surik et des pacifistes israéliens de Mevaseret Tsiyon qui demandaient que le mur ne soit pas construit entre leurs deux communautés.
Les villageois palestiniens et les pacifistes israéliens ont porté l’affaire devant la Haute Cour israélienne, qui a adopté une injonction pour stopper le travail.


• Le 29 Juin 2004, la Haute Cour israélienne a émis un ordre pour modifier le tracé du Mur sur 30 kilomètres dans les villages situés au nord-ouest de Jérusalem.
La section du mur prévue à Beit Surik a été soulignée par la Cour.
La Cour a demandé aux architectes militaires israéliens de revoir le tracé du mur en prenant en considération les besoins humanitaires de la population civile, dont les villageois de Beit Surik.


• Le 25 octobre 2004, les Forces d’Occupation Israélienne ont remis à Beit Surik deux ordres militaires n° (04/75/T Judée et Samarie 2004) et (04/76/T Judée et Samarie 2004) annonçant la saisie de 2235,54 dunums (2,2 km2) des terres du village pour la construction du Mur de Ségrégation.

En fait, des secteurs supplémentaires seront isolés par le mur dans cet endroit et 2837,06 dunums (2,8 km2) des terres de Beit Surik seront isolés et de facto saisis, par ces ordres (voir les ordres militaires en Annexe 1 et Photo 3)
Sources: Conseil du village de Beit Surik

• Le 12 Février 2005, les bulldozers israéliens ont commencé à raser une vaste zone près du quartier Kherbit Al Maran à l'ouest de Beit Surik.
La terre, plantée d’abricotiers et d’oliviers, à été dégagée pour construire le Mur de Ségrégation (voir la photo 4).
Cette section occidentale s'étend au delà de la colonie illégale israélienne de Givat Har-Adar, annexant des terres du village de Beit Surik à la colonie.
A l'ouest, le mur passe au sud de Beti Surik, isolant d’autres terres à côté de Mevaseret Tsiyon (voir la photo 4).


• Le 20 Février 2005, le Ministère israélien de la Défense a publié un plan définitif du Mur de Ségrégation en Cisjordanie . Selon les cette prévisions, le mur confisquera seulement 1096,28 dunums (1,1 km2) de terre à Beit Surik.

Cependant, ce tracé ne correspond pas aux ordres militaires délivrés aux habitants de Beit Surik en octobre 2004.

Voir la carte du nouveau tracé du Mur.


Selon les ordres militaires un total de 2837,06 dunums (2,8 km2) des terres du village seront isolés et saisis par le Mur de Ségrégation (voir Carte 2 : Le Mur de Ségrégation israélien à Beit Surik (tracé 2004 et 2005))


On doit mentionner que les habitants de Har Adar ont présenté une pétition devant la Haute Cour indiquant que le mur est trop près d'eux et qu'il devrait se trouver à la limite des villages palestiniens et non pas du leur.



Les Effets du Mur de Ségrégation israélien sur le village de Beit Surik

Effets sur l’Agriculture :

Les Forces d'Occupation Israéliennes ont détruit d’importantes zones agricoles palestiniennes à Beit Surik depuis octobre 2000.

Au cours des quatre dernières années et demi, 70% des arbres fruitiers de Beit Surik (dont plus de 2.000 oliviers, 2.500 vignes, et 1.000 amandiers) ont été déracinés par les Forces d'Occupation Israéliennes.

Environ, 11.000 oliviers sont actuellement menacés de déracinement par la construction actuelle du mur
(Voir Photos 5 : vue sur les oliviers et les serres de Beit Surik et 6 : oliviers arrachés pour le tracé du Mur à Beit Surik).

Source : Conseil du village de Beit Surik


De plus, la construction du Mur de Ségrégation a eu comme conséquence la saisie de 8 puits dans le village.

La perte des puits a causé la mort des récoltes de légumes et de grains et une quantité significative de la récolte de l'automne dernier ont aussi été perdues.

Quand il sera achevé, le Mur de Ségrégation augmentera les difficultés de transport des marchandises et des produits des champs de Beit Surik aux marchés de Jérusalem et de Ramallah.

Environ 30% de terres de Beit Surik sont des terres arables, qui conviennent à l'agriculture (voir le tableau 1 - Base de données ARIJ 2005).



Tableau 1 : Utilisation de la terre/couverture de la terre à Beit Surik

Type de terres – Surface en dunums - Pourcentage
Terres arables - 1280.6 - 30.2%
Forêts - 13.18 - 0.3%
Agriculture hétérogène - 667.41 - 15.7%
Espace libre avec peu ou sans végétation - 435.33 - 10.3%
Récoltes permanentes - 612.81 - 14.5%
Arbustes et/ou végétation herbacée - 476.78 - 11.2%
Zone Urbaine (colonie Juive) - 360.553 - 8.5%
Zone Urbaine (Zone Palestinienne construite). - 391.43 - 9.2%
Total : 4238.1 - 100.0%

Source: Base de données ARIJ 2005



Cependant, le Mur de Ségrégation, menace de s'approprier plus de la moitié de ces terres (voir Tableau 2).

Tableau 2 : Utilisation de la terre sur les terres confisquées de Beit Surik *:

Type de terres – Surface en dunums - Pourcentage

Terres arables - 576.68 - 41%
Forêts - 13. - 18 1%
Agriculture hétérogène - 36.43 - 3%
Espace libre avec peu ou sans végétation - 202.94 - 14%
Récoltes permanentes - 19.63 - 1%
Arbustes et/ou végétation herbacée - 207.- 18 15%
Zone Urbaine (Colonie Juive et Zone Palestinienne construite). - 360.553 - 25%
Total : 1416.59 - 100%

* Ce Tableau a été constitué sur la base du plan finalisé d'Israël pour le Mur de Ségrégation en Cisjordanie (publié le 20 février 2005). Il ne tient pas compte des terres confisquées par les des ordres militaires du 25 octobre 2004.


En dépit de la décision de la Haute Cour israélienne du 29 juin 2004, le nouveau plan israélien du Mur de Ségrégation à Beit Surik nuit de manière significative à la population civile du village.
Si le plan finalisé du Mur d'Israël est suivi à Beit Surik, le mur s'appropriera 1096,3 dunums (1,1 km2) ou 26% de toutes les terres du village.

Si le mur est construit selon les ordres militaires d'octobre 2004, les résultats seront bien plus importants puisque jusqu'à 67% des terres de Beit Surik seront isolés.

Dans les deux cas, un pourcentage particulièrement élevé du territoire menacé par le Mur concerne des terres arables dont les habitants de Beit Surik dépendent pour la nourriture et des récoltes payées comptant (Voir le diagramme 1).

* Ce Tableau a été constitué sur la base du plan finalisé d'Israël pour le Mur de Ségrégation en Cisjordanie (publié le 20 février 2005). Il ne tient pas compte des terres confisquées par les des ordres militaires du 25 octobre 2004.



Effets sur le marché du travail :

Suite à la ré-imposition par Israël de sa politique de bouclage en Cisjordanie , qui a commencé en octobre 2000, beaucoup d'ouvriers du village de Beit Surik ont perdu leur travail à l'intérieur d'Israël.

En conséquence, le taux de chômage dans le village a atteint jusqu'à 65%. Beaucoup d'ouvriers se sont également tournés vers l'agriculture comme moyen de maintenir des moyens d’existence viables.

La construction du Mur de Ségrégation et la confiscation de grandes parties de régions agricoles à Beit Surik ont, cependant, nuit de manière significative à la capacité des familles d’avoir de quoi vivre.



Effets sociaux :

Le Mur de Ségrégation coupe Beit Surik des amis et des parents qui vivent dans les villages voisins.
Le mur rendra impossible aux habitants de Beit Surik d’aller à Jérusalem et dans les autres localités voisines et il augmentera le temps de déplacement pour aller à Ramallah, le centre urbain le plus proche.

Le village ne possède aucun établissement pour les études supérieures et les longues durées de déplacement forceront les étudiants des université à partir de la maison afin de suivre les cours à l'université.

Le village ne possède également aucun équipement de santé. Les habitants de Beit Surik avaient traditionnellement accès aux hôpitaux à Jérusalem. Le Mur de Ségrégation rend ce voyage impossible et les habitants seront forcé de faire une longue distance pour atteindre l'hôpital à Ramallah, ou ailleurs (pour une liste des services sociaux et de l’infrastructure civile à Beit Surik voir l'annexe 2).



Conclusion :

Le Mur de Ségrégation d'Israël à Beit Surik représente une catastrophe humanitaire. Selon des ordres militaires délivrés aux habitants de Beit Surik, le mur aura comme conséquence l'appropriation de 67% de leurs terres de village.

Le village sera isolé dans la plupart de ses terres agricoles dont beaucoup de résidants dépendent en tant que seule source de revenus.

Le tracé du mur viole également les termes de la décisionde la Haute Cour israélienne du 29 juin 2004 qui ont ordonné aux autorités de l’occupation israéliennne de modifier le tracé du Mur autour de Beit Surik pour prendre en considération les besoins humanitaires de la population civile palestinienne.
Le plan actuel du mur, représenté dans les ordres militaires d'octobre 2004, ne fait pas cet ajustement.

Le Mur de Ségrégation consolide l’occupation militaire et les colonies israéliennes dans les Territoires Palestiniens, en violation flagrante du droit et des résolutions internationales, qui ne permettent pas l'annexion de la terre par la force.

Le gouvernement d'Israël a continué de poursuivre sa politique qui vise à annexer de plus en plus de terres palestiniennes en violation de ses obligations selon la Quatrième Convention de Genève et les résolutions 242 de l'ONU (1967), 446 (1979) et d'autres concernant les colonies dans les Territoires Arabes Occupés depuis 1967, y compris Jérusalem.

Le mur encercle les villes et les villages palestiniens les transformant en minuscules ghettos ethniques et impose un régime d’Apartheid dans les Territoires Palestiniens Occupés.

Le mur approfondit et aggrave la crise humanitaire en Palestine et détruit les espoirs de paix et les initiatives politiques.

De cette manière, il compromet également toute chance de sécurité et de stabilité à long terme au Moyen-Orient.

Si l'intention du Mur de Ségrégation est d'accroître la sécurité pour Israël, alors il devrait être établie sur les frontières reconnues par la communauté internationale (frontières de juin 1967). Le mur, cependant, est une saisie de terre mal déguisée.

Sur le terrain, Israël confisque illégalement les terres palestiniennes sous des prétextes de sécurité.

En conséquence, le mur viole plusieurs des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies et de nombreux aspects de loi humanitaire internationale.

Le mur sape également la base des négociations de paix Israélo-Palestiniennes et le plan de paix « La Feuille de Route ».



Annexe 1 : Ordres militaires remis aux habitants de Beit Surik le 25 octobre 2004


Ordre militaire no. (04/75/T Judée & Samarie 2004):
Partie 1 et Partie 2 de l'ordre
- Traduction -

Forces de Défense Israéliennes
Ordre de Saisie de Terres n0 04/75/T

Selon mon autorité en tant que Commandant en Chef des forces armées dans la région de Judée et Samarie et parce que je pense qu'il est impératif pour des raisons militaires dues à la situation spéciale de sécurité dans la région, j’ordonne ce qui suit:


1. La 'carte' signée à l’échelle 1/10000 et attaché à l'ordre est une partie essentielle de cet ordre. Les 'Terres» : Une surface de terre qui est de 336,1 dunums(220 mètres de long et de 3815 mètres de large) marquée en rouge sur la carte
Bloc 5 : Kharbet Al Maroon.

2. J'annonce que les terres mentionnées ci-dessus sont saisies pour des raisons militaires.

3. L’IDF saisit les terres et a un contrôle absolu dessus qui est donné à l'officier du Commandement Central des terres, qui est responsable au sein du Ministère de la Défense

4. Ces copies doivent être données par le Bureau de Coordination du District 'Le DCO' de Ramallah aux propriétaires de la terre.

5- Des copies peuvent être trouvées avec des cartes pour ceux qui sont intéressés aux endroits suivants :
DCO de Ramallah
Bureaux du conseiller juridique dans la région
Bureau du commandant responsable auprès du Ministère de la Défense dans l'administration civile.
Bureau responsable des terres des absents et publiques dans l'administration civile.

6- Les propriétaires de la terre ont le droit d'aller au DCO de Ramallah afin d'obtenir plus d'informations sur leur droit aux frais d'utilisation de la terre et à une compensation.


7. La validité de cet ordre commence à la date de la signature jusqu'au 31/12/2007

8. Le nom de cet ordre est : Ordre de Saisie de terres n0 04/75/T (Judée & Samarie ) 2004.

Mosheh Kaplenski
Commandant en Chef des Forces de Défense Israélienne en Judée & Samarie
Signature



Ordre Militaire no. (04/76/T Judea & Samaria 2004):
Partie 1 et Partie 2 de l'ordre
- Traduction -

Forces de Défense Israéliennes
Ordre de Saisie de Terres n0 04/76/T

Selon mon autorité en tant que Commandant en Chef des forces armées dans la région de Judée et Samarie et parce que je pense qu'il est impératif pour des raisons militaires dues à la situation spéciale de sécurité dans la région, j’ordonne ce qui suit:

2. La 'carte' signée à l’échelle 1/10000 et attaché à l'ordre est une partie essentielle de cet ordre. Les 'Terres» : Une surface de terre qui est de 263.7 dunums. Marquée en rouge sur la carte :
Bloc 3: Al Rajaman.

6. . J'annonce que les terres mentionnées ci-dessus sont saisies pour des raisons militaires.

7. L’IDF saisit les terres et a un contrôle absolu dessus qui est donné à l'officier du Commandement Central des terres, qui est responsable au sein du Ministère de la Défense

8. Ces copies doivent être données par le Bureau de Coordination du District 'Le DCO' de Ramallah aux propriétaires de la terre.


9. Des copies peuvent être trouvées avec des cartes pour ceux qui sont intéressés aux endroits suivants :
DCO de Ramallah
Bureaux du conseiller juridique dans la région
Bureau du commandant responsable auprès du Ministère de la Défense dans l'administration civile.
Bureau responsable des terres des absents et publiques dans l'administration civile.

9. Les propriétaires de la terre ont le droit d'aller au DCO de Ramallah afin d'obtenir plus d'informations sur leur droit aux frais d'utilisation de la terre et à une compensation.

10. La validité de cet ordre commence à la date de la signature jusqu'au 31/12/2007

11. Le nom de cet ordre est : Ordre de Saisie de terres n0 04/75/T (Judée & Samarie ) 2004

Mosheh Kaplenski
Commandant en Chef des Forces de Défense Israélienne en Judée & Samarie
Signature




Annexe 2 : Infrastructure sociale à Beit Surik

1- Ecoles
A- Ecole de Filles de l’UNRWA (600 étudiants)
B- Ecole élémentaire de Beit Surik (550 étudiants)

2-Jardins d’enfants
A- Jardins d’enfants Al Eman (60 enfants)
B- Jardins d’enfants Zohor Beit Surik (40 enfants)

4-Clubs : 1
5-Mosquées : 1 - Mosquée Abdallah Ben Zouher
6- Associations Caritatives : 3
8 – Stations de Bus : 1
9- Bureau de Poste : 1
10- Employés de Bureau : 1
11- Bureau du Ministère de l’Environement : 1
12- Internet café : 1

Source : http://www.poica.org/editor/case_studies/view.php?recordID=526

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Rapports

Même auteur

ARIJ

Même date

9 mars 2005