Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1738 fois

Palestine -

Les Palestiniens de l'intérieur et les élections israéliennes (suite)

Par

Communiqué de l'Union des associations civiles arabes - Ittijah (Haïfa), Organisme ayant un statut d'observateur à l'ONU En collaboration avec l'Union des Associations civiles arabes (Ittijah), Des observateurs internationaux pour les élections de la Knesset : Centrer sur les campagnes électorales racistes et les appels au transfert

Le jeudi 23 mars, des observateurs hollandais arriveront au pays et assisteront en tant qu'observteurs non officiels, aux élections de la Knesset.
La délégation a décidé de se définir en tant que non officielle, étant donné que la loi israélienne ne permet pas à des observateurs internationaux officiels de mener ce genre d'actions, d'après la réponse obtenue du comité central des élections en Israël.

Des organismes associés avec les organismes pacifistes et humanitaires hollandais ont fait appel à trois observateurs pour les élections israéliennes.

Ils auront pour tâche de contrôler les élections, sous l'égide de l'alliance des ONG de Hollande (les organismes civils pour la paix), comme ils l'ont fait pour les élections du conseil législatif palestinien, qui se sont déroulées récemment.

La délégation se déplacera en Israël et dans les territoires palestiniens occupés.


La délégation va tenter de tenir le même rôle qu'elle a eu dans les territoires palestiniens occupés, en surveillant les élections, les campagnes électorales des partis, les manifestations racistes et les appels au transfert (de Palestiniens), ainsi que les violations des droits des agglomérations.

De même, la délégation devra comparer entre la liberté accordée aux colons israéliens dans les territoires occupés par rapport à celle des Palestiniens des territoires occupés lors des élections du conseil législatif palestinien.


L'Union des associations civiles arabes, Ittijah, qui affirme que le groupe d'observateurs agit en coordination avec elle, considère que cette tournée des observateurs est extrêmement importante car elle pose Israël sous la surveillance internationale directe, elle assure une forme de protection de la société palestinienne ayant le statut de citoyenneté d'Israël, et rejette l'affirmation qu'Israël est un oasis de démocratie dans la région.

Un rapport des observateurs sera établi et présenté aux différentes parties concernées, la Hollande et l'Union européenne.




Les appels au transfert des Palestiniens se sont multipliés au cours de la campagne électorale israélienne

Lors de chaque élection israélienne, la plupart des partis en compétition essaient de renchérir les uns sur les autres pour montrer qui eux est le plus raciste, qui propose les solutions les plus extrêmes pour les Palestiniens, quand il ne s'agit pas, tout simplement, de tuer le plus de Palestiniens.


Plusieurs assassinats de Palestiniens ont eu lieu, dont celui de l'innocente victime d'al-Yamoun, dans la région de Jénine, Akabir Abdel Rahman Izzat.
Akabir fait partir des martyrs tombés du fait des élections israéliennes, tout comme le furent les victimes du camp de Balata et du nord de Gaza.


Si la compétition des partis sionistes se mène vis-à-vis des territoires occupés en 1967, elle se mène aussi, avant autant d'acharnement, vis-à-vis de la population palestinienne qui vient sur ses terres, dans la partie occupée en 1948. Malgré le statut de citoyens d'Israël donné par l'Etat aux Palestiniens de l'intérieur, ceux-ci sont la cible de campagnes racistes et d'appels au transfert, lancés par plusieurs partis sionistes qui souhaitent augmenter le nombre de leurs électeurs, au détriment de la vie des Palestiniens.

Quoi de plus colonial ? Quoi de plus raciste ?

Aujourd'hui, dans la ville de Yafa, des affrontements ont eu lieu entre les membres du parti sioniste Hirout, et la population palestinienne, les premiers venus mener leur campagne électorale en provoquant les Palestiniens, demandant leur "départ" moyennant compensation !!!

Un colon fasciste du parti Hirout sortait de sa poche une liasse de billets, les tendant vers les gens, leur demandant de les prendre en contrepartie de leur "départ" de la ville, leur ville....

Auparavant, des affiches sur les murs apposés par le même parti appellent la population palestinienne à quitter son pays.

Le parti extrémiste juif avait proposé un slogan électoral disant : "le bon Arabe n'est pas celui qui est mort, c'est celui qui s'en va".

Il est vrai que ce slogan a été retiré par la commission israélienne, mais non parce qu'il mentionne le départ, mais parce que l'intonation des voix de la premère phrase faisait entendre : "Le bon arabe est celui qui est mort.."


Il y a une semaine, dans la ville d'al-Lid, cinq maisons palestiniennes étaient détruites par la municipalité. Le but étant de chasser les Palestiniens des agglomérations et des villes.


Dans le Naqab, selon une étude menée par un institut israélien, le racisme des Israéliens envers les Palestiniens du Naqab a augmenté, à tel point que 20% des Juifs considèrent qu'il est nécessaire de retirer la nationalité et de chasser les Palestiniens du Naqab vers l'extérieur. 52% des Israéliens colonisant le Naqab considèrent que les Palestiniens occupent la terre ou veulent dominer la terre.

Dans une étude récente menée par le centre de lutte contre le racisme, et publiée le 21 mars, sur les 225 actes ou paroles racistes relevés au cours de l'année 2005 :
31 sont le fait de membres de la Knesset,
29 des ministères,
24 de la police,
23 du ministère de la sécurité,
18 du ministère de l'éducation,
17 du ministère de l'Intérieur,
17 des municipalités,
5 de l'appareil judiciaire.

Bien que les actes et paroles relevés ne représentent pas la totalité de ce genre de comportements, au cours de l'année 2005, comme le précise l'étude, il faut noter cependant que l'idéologie sioniste raciste est diffusée à partir des institutions de l'Etat.


Au cours d'une conférence de presse, le même centre a dénoncé "la culture de la haine" diffusée par les institutions israéliennes, indiquant que 63% des Israéliens considèrent que les Palestiniens de l'intérieur sont une "menace démographique et sécuritaire sur l'Etat d'Israël", et que 40% des Israéliens pensent que leur Etat doit encourager les Palestiniens à quitter le pays.


Lire la première partie de l'article

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Racisme

Même auteur

Centre d'Information sur la Résistance en Palestine

Même date

23 mars 2006