Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3801 fois

Gaza -

Les Palestiniens forcés de récupérer la nourriture dans les décharges à ordures

Par

L'armée israélienne et le siège économique sur Gaza a mené à un effondrement des conditions de vie des Palestiniens et beaucoup de gens survivent seulement en recherchant des restes de nourriture dans les décharges à ordures, disent les agences d'aide internationale .
"Cet ensemble de pressions n'a pas eu comme conséquence un désir de compromis", a prévenu Karen Abuzayd, la responsable de l'UN Relief and Works Agency (l'Agence d'aide aux réfugiés des Nations-Unies). "Mais ils ont préféré créer un découragement massif, la colère et un sentiment de désespoir et d'abandon."

Les Palestiniens forcés de récupérer la nourriture dans les décharges à ordures


Photo : MaanImages/Magnus Johansson - Electronic Intifada

Israël a fermé le 25 juin les points d'entrée et de sortie de la Bande de Gaza où vivent 1.5 million de Palestiniens et a mené des incursions et des bombardements fréquents qui ont tué 262 personnes et blessé 1.200 autres.

La crise à Gaza a été en grande partie ignorée par le reste du monde qui a été absorbé par les guerres en Irak, en Afghanistan et au Liban.

"Les femmes à Gaza me disent qu'elles mangent seulement un repas par jour, du pain avec des tomates ou des légumes bon marché", a déclaré Kirstie Campbell du Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies (PAM) qui ravitaille 235.000 personnes.

Elle a ajouté qu'en juin, depuis que la crise a empiré, environ 70% de la population à Gaza ne pouvaient pas satisfaire les besoins en nourriture de leur famille. "Les gens descendent dans les décharges à ordures", dit-elle.

Non seulement les Palestiniens à Gaza n'ont pas grand chose à manger mais leur nourriture est mangée froide en raison du manque d'électricité et d'argent pour payer le carburant.

La centrale électrique de Gaza a été détruite par une attaque aérienne israélienne en juin. En un mois seulement, 4% des terres agricoles de Gaza ont été détruits par les bulldozers israéliens.

Le bouclage total imposé par Israël, complété par des attaques mortelles, a mené à l'effondrement de l'économie Gazéenne. Les 35.000 pêcheurs ne peuvent pas pêcher parce que les bateaux israéliens tirent sur eux s'ils s'éloignent à plus de quelques centaines de mètres du rivage.

En même temps, le boycott international du gouvernement du Hamas signifie qu'il n'y a aucune aide étrangère pour payer les employés du gouvernement palestinien.

Le gouvernement avait un budget mensuel de 180 à 200 millions de dollars, dont la moitié servait à payer les 165.000 employés du secteur public. Mais, il n'a plus maintenant que 25 millions de dollars par mois.

Les agences d'aide sont frustrées de leur incapacité à persuader le monde que la crise humanitaire est bien pire à Gaza qu'au Liban.
Le PAM déclare : "Contrairement au Liban, où les besoins en aide alimentaire humanitaire ont été en frande partie satisfaits, le nombre croissant de pauvres à Gaza vivent sur le strict minimum".

Il est possible pour les journalistes étrangers d'aller à Gaza mais c'est un processus laborieux que de passer le principal point de contrôle israélien d'Erez et ensuite de descendre dans un long tunnel de béton.

Le kidnapping de deux employés de Fox television par des criminels - bien qu'ils aient été plus tard libérés - a également dissuadé plusieurs chaines de télévision de couvrir la crise.


Le bouclage total imposé par Israël date de l'enlèvement du caporal Gilad Shalit par les militants palestiniens le 25 juin.

Entre cette date et fin août, les forces de sécurité israéliennes ont tué 226 Palestiniens, dont 54 mineurs, dans la bande de Gaza, selon l'organisation des droits de l'homme israélienne ,B'Tselem.
Elle indique que 114 de ces morts n'avaient pas pris part aux hostilités.

La manière la plus rapide d'atténuer la crise serait qu'Israël permette la réouverture du passage de Rafah vers l'Egypte, selon le maire de la ville de Gaza. Mais toute restauration de l'économie exigerait la réouverture des autres passages d'Erez et de Karni.



* Israël a levé son blocus maritime du Liban hier après qu'un groupe expéditionnaire maritime d'intérim mené par un amiral italien se soit déployé au large des côtes libanaises, a déclaré le commandant des soldats de la paix de l'ONU.

Source : The Independent

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Famine

Même auteur

Patrick Cockburn

Même date

9 septembre 2006