Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1271 fois

Palestine occupée -

Les Palestiniens n'ont pas besoin d'un "statut de victime", ils ont le droit de mener une lutte anticoloniale

Par

Le récit américano-israélien sur la Palestine va plus loin que l'étiquette humanitaire désignée que la communauté internationale a imposée au peuple palestinien. Alors que l'ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a prédit que jusqu'à dix pays arabes normaliseraient leurs relations avec l'État colonisateur, les Palestiniens, a—t-il déclaré, "doivent cesser de s'accrocher à leur récit victimaire".

Les Palestiniens n'ont pas besoin d'un 'statut de victime', ils ont le droit de mener une lutte anticoloniale

Friedman s'exprimait lors d'un événement en ligne pour les membres des Amis de l'Université de Tel-Aviv. Le "statut de victime", qui a également été popularisé par le conseiller principal américain Jared Kushner en prélude à l'"accord du siècle" de l'administration Trump, n'est pas seulement une insulte politique contre l'histoire et les récits palestiniens. Il élimine les revendications politiques que l'ONU a déjà affaiblies par ses résolutions inutiles et sa propagande humanitaire.

En outre, Friedman n'a pas fait le lien entre la corruption de l'Autorité palestinienne et la complicité américaine, israélienne et internationale. Selon Friedman, l’accumulation des richesses de l'AP contribue au "récit victimaire". Depuis les accords d'Oslo, c'est la communauté internationale qui a décidé de soutenir une entité politique docile qui priverait les Palestiniens de la possibilité de revendiquer leurs droits politiques. La manière dont l'AP exploite le peuple palestinien va plus loin que la création d'un prétendu statut de victime. L'AP est une extension du colonialisme israélien, soutenue par des institutions et des entités pro-israéliennes, conspuée par de nombreux Palestiniens qui sont conscients de la manière dont leur vie et leur terre ont été exploitées pour maintenir le mythe de la politique de deux États.

Le rôle auquel Friedman fait allusion est une AP prétendument anti-Israël. Les investissements en Cisjordanie occupée ont été refusés à plusieurs reprises, "parce que pour eux, cela signifierait la normalisation des relations diplomatiques". Cependant, Friedman sait que toute tentative de résistance de l'AP est un simulacre. Pour une entité qui dépend de ses donateurs pour maintenir son pouvoir, l'AP ne fait que danser au rythme de son soutien financier, sans lequel elle perdra toute sa délégation d’autorité.

S'accrocher à un "récit victimaire", comme Friedman accuse les Palestiniens de le faire, c'est dépeindre faussement le peuple comme rejetant l'autonomie. L'AP restreint l’indépendance palestinienne, comme l'a récemment réitéré Mahmoud Abbas dans son "engagement pour la paix". Cependant, contrairement à ce que Friedman laisse entendre, il y a une complicité contre le peuple palestinien au niveau politique, pour empêcher les Palestiniens de s'exprimer politiquement sur leurs droits.

Si l'AP avait fait montre de qualités de leader, elle aurait défié la communauté internationale. Les dirigeants auraient plaidé contre l'aide humanitaire et le statut de victime, afin de relancer le discours politique palestinien. Au lieu de cela, l'AP a collaboré avec ses donateurs pour créer un faux discours palestinien - un discours qui dépend de ce que les acteurs extérieurs considèrent comme étant la Palestine, alors que la Palestine est abandonnée au colonialisme et au pillage israéliens.

À partir de ces fondements, et sans une base politique solide, il a été facile pour Israël et l'AP de perpétuer le récit de la "victimisation" en s'alignant sur les concessions offertes par la communauté internationale. Cependant, ce n'est pas le véritable récit palestinien. La véritable histoire palestinienne est celle de la revendication, des droits politiques, et elle remonte à la population même que les États-Unis cherchent à éliminer en termes de visibilité - les réfugiés palestiniens. Il n'y a pas de privilège à être une victime, comme Friedman voudrait le faire croire à son public. Mais il y a de la dignité dans la lutte anticoloniale palestinienne que le peuple embrasse, loin des pièges de l'AP complice.



Source : Middle East Monitor

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine occupée

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Ramona Wadi