Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1765 fois

Qalqilia -

Les Palestiniens sont inquiets quant au prix de la Paix

Par

Article paru dans le New York Times le 29 décembre 2004

La barrière, ici sous forme de barrière électrifiée, a séparé Jayyous de 74% de ses champs et de nombreux de ses puits, dit il.
La population de Jayyous peut accéder à sa terre seulement par deux checkpoints israéliens qui sont ouverts pendant environ 1 heure deux fois par jour.
Ils doivent tous avoir différents permis, qui doivent être renouvelés semestriellement et sont habituellement refusés aux familles de toute personne qui a été arrêtée.

Une grande et pâle affiche de Mahmoud Abbas, le principal candidat à l'élection présidentielle palestinienne du 9 janvier, domine l'entrée principale de ce village palestinien de 3.200 personnes.

M. Abbas, le choix officiel du Fatah, le principal parti palestinien, a des étrangers passionnés par des "fenêtres d'opportunités" et des perspectives pour un nouveau processus de paix.


Fayez Salim, le maire de Jayyous, dit que Mr. Abbas, connu également sous le nom d’Abu Mazen, est un homme bon et que toutes les discussions au sujet de la paix sont très bien aussi, dans la mesure où elle survient.

Mais ce qui le consume, ce sont les drames de la vie quotidienne des Palestiniens : l’accès restreint à l'eau, à la terre et aux moyens d’existence là où la barrière de séparation d'Israël fragmente la Cisjordanie .

La barrière, ici sous forme de barrière électrifiée, a séparé Jayyous de 74% de ses champs et de nombreux de ses puits, dit il.
La population de Jayyous peut accéder à sa terre seulement par deux checkpoints israéliens qui sont ouverts pendant environ 1 heure deux fois par jour.

Ils doivent tous avoir différents permis, qui doivent être renouvelés semestriellement et sont habituellement refusés aux familles de toute personne qui a été arrêtée.

"Naturellement, je veux la paix et des réformes" dit M. Salim, en faisant des gestes vers le panorama en dessous, où la barrière électrifiée et sa route de sécurité qui l’accompagne pour que les véhicules de l'armée arpentent le paysage, et sépare les colonies juives des villages palestiniens.

"Mais je veux également ma terre et mon eau" dit-il.

"Qu’est ce qui est le plus important pour mon peuple ?"

Un parent du maire, Tawfiq Salim, 57 ans, possède sa terre principale avec son frère, Jamil, qui est le centre d'un conflit qui secoue le village et même plus.

Le 10 Décembre, des bulldozers agissant pour une compagnie israélienne ont déraciné presque 650 de leurs oliviers, certains d'entre eux avaient 600 ans, ajoute-t’il.
Les hommes aux commandes ont dit que la terre, qui se trouve du côté israélien de la barrière, appartient à la compagnie.

"Je dépends de mes olives pour tout," dit M. Salim.
"Je n'ai pas un pouce de terre à l'intérieur du village." Il a cinq fils et deux filles. "Comment mes fils peuvent-ils penser à la paix quand ils ont à payer un prix aussi lourd?"

Quand son permis de checkpoint a expiré le 28 novembre, dit-il, il s’est présenté dans la colonie israélienne voisine pour un renouvellement. Il lui a été refusé et maintenant il ne peut plus aller sur sa sa terre.



Son frère, Jamil Salim, dit, en traversant le checkpoint de la barrière avec son âne, qu'il possédait les oliviers contestés - 220 étaient à lui, les autres appartiennaient à son frère - depuis 34 ans.
"Alors ils sont venus avec un bulldozer et ont commencé à déraciner mes arbres. Ils les ont attaché avec une corde et les ont chargé sur un camion pour les emmener en Israël," ajoute-t’il.
"Ils les volent, et ils m'ont dit que les oliviers ne sont pas sur notre terre."

Quelques jeunes locaux ont jeté des pierres aux ouvriers israéliens et sont parti en courant.

Plus tard, dit Jamil, la police a arrêté son fils, Muhammad, 27 ans, et l'a détenu pendant huit jours avant de lui mettre une amende de 350 $et l’a averti qu'un autre délit aurait comme conséquence une condamnation de trois ans.

Sharif Omar, un autre propriétaire de Jayyous, indique que la terre israélienne est réellement sur des parcelles qui se situent à environ 2 kms des oliviers, et que les Israéliens utilisent des cartes imprécises.

"Les Israéliens veulent prendre notre terre pour étendre leurs colonies," en particulier la colonie de Zufim, dit M. Omar, un militant expérimenté qui a également témoigné contre la légalité de la barrière à la Cour Internationale de Justice à la Haye.


Talya Somech, le porte-parole israélien du bureau de l'administration civile pour la Cisjordanie , dit que le Bureau de Coordination et de Liaison du District, auprès de qui Salims a porté plainte, a immédiatement donné l’ordre d’arrêter le travail en attendant l’investigation.

Le directeur de l'administration civile a parlé aux deux parties et a constaté qu'un résidant de Jayyous a vendu la terre à la compagnie israélienne dans une transaction effectuée en juin 2003. La compagnie a obtenu une autorisation de déraciner les arbres.


"La relocalisation des arbres a été effectuée en accord avec l’autorisation, qui a été émise légalement au propriétaire de la parcelle du terrain, comme cela est enregistré dans le Land Registry" a indiqué Mme Somech.


Lire l'article de PENGON sur Jayyous

Source : New York Times

Traduction : MG pour ISM-France

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Qalqilia

Même sujet

Colonies

Même auteur

Steven Erlanger

Même date

1 janvier 2005