Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1856 fois

Moyen Orient -

Les Sunnites parlent : Les Etats-Unis et Israel devraient écouter

Par

> wecanstopit@charter.net

Terrell E. Arnold est l'auteur du travail récemment publié, A World Less Safe, maintenant disponible sur Amazon, et il est un chroniqueur régulier sur rense.com. C'est un officier du service diplomatique du Département d'Etat américain à la retraite qui occupait le poste juste avant sa retraite de Président du Département des Etudes Internationales de National War College et de directeur adjoint au State Office of Counter-Terrorism and Emergency Planning. Vous pouvez lui envoyer vos commentaires à l'adresse suivante : wecanstopit@charter.net

Brisant le silence poli qui imprégnait les réactions publiques des Sunnites au comportement américain dans le Moyen-Orient, le Roi Saoudien Abdullah a averti ses pairs des gouvernements Arabes que l'occupation américaine de l'Irak est illégale, et que les Arabes feraient bien de se réveiller s'ils ne voulaient pas que les Etats-Unis leur disent ce qu'ils devaient faire.

Ajouté à cela, il a publiquement analysé les choses qui vont de soi, peu importe ce qu'il arrivera, que l'invasion américaine de l'Irak avait été une mauvaise chose pour la stabilité de la région.

D'ailleurs, tous les propos des Américains parlant de démocratie, même s'ils sont calculés et faux, ont provoqué une mauvaise ambiance dans un certain nombre de sociétés autocratiques arabes, notamment en Arabie Saoudite.

Il n'y a pas vraiment de sociétés arabes où ces propos sont compris et complètement tolérables. Cependant, en lisant entre les lignes, au moins une partie du message d'Abdullah était :l Il est temps pour les Etats-Unis de cesser de se mêler des affaires internes des pays du Moyen-Orient, et il est temps pour les gouvernements Arabes de reconnaitre que l'intervention ne sert pas vraiment les objectifs américains ou les leurs, parce qu'elle est finalement destructrice pour les intérêts des pays du Moyen-Orient.

Dans une autre démonstration de l'indépendance Arabe émergeante, le Qatar a indiqué que les Etats-Unis ne peuvent pas utiliser l'importante base aérienne américaine, Al Udeid, et les Forces américaines dans le pays pour lancer une attaque contre l'Iran depuis le Qatar.

Cela fait suite à un précédent refus de l'Arabie Saoudite de ses bases sur son territoire pour des attaques contre l'Irak.

Et cela démontre l'énervement grandissant dans les capitales arabes au sujet des conséquences d'une attaque américaine contre l'Iran, bien que le pays soit en grande majorité Shiite.

Cet énervement a été intensifié par les exercices navals des Américains qui viennent juste de s'achever dans le golfe Persique, y compris les simulations d'attaques qui sont vues, à juste titre, comme une répétition générale d'une attaque contre l'Iran.

Le Roi Saoudien Abdullah semble donner des conseils contre cette attaque à qui voudra bien l'écouter, tout en travaillant avec l'Iran par ses propres canaux bilatéraux pour diminuer les tensions.

Alors que les leaders arabes présents lors des remarques d'Abdullah n'avaient probablement pas besoin d'autres rappels des risques posés à leurs régimes par les activités des Etats-Unis, John Bolton leur a donné encore à réfléchir dans une interview à la BBC.

Apparemment pressé sur les retards dans l'accord de cessez-le-feu au Liban l'été dernier, Bolton a dit à son interviewer de la BBC, qu'il était "rudement fier de ce que nous avons fait (les Etats-Unis)" pour "empêcher un cessez-le-feu rapide."

"Tandis que les Etats-Unis retardaient le cessez-le-feu, les Israéliens ont bombardé impitoyablement le Liban du nord au sud, en utilisant les bombes à fragmentation qui avaient été fournies par les Etats-Unis seulement quelques heures avant qu'elles aient été utilisées."

Depuis que ces bombes à fragmentation laissent des milliers de petites bombes inexplosées là où elles ont été abandonnées, le Liban comporte maintenant un risque important pour les fermiers et les enfants que l'ONU aide à atténuer.

Comment le gouvernement libanais ami des américains dirigé par le premier ministre Fouad Seniora survivra-t'il à une telle une démonstration de la complicité des Etats-Unis dans la destruction du pays, cela reste à voir.

Mais le message de l'histoire des bombes de Bolton aux leaders Arabes est que l'utilisation de la force par les Etats-Unis ou de leur soutien dans la région est totalement égoïste et peu sensible aux droits ou aux intérêts des Arabes.

Dans une telle atmosphère régionale, on peut se demander ce que les Anglais avaient à l'esprit en envoyant le personnel naval aussi près, et peut-être sur le territoire iranien.

Cette initiative a pu être interprétée comme une provocation, qui serait probablement défiée, et pourrait mener à la capture de l'unité impliquée.
Puisqu'il n'y a aucune ligne dans l'eau de l'estuaire du Tigre/Euphrate, la sage décision eût été d'en rester éloignés.

Comme l'a suggéré un diplomate britannique à la retraite, les Iraniens étaient tout à fait dans leurs droits de capturer l'unité. D'un autre côté, les Iraniens auraient dû savoir qu'une telle initiative provoquerait l'Occident, mais ils ont agi de toute façon pour protéger leurs intérêts à l'intérieur de la voie navigable.

De telles actions apparemment précipitées sont bien connues dans le comportement des Américains et des Britanniques.

Mais si les Iraniens sont malins, ils se satisferont de l'avoir fait remarquer et ils laisseront partir les marins britanniques.

Cependant, une autre lecture plus sinistre de l'incident est entièrement possible. Avec le rapport disant que la Maison Blanche et le Pentagone ont mis en place un plan de bataille pour attaquer l'Iran d'ici mi-avril, les Iraniens pourraient avoir supposé de façon tout à fait prudente que les Anglais faisaient une reconnaissance liée à l'attaque.

Cela correspondrait au type d'empiétements des Etats-Unis le long de la frontière iranienne avec l'Irak, ainsi qu'à l'affichage évident d'équipements d'espionnage américain et les plate-formes de navires de guerre américains en route actuellement vers le golfe Persique.

Dans ce contexte, on peut seulement espérer que les Anglais seront convaincants et feront passer l'incident pour un innocent malentendu.

Mais avec un niveau de tapage régional aussi fort qu'il est maintenant, la véritable signification des remarques du Roi Abdullah à ses frères arabes pourrait bien être : Ne soyez pas distrait par le niveau de tapage ; faîtes véritablement attention à vos rôles et vos responsabilités chez vous ; ne prenez pas exemple sur les erreurs des Américains ; écoutez la voix de la raison et aidez-moi à rassembler cette région.

Les Etats-Unis, poursuivant leur politique bifurquée de ne jamais parler aux gens qui les gênent, pourraient bien noter le fait qu'Abdullah parle à tout le monde.

D'ailleurs, pratiquement tout le monde semble écouter, sauf les Etats-Unis et Israël.

Source : http://www.rense.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Moyen Orient

Même sujet

Résistances

Même date

4 avril 2007