Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3507 fois

USA -

Les candidats du Parti Républicain utilisent le Forum Juif pour critiquer les efforts de Bush pour la paix

Par

Dans une apparition devant les électeurs juifs ce mardi, les cinq candidats républicains aux élections présidentielles ont exprimé leur scepticisme à propos des efforts de paix en cours de l’administration Bush entre les Israéliens et les Palestiniens.
La manifestation organisée par la Coalition Juive républicaine, a mis en vedette les prétendants pour la nomination du Parti Républicain : Rudy Giuliani, Sam Brownback, John Mccain, Mitt Romney et Fred Thompson.

Les candidats du Parti Républicain utilisent le Forum Juif pour critiquer les efforts de Bush pour la paix


Photo ci-contre : Lors de cette manifestation du 16 octobre pour les candidats présidentiels organisée par la Coalition Juive Républicaine, Giuliani a régalé son public avec l’anecdote sur comment, en tant que maire de New York, il a expulsé Yasser Arafat en dehors d’un concert.


Peu de différences politiques sont apparues dans les discours des candidats. Tous ont souhaité que l’Iran n’obtienne pas d’armes nucléaires ; tous ont déclaré leur soutien inébranlable pour Israël, et tous ont exprimé leur scepticisme envers le processus de paix au Moyen Orient.

La critique des efforts des négociations entre les Israéliens et les Palestiniens arrive au moment où la Maison Blanche est engagée dans des efforts ambitieux pour promouvoir de telles négociations, avec une conférence de paix financée par les Etats-Unis et planifiée pour le mois prochain. Les candidats républicains ont tenu à se distancer significativement du dynamisme actuel pour la paix.

Le sénateur du Kansas, Brownback, qui a soutenu la semaine dernière un plan belliciste présenté par un député de droite de la Knesset israélienne, a informé la foule que les dernières tentatives de pomotion du processus de paix avaient échoué et que maintenant "il était temps de chercher d’autres idées".

L’ex-maire de la ville de New York, Giuliani, qui s’était fait applaudir par le public en racontant comment il avait jeté Yasser Arafat d’un concert à New York, a dit que les Palestiniens devaient accepter un certain nombre de conditions avant qu’aucune négociation ne puisse commencer.

"Nous n’avons pas besoin de créer un autre état terroriste", a-t-il ajouté.

Romney, un ex-gouverneur de Massachusetts, a divisé les américains en deux camps : ceux qui voient le conflit israélo-palestinien comme la source de tous les problèmes au Moyen Orient, et qu’il appelle «les libéraux», et ceux qui comme lui comprennent, selon Romney, que le vrai problème est avec les jihadistes radicaux.

"Nous avons raison et ils ont tort", c’est comme ça qu’il a résumé sa thèse, en ajoutant plus tard que "une mesure de prudence" était nécessaire à l'approche de la conférence de paix qui aura lieu fin novembre ou début décembre à Annapolis, Maryland.

Bien que le public fût composé des partisans des cinq candidats, ce fût Giuliani qui a clairement attiré l’attention de la foule, en provoquant de longs applaudissements et des explosions de rire.

"J’ai donné mon sang au Parti Républicain à New York", a déclaré Giuliani, en expliquant qu’il est très difficile d’être un républicain à New York : "C’est une ville qu’Abraham Lincoln n’a pas supporté, je vous jure".

Les républicains sont encore une minorité dans la communauté juive, dont les trois quarts votent pour les candidats démocrates, et Giuliani a montré de la sympathie.

"Beaucoup parmi vous souffrent d’être des républicains, non ?" a-t-il demandé.

Avant la manifestation de mardi, la Ligue Anti-Diffamation a envoyé une lettre à tous les candidats à la présidence les exhortant à ne pas mettre l’accent sur la religion dans leurs campagnes politiques.

"Il a un moment où mettre l'accent sur la religion dans une campagne politique devient inapproprié", dit la lettre de l’ADL.

Il n’a pas été fait mention de la lettre, mais on n’a pas beaucoup spécifiquement parlé de la religion non plus. Il y avait un silence pesant à propos des commentaires récents de quelques personnalités républicaines au sujet du caractère chrétien des Etats-Unis.

Les remarques récentes de McCain désignant les Etats-Unis comme une «nation chrétienne» n’étaient pas citées, ni le brouhaha entourant Ann Coulter qui a déclaré la semaine dernière que les Juifs avaient besoin d’être «perfectionnés».

Plus têt cette semaine, Richard Baehr, un membre de la Coalition Juive Républicaine, a publié un article accusant Coulter de ne pas aider les efforts républicains à attirer les électeurs juifs. (Le Comité National Démocratique a fait une déclaration ce mardi demandant aux candidats républicains de dénoncer Coulter sur ses remarques).

A la place de la religion, les candidats ont insisté sur la politique étrangère. Sur la question de l’Iran, les cinq prétendants ont tous présenté leur penchant belliciste, en répétant la phrase "l’option militaire", apparemment dans une tentative de se distinguer des candidats démocrates.

"L’option militaire doit toujours être sur la table" a déclaré l’ex-sénateur Thompson.

La menace nucléaire iranienne a été en première place de l’agenda de politique étrangère des militants politiques juifs au cours des dernières années et est devenue un sujet politique qui doit être obligatoirement traité devant n’importe quel public juif.

Actuellement, cependant, c’est le processus de paix qui fait les titres. Rien que cette semaine, la secrétaire d’état Condoleezza Rice était dans la région menant ses plus longues et intenses négociations entre les Israéliens et les Palestiniens. Rice a déclaré durant sa visite que l’administration US est engagée dans l'idée de la solution de deux états.

Walter Stern, un membre du conseil de la Coalition Juive Républicaine (RJC), a dit que les candidats avaient raison de se distancer du processus de paix et de la prochaine conférence.

"Cela a pris une mauvaise tournure avec Condi Rice", a dit Stern, "Bush est solide, mais l’administration a délégué [le processus de paix] au Département d’Etat. J’espère que c’est seulement une délégation temporaire".




Source : The Forward

Traduction : Iyad

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Sionisme

Même auteur

Nathan Guttman

Même date

25 octobre 2007