Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4530 fois

Palestine -

Les dernières nouvelles de Tristan Anderson, victime de l’armée sioniste

Par

Le 13 mars 2009, lors d’une manifestation de la résistance populaire palestinienne à Ni’lin, près de Ramallah, Tristan Anderson, activiste californien en Palestine occupée avec ISM, a été grièvement blessé par le tir d’une grenade lacrymogène à haute vélocité en plein front, la même munition qui a tué Bassem Abu Rahme à Bil’in le 17 avril 2009. Anderson est toujours à l’hôpital Tel Hashomer, dans la banlieue de la colonie sioniste de Tel Aviv, depuis le 13 mars 2009. Ses parents et sa compagne Gabrielle sont auprès de lui depuis cette date, et ils ont accepté de répondre à nos questions sur l’évolution de l’état de santé de notre camarade.

Les dernières nouvelles de Tristan Anderson, victime de l’armée sioniste


Tristan Anderson et Gabrielle Silverman lors d'une manifestation en Californie

1- Peux-t-il parler ?
Oui, Tristan a commencé à parler début décembre 2009, après qu’on lui ait retiré son tube de trachéotomie.

2- Que dit-il ? Sait-il qui il est ?
Oui, il sait qui il est et il se souvient de sa vie d’avant la blessure. Il a conservé toutes ses connaissances spécialisées, il raconte des histoires, il reconnaît les gens sur les photos, il chante ses chansons préférés, etc. Sa mémoire à long terme de la vie d’avant la blessure est globalement excellente.

3- Comment est le son de sa voix ? Est-elle empâtée ? A-t-il du mal à formuler le langage ?
Tristan parle clairement mais doucement. Nous communiquons très bien avec lui, mais il peut être difficile à entendre s’il y a du bruit autour. Alors que d’autres fonctions cognitives ont été touchées, ses capacités linguistiques sont plus ou moins intactes. Il a conservé la grammaire et le vocabulaire des adultes et n’a pas besoin de réapprendre la langue.

4- Comment Tristan a-t-il communiqué pendant les mois où il ne pouvait pas parler ?
Avant qu’il ne reparle, Tristan communiquait principalement par gestes et aussi en écrivant et en épelant des mots sur un tableau de communication (bien que son écriture soit très difficile à déchiffrer, ce fut bien pire avant).

Dans les premiers temps (et pendant une longue période), la communication avec Tristan était très limitée et quelquefois incohérente, faite de signes oui/non avec la main. Outre les signes manuels, on a communiqué en lui présentant des objets ou des choix écrits sur un tableau, et en lui demandant de montrer celui qui était correct, ou celui qu’il voulait. Dans ces très mauvais jours, Tristan ne pouvait traiter que deux options à la fois.

5- On a dit qu’il avait été dans le coma.
Non, Tristan n’a jamais été dans le coma, mais il est resté dans un état de conscience minimale pendant les six/sept premiers mois après avoir été blessé. Pendant cette période, sa vie était complètement dominée par des complications médicales et il ne pouvait se maintenir éveillé que quelques minutes. Ce fut une période épouvantable, avec beaucoup d’incertitudes sur les possibilités d’amélioration, mais il l’a traversée et surmontée.

6- Qu’est-ce qui s’est passé ?
En août, Tristan a eu deux opérations, une cranioplastie (une chirurgie reconstructrice du crâne) suivie d’une dérivation ventriculo-péritonéale (pour soulager la pression à l’intérieur du crâne due à l’excès de liquide céphalo-rachidien dans le cerveau). Il a ensuite commencé à se « réveiller » de façon notable, puis il a eu une septicémie. On lui a administré de très fortes doses d’antibiotiques par voie intraveineuse pendant une longue période. Quelques semaines après, la fièvre a reculé et il a commencé sa lente remontée des abysses.

7- A-t-il changé ? Ses capacités cognitives ont-elles été affectées ?
Tristan a conservé beaucoup de ses connaissances et valeurs en tant qu’activiste et comme la personne que nous connaissions, mais sa blessure au cerveau l’a profondément affecté. Il a par exemple des difficultés de contrôle nerveux et de mémoire à court terme, ce qui retentit sur tout ce qu’il fait, tout le temps.

Je ne voudrais pas, en répondant à cette question, donner aux lecteurs une idée trop optimiste ou trop pessimiste de sa situation. A plusieurs moments, quand je parlais avec des amis j’ai eu l’impression de faire les deux. La réalité est plus compliquée.
Une lésion cérébrale peut rendre une personne énigmatique.
Par exemple, Tristan peut jouer a des jeux de société pour adultes plus difficile que je ne le peux moi-même, et en même temps il n’arrive pas à jouer à Force Quatre ou à d’autres jeux similaires pour enfant parce qu’il est trop occupé à manipuler les pièces et il ne peut pas attendre son tour.

Tristan oscille en permanence entre un état où il est perspicace et compétent et un état dans lequel il est enfantin et irresponsable. Il n’y a jamais un moment où je ne suis pas consciente de sa lésion.

Photo
Tristan à Bil'in, le 13 mars 2009


7- Quelles parties de son corps et de son cerveau ont été affectées lorsqu’il a été blessé le 13 mars 2009 ?
On lui a tiré dans le front, au dessus de l’œil droit, et c’est le lobe frontal droit du cerveau qui a touché en premier lieu. Ensuite, durant la première semaine en soins intensifs, il a frôlé la mort de très près à cause de l’hémorragie et du gonflement résultant de la blessure. Ces lésions secondaires ont affecté de manière significative son lobe temporal droit ainsi que d’autres parties de son cerveau.

Il est aussi devenu aveugle de l’œil droit et son orbite droite (la partie osseuse entourant l’œil) a été brisée en plusieurs morceaux. Sa blessure est classifiée comme une lésion cérébrale traumatique sévère.

8- Comment est-il touché, physiquement ?
Tristan est hémiplégique. Il n’est pas complètement paralysé mais il est presque totalement incapable de bouger son bras et sa jambe gauches. C’est particulièrement difficile pour lui car il est gaucher.

Tristan est encore en train de récupérer des dégâts causés à son organisme par des mois d’alitement et d’immobilité.

9- Est-ce qu’il remarchera ?
Tristan est dans un fauteuil roulant. Récemment il a été capable de bouger un petit peu sa hanche gauche. Sa kinésithérapeute est optimiste et pense qu’avec un traitement adéquat il pourra être capable de se déplacer par lui même. Cependant elle a prévenu que cela pourrait prendre des années de travail.

10- Comment se passe la vie de tous les jours pour vous au centre de rééducation ?
Les journées bien remplies, les matins sont occupés à toutes sortes d’activités où se succèdent les séances de kiné, de thérapie pour la parole et d’ergothérapie. On glisse dans la matinée deux repas, et si tout va bien nous avons du temps en plus pour les exercices de tenue en position debout, qui se font à l’aide d’une sorte de planche dans la salle de kiné afin que le corps de Tristan s’habitue à nouveau à la station debout. Quelquefois, nous faisons aussi des exercices de bicyclette fixe qu’on pratique dans la position allongée et qui permettent à Tristan de pédaler activement avec sa jambe droite, et passivement avec la gauche.

En début d’après-midi, Tristan retourne se coucher pour se reposer pendant environ deux heures.

Il se relève vers 16h-16h30 et va faire une longue promenade avec son père puis il revient dîner. Il mange des plats variés principalement à base de riz, de haricots et de légumes et beaucoup de soupes de différentes sortes.

Après le diner on décide de ce qu’on va faire le reste de la soirée. Parfois Tristan travaille sur ordinateur. D’autre fois, on joue aux cartes, à des jeux de sociétés, des choses comme ça. On essaye de l’habituer à manœuvrer son fauteuil roulant tout seul. Parfois on le fait travailler dur et d’autres fois, on flâne juste. On se lit beaucoup de textes entres nous, y compris des textes que Tristan avait écrit avant.

On essaie de lui tenir compagnie ici, et de faire des choses qui sont entre le « travail » et le « jeu » pendant nos temps libres. Mike, Nancy et moi, nous n’avons plus de vie. On est là à l’hôpital presque tout le temps.

11- Lui arrive-t-il de sortir de l’hôpital ?
Pas très souvent, mais parfois. On essaye de sortir pendant les week-ends.

12- Comment tient-il le coup émotionnellement ?
Pour le meilleur ou pour le pire, Tristan ne s’est jamais beaucoup appesanti sur sa blessure. Il est parfaitement au courant du préjudice physique, mais il est moins conscient ou accepte moins les répercussions cognitives.

Ces derniers mois, on l’a vu lentement se mettre plus à l’écoute de ses sentiments, et je crois que cela continuera à se développer avec le temps.

13- Continuez-vous à observer des améliorations dans ses capacités ?
Oui.

14- Est-il toujours dans un état critique ?
Non, à ce stade, Tristan a passé la phase aigue de sa blessure. Il vit à l’hôpital parce qu'il y suit un programme de rééducation.

15- Est ce qu’il est plutôt indépendant maintenant ou est-ce qu’il a encore besoin de beaucoup d’aide ?
Il a encore besoin de beaucoup d’aide.

16- Où en est-on des poursuites judiciaires ?
Il y a deux procédures, une procédure judiciaire pour crime et une procédure civile.

Pour l’instant, la police israélienne qui a enquêté sur les tirs contre Tristan a classé le dossier sans poursuites pénales contre aucune des personnes impliquées. L’enquête a été largement critiquée comme étant un simulacre et nous faisons appel de cette décision.

Il y a eu un article trompeur, publié dans le quotidien Ha’aretz, intitulé « L’état ré-enquête sur les circonstances dans lesquelles l’activiste américain a été blessé », qui a été diffusé sur tout l’internet et qui donnait la fausse impression que l’Etat israélien était en train de rouvrir le cas de Tristan. En fait tout ce qui s’est passé, c’est que nos avocats ont fait appel et que l’Etat est légalement obligé d’accepter cette requête administrative, c’est ce qu’ils ont fait. C’est tout.)

En plus du dossier pénal, il y a aussi le procès civil que la famille de Tristan intente contre l’armée israélienne afin d’aider à couvrir les dépenses médicales pour le reste de sa vie, la perte de revenus, et les soins continus dont Tristan aura besoin. On a été avertis du fait que la procédure civile prendra probablement plusieurs années avant d’aboutir. (La procédure civile concernant Rachel Corrie a été lancée en 2005, et a été pour la première fois examiné il y a seulement un mois et demi, ce qui est scandaleux.)

17- Sur quelle base faites-vous appel pour la réouverture de l’affaire pénale ?
L’enquête sur les circonstances dans lesquelles on a tiré sur Tristan est un parfait exemple qu’on ne peut pas faire confiance à l’armée et à la police pour enquêter sur elles-mêmes.

Par exemple, les enquêteurs n’ont même pas pris la peine de se déplacer sur les lieux où Tristan s’est fait tiré dessus. Ils n’ont jamais recueilli la moindre preuve ou indice matériel.

En plus, les témoins oculaires ont affirmé que les tirs provenaient d’une colline voisine.

Bien que l’armée ait confirmé qu’il y avait bien une unité de police des frontières sur cette colline et qu’ils étaient armés de lanceurs de gaz lacrymogène à haute vélocité, toute l’investigation repose sur la conduite d’une autre unité de police des frontières qui n’a aucun rapport et qui était située de l’autre côté de la ville.

A ce jour, l’unité de police des frontières qui étaient sur la colline d’où sont partis les tirs n’a toujours pas été interrogée.

18- Qu’est ce que l’on peut faire pour aider à ce que la justice soit rendue pour Tristan ?
Nous demandons que la procédure judiciaire pour crime contre la police des frontières impliquée dans les tirs sur Tristan soit rouverte immédiatement et qu’une enquête sérieuse commence.

On encourage nos amis à contacter Barbara Lee, la représentante de Tristan au Congrès (202-225-2661) ou bien d’interpeller le consulat israélien local pour exiger qu’Israël assume l'entière responsabilité des tirs contre Tristan.

Nous savons aussi que depuis que nous sommes à l’hôpital avec Tristan, deux autres activistes sont morts dans des manifestations contre le mur. Ils s’appelaient Basem Abu Rahme et Yousel’Akil Tsadik Srour. Basem a été tué alors qu’il criait aux soldats qu’il s’agissait d’une manifestation non violente et il leur demandait d’arrêter de tirer en direction d’une manifestante qui avait été blessée. Akil est mort alors qu’il venait en aide à un adolescent de 16 ans qui s’était fait tirer dans la colonne vertébrale.

A ce jour, Israël a tué 23 personnes pour construire leur mur et en a grièvement blessé beaucoup d’autres. Comme Ehab Fadel Barghouthi (14 ans), touché par balle à la tête pendant une manifestation il y a quelques semaines.

Alors que je mets la touche finale à ce document, j’apprends que Ahmad Sliman Salem Dib, 19 ans, est mort par un tir israélien durant une manifestation contre une confiscation de terre à Gaza.

Exiger la justice pour Tristan, c’est aussi exiger la justice pour eux, et c’est reconnaitre le rôle du gouvernement américain dans la guerre et l’occupation partout dans le monde.

19- Est-ce que Tristan pourra récupérer complètement ? Les médecins sont-ils capables de prédire son état sur le long terme ?
Il n’y a aucune projection à long terme. Tant qu’il continue à progresser, personne ne peut dire jusqu’où il ira. Mais le fait est qu’on ne peut pas tirer dans la tête de quelqu’un et ensuite l’effacer. Les tissus cérébraux qui sont morts restent morts, mais l’esprit humain peut apprendre à compenser.

La métaphore la plus commune que j’ai entendue pour décrire la récupération d’une lésion cérébrale est celle-ci : Vous voyagez en voiture et l’autoroute est bloquée. La question est : est-ce que vous pourrez trouver une façon de rejoindre votre destination en utilisant les routes de campagne ? Ceux qui réussissent la rééducation de leurs lésions cérébrales forment et trouvent de nouveaux chemins.

20-Quand est-ce que vous pensez qu’il sera prêt à rentrer chez lui ?
C’est aussi la question que Tristan pose tout le temps. Nous espérons repartir en Californie pendant l’été 2010.

Tristan emménagera avec ses parents pour vivre avec eux dans leur petite ville de campagne. Il continuera la rééducation en ambulatoire. On envisage aussi d’installer un logement satellite pour lui dans le secteur de la Baie de San Francisco pour faire des allers retours.

J’espère que les amis et la famille de Tristan l’accepteront avec ses capacités et ses handicaps, et qu’ils trouveront une façon de l’accueillir à la maison.

Pour toute personne motivée, il y aura beaucoup à faire.

Nous acceptons les dons par le biais du site ISM.

De plus, nous avons démarré une liste mail « Welcome Tristan » pour la coordination logistique des projets d’accessibilité et des bonnes idées. Pour vous abonner, envoyez un mail vide à : friendsoftristan+subscribe@googlegroups.com


- Le site dédié à Tristan : « Solidarity with Tristan Anderson ».

- L'article du 15 mars 2009 : "Tristan Anderson est toujours dans état critique".




Source : Palsolidarity

Traduction : Léo pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Palestine

Même sujet

Victimes ISM

Même auteur

ISM

Même date

29 mai 2010