Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4021 fois

Jérusalem -

Les derniers Palestiniens vivant dans le quartier marocain (Vieille Ville de Jérusalem) résistent aux tentatives d'expulsion

Par

La grande majorité des maisons dans le quartier Marocain de la Vieille Ville de Jérusalem ont été démolies et transformées en quartier Juif pendant la guerre de 1967 par l'invasion des forces israéliennes.
Aujourd'hui, seules quelques maisons palestiniennes demeurent et leurs propriétaires disent qu'ils ne partiront pas malgré les efforts permanent des Israéliens pour les faire partir.

Hajja Aysheh, Um Sameer Maghrabi, 59 ans, vit dans une petite maison qui donne sur la Mosquée Al Aqsa et le Mur des Lamentations depuis 20 ans.

Il y a deux jours, les forces de police israéliennes sont venues et ont démolies une pièce qu'elle avait rénovée il y a deux ans.

"Je devais pour rénover la pièce qui ne fait pas plus de six mètres carrés, ainsi mon fils Issam pourrait y dormir. De plus, mes petits-enfants me rendent toujours visite parce que je vis tellement près de la Mosquée Al-Aqsa." dit Um Sameer.

"Quand nous avons commencé les travaux dans la pièce, des colons sont venus et ont prétendu que la pièce située juste à cêté de ma maison leur appartenaient. Le colon qui m'a approché a dit que la rénovation de ma pièce bloquerait l'arrivée du soleil quand il viendrait y vivre après qu'elle soit rénovée."


La maison d'Um Sameer est là depuis des centaines d'années. Elle appartient à la famille Imam de Jérusalem et est sous la responsabilité de l'Autorité Islamique du Waqf.



Peu après, le colon a présenté l'affaire devant un tribunal et a obtenu un ordre pour la démolition de la pièce.
Um Sameer dit que l'avocat du Waqf, Mohammed Dahlah, a tenté d'y faire appel devant le tribunal central et le tribunal de la magistrature, mais l'appel a été rejeté.


Alors qu'elle regarde le tas de gravats suite à la démolition, Um Sameer continue : "D'importantes forces de police et des gardes-frontières israéliens sont venus à la maison à 8h30 du matin. Ils n'avaient même pas sur eux l'ordre de démolition.
Ils ont démoli la pièce après que nous ayons tout sorti dehors.
Ils n'ont autorisé personne à rester à proximité de la maison, à protester ou même à rester dans les autres pièces."

Bien que Um Sameer décrive ce qui lui est arrivé comme "une injustice insupportable", elle dit en regardant de sa fenêtre la mosquée Al-Aqsa : "S'ils me donnaient le choix de vivre dans des palais, je refuserais. Ma vie entière est ici et je me sens à l'aise et heureuse seulement dans ma petite maison près de la mosquée Al-Aqsa."



Autre qu'Um Sameer, il y a quelques autres familles Jérusalémites Palestiniennes qui sont restées dans leurs maisons dans cette partie du quartier Marocain, connu également comme le quartier Sharaf.

Toutes les familles vivent dans l'inquiétude constante étant donné que leur minuscule quartier est situé juste à cêté de la proncipale porte qui mène au Mur des Lamentations.

Une masse de colons et de fidèles Juifs y passe quotidiennement et à chaque fois qu'ils partent ou rentrent dans leurs maisons, ils sont soumises au harcèlement et aux malédictions des Juifs extrémistes."


Ahmad Maghribi qui vit également dans le quartier dit : "Je suis toujours harcelé étant donné que je suis Palestinien et Musulman. Ils essayent de nous rendre des choses difficiles pour que nous soyons forcés de quitter nos maisons.
Le harcèlement est pire le samedi. Il passe devant notre maison par dizaines quand ils vont au Mur des Lamentations. Ils nous considèrent évidemment comme une nuisance et ils commencent à insulter et à attaquer qui que ce soit sur leur passage."

Mais ces Jérusalemites disent que peu importe si c'est dur, ils ne partiront pas.


Source : Palestine News Networks

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Jérusalem

Même sujet

Démolitions de maisons

Même auteur

Maysa Abu Ghazaleh

Même date

4 décembre 2005