Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 4953 fois

Tulkarem -

Les effets des usines israéliennes sur les humains et sur l'environnement dans la ville de Tulkarem

Par

En 1985, les autorités de l'occupation israélienne ont établi la première usine à l'ouest de la ville de Tulkarem, à l'intérieur des terres occupées de la Cisjordanie.
L'usine s'appelle Ghishori for Paints and Agricultural pesticides et a été contruite sur un terrain de 22 dunums confisqué par les Forces d'Occupation Israélienne à la famille Abu Sham'a de Tulkarem.

Les effets des usines israéliennes sur les humains et sur l'environnement dans la ville de Tulkarem


Carte ARIJ : Vue aérienne de la zone industrielle et du Mur à Tulkarem (agrandir la carte)

Interprétant cela comme un précédent, les colons ont utilisé les environs de l'usine pour établir plusieurs autres usines, en tirant profit d'un certain nombre d'avantages dont :

• La proximité de la Ligne Verte et d'autres villes à l'intérieur d'Israël (La ville de Netaniya n'est qu'à 12 km)

• La disponibilité d'une main d'oeuvre non organisée à bas prix qui ne bénéficie pas du droit des travailleurs comme en Israël.

• La législation du travail israélienne ne s'applique pas à la région.

• Les investisseurs israéliens bénéficient d'exemption de taxes dans cette région

En consequence, un grand nombre d'usines se sont installées, en particulier après les Accords d'Oslo en 1993.

Pour l'instant, il y a 8 usines construites sur une surface de 200 dunums (1 dunum = 1000 mètres carré), des terres connues comme étant les plus fertiles du Gouvernorat de Tulkarem.


Ci-dessous, la liste de ces usines :

1. Ghishori, une fabrique de peinture et de pesticides agricoles qui emploie 50 ouvriers palestiniens.
2. Une usine de plastique qui emploie 16 ouvriers palestiniens
3. Une fabrique de carton qui emploie 20 ouvriers palestiniens
4. Yamit, une usine de filters agricoles qui emploie 70 ouvriers palestiniens
5. Une usine de remplissage de bombonnes de gaz qui emploie 50 ouvriers palestiniens
6. Une usine de textile qui emploie 30 ouvriers palestiniens
7. Une menuiserie qui emploie 20 ouvriers palestiniens
8. Une usine de caissons électroniques où travaillent actuellement 15 Palestiniens

Ces usines sont devenues une source de cauchemar permanent pour les communautés palestiniennes environnantes en raison des désastres environnementaux et sanitaires qu'elles causent quotidiennement.

(Photo 3 : pollution venant des usines israéliennes)



Absence de législation du travail

Les ouvriers palestiniens dans cette zone travaillent conformément à la législation du travail jordanienne publiée en 1964 puisqu'ils travaillent à l'extérieur de la Ligne Verte (dans les territoires occupés).

En tant que tels, ils gagnent moins que le salaire minimum israélien, sans parler des cas d'exploitation par les fournisseurs d'emploi palestiniens et israéliens. (ndt : sur le sujet, lire l'excellent article de Simone Kurkus)


D'ailleurs, une forte hausse du nombre de cas de maladies chez ces ouvriers a été enregistrée récemment, dont le cancer, des infections pulmonaires et des problèmes de vision dus aux heures prolongées passées dans ces usines, en particulier dans l'usine de gaz.



Pollution environnementale

Les émissions de gaz et d'autres polluants produites par ces usines ont un effet nocif sur l'air et sur les Palestiniens vivant près de ces usines dans 50 maisons.

La maison la plus proche de ces usines est la maison de M. Adeeb Mohammad Awad (52 ans) qui est située à seulement 24 mètres de l'usine Ghishori. Il est atteint d'infections aux yeux et aux poumons ainsi que d'un cancer de la peau dû à son exposition aux polluants provenant de l'usine

En outre, les statistiques fournies par le Ministère palestinien de la Santé ont indiqué que les émissions de gaz provenant de ces usines ont des niveaux élevés d'oxyde de carbone et d'autres particules toxiques qui peuvent poser des problèmes de respiration et de peau.

Une autre étude préparée par un étudiant de l'une université de Najah a indiqué que 77% des Palestiniens vivant à proximité des usines s'étaient rendus dans des cliniques spécialisées en raison des polluants émis par ces usines.

D'ailleurs, les eaux usées émanant de ces usines sont un élément important qui contribue à l'apauvrissement du sol fertile et des plantes. Il a été signalé que plus de 300 dunums de terres agricoles fertiles ont été totalement pollués alors que la salinité du sol augmentait considérablement en raison de la teneur élevée en sel de ces eaux usées

(Photo 4: Une usine israélienne située de l'autre côté du Mur)


Le Mur d'Apartheid

Le Mur d'Apartheid que les Forces d'Occupation Israélienne ont construit le long de la Ligne Verte en 2002 dans le Gouvernorat de Tulkarem a renforcé l'influence des usines israéliennes sur cette région puisqu'elle est entourée d'usines de tous les côtés.

D'ailleurs, le mur a donné aux Forces d'Occupation une "excuse" pour étrangler encore plus la population palestinienne dans cette région, puisque les bombes éclairantes et les patrouilles militaires ont augmenté depuis la construction du mur.

Il faut noter ici que la région visée faisait l'objet de confrontations incessantes entre la résistance palestinienne et les Forces d'Occupation Israélienne en raison de la proximité de la Ligne Verte.

(Photo : le Mur d'Apartheid annexe la zone industrielle à Israël)


Les colons ont profité de la construction de la barrière pour commencer à évacuer leurs eaux usées par les canalisations d'eau incrustées dans le mur en direction des villages palestiniens à proximité.

Cette action a mené à la pollution des terres fertiles et à une augmentation des maladies ce qui a incité le Gouvernorat de Tulkarem à envoyer une lettre de protestation à la Croix Rouge et au DCO israélien.

En réponse, les autorités de l'occupation israélienne ont construit une piscine pour récupérer les eaux usées provenant de ces usines. Cependant, malgré cela, les polluants affectent toujours la population palestinienne à proximité.

Ci-dessous, plusieurs exemples des cas médicaux :

• M. Yousef Al Sharshir, 43 ans, vit près de la Zone Industrielle. Il a un cancer depuis plus d'un an maintenant. Quant aux 11 autres membres de sa famille, ils sont tous affectés par des maladies de peau, de l'asthme et des problèmes de vision.

• M. Tayyem Abu Rabee', 35 ans, est un fermier qui a été récemment diagnostiqué d'un cancer en raison des eaux usées de l'usine qui ont pollué sa ferme


Décision israélienne de construire de nouvelles zones industrielles

Dans le cadre du Désengagement unilatéral décrété par le gouvernement Sharon, les autorités de l'occupation israélienne ont pris la décision d'établir 9 nouvelles zones industrielles sur les lignes de séparation entre la Cisjordanie et Israël d'une part et entre la Bande de Gaza et Israël d'autre part, pour soutenir les industries et l'économie israéliennes.

L'un des sites possibles est le secteur situé entre le village de Far'oun et le tracé du Mur d'Apartheir situé au sud ouest de la ville de Tulkarem.

Au cas où ces zones industrielles seraient construites, on s'attend à ce que d'énormes problèmes écologiques infestent la Cisjordanie et Gaza ainsi qu'à une large exploitation des ouvriers palestiniens

Voir la carte 1 du gouvernorat de Tulkarem

Source : http://www.poica.org/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Tulkarem

Même sujet

Environnement

Même auteur

ARIJ

Même date

5 août 2007