Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 1843 fois

Ramallah -

Les enfants ne sont pas inclus dans le "geste de bonne volonté" israélien

Par

> Al-Awda-News@yahoogroups.com

Défense Internationale de l ‘Enfance / Section Palestine

Dans le concert en fanfare qui a entouré la libération ce 27 décembre de 159 prisonniers palestiniens en guise de «geste de bonne volonté» envers Mubarak le président d’Egypte, le destin des enfants palestiniens détenus a été totalement oublié.
Quelques 350 enfants palestiniens sont en ce moment dans prisons israéliennes, des centres de détention, et d’interrogatoire. Selon la loi internationale, leur libération devrait être une priorité. Mais en l’état, aucun enfant n’a fait partie de l’initiative de libération.

La détention d’enfants palestiniens est l’une des facette de tout le système de contrôle qu’exerce le pouvoir d’occupation à l’encontre des civils palestiniens.

En contradiction absolue avec la Convention des Nations Unies des Droits de l’Enfant, les autorités israéliennes n’emprisonnent pas les enfants palestiniens seulement à titre de «mesure de dernier ressort et être d'une durée aussi brève que possible » (Art.37, paragraphe b), mais à l’opposé, la prison est la première et la seule mesure que les forces israéliennes prescrivent pour les enfants palestiniens qu’ils arrêtent – ils ne cherchent aucunement à utiliser d’autres procédures pour prendre en compte au mieux l’intérêt de l’enfant.


Ce n’est pas la première fois que les espoirs des enfants, de leurs familles et des organisations de Droits de l’Homme sont anéantis.

Il y a déjà un certain temps, les initiatives de bonne volonté d’Israël ont échoué à répondre à l’article 132 de la Quatrième Convention de Genève concernant la protection des civils en temps de guerre laquelle exige des parties en guerre de trouver un accord pour relâcher les groupe spécifiques de prisonniers que sont les enfants, les mères, les malades, les blessés et les prisonniers qui sont restés longtemps en détention, ce ne sont pas seulement les enfants qui ont été ignorés dans cette libération annoncée ;

aucune des 126 prisonnières palestiniennes détenues par Israël n’ont été libérées ; en revanche, la majorité de prisonniers libérés ont déjà purgé la plus grande partie de leur peine.



En même temps que nous, les organisations sous-signées expriment leur profond regret pour la détention continuelle des enfants prisonniers, nous sommes aussi extrêmement inquiets par une situation qui va se détériorant, dans laquelle ils vivent dans les prisons israéliennes et les centres de détention.

Les conditions dans ces établissements sont tombées bien en dessous des standards minimum acceptables.

Les enfants prisonniers sont soumis à des tortures terribles et à des traitements inhumains et dégradants. Ils sont fréquemment et souvent arbitrairement, soumis aux coups et à des sévices – connus sous le nom de Shabah – privés de nourriture et de sommeil, privés de leur droit à l’éducation et aux soins médicaux , maudits et menacés par leurs gardiens, mis à l’isolement, forcés de subir des pénalités financières et aux punitions collectives.



Les enfants restent le groupe le plus vulnérable face à la politique d’occupation, et nulle part ce n’est aussi vrai que dans le système israélien de justice militaire.

Nous exigeons que tous les enfants prisonniers palestiniens soient relâchés des prisons israéliennes, sans conditions et immédiatement.

Nous considérons leur emprisonnement comme une violation de la loi internationale et nous en appelons à toutes les parties pour faire libérer en priorité les enfants prisonniers.

Nous faisons appel aux agences des Nations Unies concernées par les Droits de l’Homme et les Droits de l’Enfant, le Comité international de la Croix Rouge, et la Communauté internationale, à faire tous ensemble pression pour encourager Israël à remplir ses obligations, en accord avec la Convention des Droits de l’Enfant, la Quatrième Convention de Genève et les autres lois internationales et humanitaires et les autres lois sur les Droits de l’Homme, et de mettre fin aux souffrances des enfants prisonniers palestiniens en les libérant immédiatement et en les laissant retrouver leur enfance.


Ministère des Affaires au Détenus et Ex-Détenus
Secrétariat du Plan National d’Action pour les enfants palestiniens
Défense internationale de l ‘Enfance / Section Palestine

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Ramallah

Même sujet

Enfants

Même auteur

DCI - Palestine Section

Même date

30 décembre 2004