Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3826 fois

Cisjordanie -

Les gesticulations oiseuses de l'Autorité palestinienne

Par

L'Autorité palestinienne continue d'envoyer des signaux contradictoires sur ses prétendues intentions de demander aux Nations Unies la reconnaissance d'un présumé Etat palestinien en septembre. Ses responsables font des déclarations quasi quotidiennes et répètent que leur recherche de reconnaissance par et d'adhésion à l'ONU est définitive et irréversible. Ryadh Mansour, représentant de l'OLP aux Nations Unies, a dit que la demande serait adressée officiellement au Secrétaire Général Ban Ki-Moon le 20 septembre.

Les gesticulations oiseuses de l'Autorité palestinienne

Le futur Etat palestinien vu par le caricaturiste Abu Al-Noon
Le président de l'AP Mahmoud Abbas a cependant souligné en maintes occasions, en particulier lors de rencontres avec des responsables et diplomates occidentaux, que les projets de l'AP à ce sujet n'étaient pas irréversibles et qu'il les reconsidèrerait, si les Palestiniens obtenaient quelques garanties.

Abbas a été cité récemment, disant à des diplomates étrangers à Ramallah qu'aller à l'ONU en septembre n'était pas réellement un désir palestinien pressant et que l'AP était à la recherche d'autres choix et alternatives.

"C'est un choix de dernier recours, ce n'est pas notre choix n° 1."

Entretemps, Abbas a eu une rencontre secrète avec le président israélien Shimon Peres pour explorer les voies et les moyens de contourner le soi-disant "saisine de septembre." L'AFP a cité un responsable palestinien, samedi 13 août, qui a dit que Peres, criminel de guerre patenté pour son rôle dans le massacre de Kana, en 1996 au Sud Liban, a rencontré Abbas à quatre reprises ces derniers mois pour tenter de reprendre les "pourparlers de paix" au point mort.

Les rencontres, qui conforteront vraisemblablement encore davantage la position israélienne et renforceront l'intransigeance et l'insolence de l'entité sioniste, ont eu lieu alors qu'Israël continue d'étendre les colonies juives et de voler toujours plus de terre en Cisjordanie .

Israël vient d'annoncer des projets de construction de milliers de logements supplémentaires pour les colons à l'est de Jérusalem occupée, ce qui tuera de façon irréversible la moindre perspective de création d'un Etat palestinien viable, en particulier un Etat avec Jérusalem comme capitale.

Le responsable palestinien a précisé qu'une cinquième rencontre entre Abbas et Peres devait avoir lieu à Amman récemment, mais elle aurait été annulée après que Netanyahu ait conseillé à Peres de ne pas se rendre dans la capitale jordanienne pour cette réunion.

Le contenu des rencontres précédentes a été transmis à Netanyahu. Ce dernier a qualifié de "démarche attendue mais regrettable" la décision d'aller à l'ONU en septembre pour la reconnaissance d'un présumé Etat palestinien.

"Il semble qu'Abbas a décidé d'éviter les négociations directes avec le Premier ministre Netanyahu," dit une déclaration diffusée par son bureau. "Le Premier ministre continue de penser que seules des négociations directes et réelles - et pas des décisions unilatérales - peuvent faire avancer le processus de paix."

Les Palestiniens et la majeure partie de la "communauté internationale" sont convaincus que Netanyahu, menteur pathologique, ne s'agite que pour gagner du temps et imposer davantage de faits accomplis en construisant de nouvelles colonies juives.

Les médias contrôlés par l'AP ont dépeint la "saisine de septembre" comme un tournant historique qui changera le cours de la cause palestinienne. Cependant, beaucoup d'analystes sérieux, Palestiniens et autres, contestent les aspirations des plans de l'AP de demander reconnaissance et adhésion à l'ONU qu'ils traitent d'euphorie trompeuse.

Bien que l'AP puisse réussir à remporter un certain succès diplomatique à l'Assemblée générale des Nations Unies, il est hautement improbable qu'il se transforme en réalisations tangibles en Cisjordanie occupée, en particulier à Jérusalem Est, cible d'activités sionistes frénétiques pour y construire toujours plus de logements pour les colons.

En fait, en l'absence de véritables actions de pression sur l'entité israélienne pour qu'elle mette fin à son occupation nazie de la patrie palestinienne, toute réalisation palestinienne symbolique mais improductive peut avoir un effet paradoxal et décupler la frustration et la déception des Palestiniens.

L'Autorité palestinienne, entité dont la survie même dépend de l'appui et du soutien américain, ne pourra que faire appel à la communauté internationale pour l'aider et la protéger contre l'entité criminelle, à savoir Israël.

Toutefois, Israël, qui contrôle tant la politique que les décisions américaines en ayant la main sur le Congrès et les deux principaux partis politiques des Etats-Unis, les Démocrates et les Républicains, défiera la communauté internationale, dont l'Union européenne, et sabordera toute tentative des Palestiniens pour parvenir à une véritable indépendance et à la délivrance des griffes de l'occupation néo-nazie.

Cela ne veut pas dire, bien sûr, que la position palestinienne soit complètement désespérée. L'AP, pour convaincre le monde qu'elle n'est pas que gesticulation, doit démontrer qu'elle s'engage avec sérieux pour obtenir la liberté de son peuple qui dépérit depuis des décennies sous l'infâme occupation israélienne.

L'AP doit d'abord arrêter toutes formes de coordination de la sécurité et du renseignement avec l'armée d'occupation israélienne. C'est vraiment moralement incohérent, voire scandaleux, d'essayer de se libérer de son ennemi et en même temps d'être de mèche avec lui, de comploter et de se coordonner avec cet ennemi contre une partie de son peuple. En clair, ce type de comportement s'appelle la trahison.

La direction de l'AP doit aussi être disposée et prête à "jeter les clés" et à se démanteler car il est de plus en plus clair que le principal obstacle à un véritable Etat palestinien est l'autorité pseudo-indépendante elle-même.

Oui, il faudra faire des sacrifices et beaucoup perdront leurs salaires et leurs revenus. Mais en termes stratégiques, la liquidation de l'AP aidera à redéfinir la cause palestinienne pour ce qu'elle est réellement, c'est-à-dire la cause d'un peuple qui croupit depuis des dizaines d'années sous l'occupation criminelle d'une puissance coloniale étrangère.

Enfin, les dirigeants palestiniens doivent réaliser qu'il est déjà trop tard pour bâtir un Etat palestinien réellement viable et territorialement contigu en Cisjordanie .

Au lieu de la masturbation politique à laquelle se livre l'OLP pendant qu'Israël construit de plus en plus de colonies et morcèle de plus en plus la terre palestinienne, elle doit chercher de réelles alternatives historiques à l'établissement d'un "Etat" palestinien insignifiant et rabougri dont nous savons tous, au fond de nous, qu'il serait plus une solution au problème sioniste qu'une solution au problème palestinien.

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Reconnaissance Etat Palestinien

Même auteur

Khaled Amayreh

Même date

15 août 2011