Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 505 fois

Naplouse -

Les marchés de Naplouse : en dépression à cause des poches vides et des décisions politiques de l’Autorité palestinienne

Par

Publié le 10 novembre 2018

L’activité commerciale sur le célèbre marché Khan Al-Tujjar de Naplouse n’a pas son air habituel, le marché manque de clients et les marchands attribuent la baisse du nombre de clients aux conditions de vie difficiles.
Khan Al-Tujjar, connu sous le nom de marché couvert, est l'un des marchés les plus anciens et les plus célèbres de Naplouse, au nord de la Cisjordanie.

Les marchés de Naplouse : en dépression à cause des poches vides et des décisions politiques de l’Autorité palestinienne

Des poches vides

« L'hiver arrive, nous présentons des articles d'hiver, mais peu d'acheteurs viennent », déclare un vendeur de vêtements à notre correspondant.

Dans son dialecte naboulsi, il ajoute : « Les gens ont les poches vides, il n’y a pas de travail, le gouvernement impose une nouvelle taxe tous les jours et il a récemment mis en vigueur la loi injuste sur la sécurité sociale (1) ».

« Le Khan semble presque vide, alors qu’il est généralement plein de clients », explique Abu Saleh, un marchand du Khan. « Les jours passent sans qu’on fasse le moindre bénéfice. Mon magasin fait vivre trois familles et la situation va de mal en pis », ajoute-t-il.

« C’est l’un des marchés les plus populaires de Naplouse et même de Cisjordanie . Des touristes et des acheteurs le visitent lorsqu’ils viennent à Naplouse », déclare-t-il, ajoutant : « Il y a quelques clients qui achètent des choses simples et nécessaires. »

Il souligne la grande responsabilité des autorités officielles de la ville représentées par l'Autorité palestinienne : « Où encourage-t-on le tourisme et attire-t-on dans la vieille ville des touristes palestiniens et étrangers (ce que l'AP prétend avoir fait) ? »

Il précise que les vendeurs comptent sur leurs ventes du samedi, quand les travailleurs et les Palestiniens de Palestine 1948 viennent au marché pour faire leurs courses.

Haj Naji, un porteur, note que : « Le marché est vide, à part pour quelques personnes en ville, il n'y a pas d'acheteurs. Les jours passent sans qu’on me demande de transporter des marchandises chez un commerçant ou un marchand en raison de la mauvaise situation économique du marché Khan, qui est identique à celle des autres marchés de la ville. »

Un vendeur de légumes au marché de légumes du centre de Naplouse déclare à notre correspondant : « Ces dernières années, les ventes ont chuté. Le mauvais temps et la situation économique des citoyens ont un impact notable sur les marchés. »

« Il existe un ressentiment parmi les citoyens, des craintes après l’augmentation des prix des transports, les discussions sur l’application de la loi sur la sécurité sociale et d’autres mesures prises par le gouvernement en Cisjordanie », déclare-t-il. Il demande que les conditions de vie des citoyens soient prises en compte, en particulier celles des gens ordinaires.

Les décisions politiques de l’Autorité palestinienne

Issam Nazzal, un des acheteurs, dit au Centre Palestinien d’Infomation : « Il y a un mois et demi, nous avons acheté les fournitures scolaires et les produits pour l'Aïd al-Adha, et avant, nous avons acheté ce qu’il faut pour le Ramadan et pour l'Aïd al-Fitr. »

« La situation est difficile pour tous, et cela se reflète sur les marchés. »

Nazzal est comptable dans une entreprise privée. Il dit qu'il a un autre travail à temps partiel pour pouvoir subvenir aux besoins de sa famille.

« Aujourd’hui j’ai acheté des vêtements d’hiver pour la famille, » dit-il.

« La vie est difficile, il y a une hausse des prix et la loi sur la sécurité sociale prendra une partie de notre salaire mensuel. »

« Le gouvernement va nous ponctionner pour la Caisse de sécurité sociale aux dépens de nos familles », ajoute-t-il.

Le docteur Nael Mousa, chargé de cours à la Faculté d'économie de l'Université An-Najah, déclare à notre correspondant : « La récession sur les marchés palestiniens n'a pas commencé ces derniers mois, mais elle était là depuis le début de l'année. »

Il l’attribue à la situation politique chaotique, qui a un impact négatif sur l'économie.

Il souligne que « les politiques de l'Autorité palestinienne basées sur les taxes et l'imposition de nouvelles lois, y compris la loi sur la sécurité sociale, ont eu un impact négatif sur la situation économique ».


(1) Lire : http://www.ism-france.org/analyses/Les-Palestiniens-appellent-a-des-troubles-civils-en-pleine-crise-due-a-la-nouvelle-loi-sur-la-securite-sociale-article-20753



Source : Palestine Info

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Naplouse

Même sujet

Economie

Même auteur

Palestine Info

Même date

14 novembre 2018