Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3375 fois

Gaza -

Les opérations massives des Israéliens contre la Bande de Gaza

Par

La Bande de Gaza a fait l'objet de dures mesures agressives depuis le 25 juin 2006, quand les forces israéliennes ont lancé l'opération "Pluies d'été" qui faisait suite à une opération militaire menée par les groupes palestiniens de la résistance contre l'armée d'occupation israélienne, qui a abouti à la capture d'un soldat israélien.
Dès les premières heures de l'opération "Pluies d'Eté", il est devenu évident que les maisons, l'infrastructure, et les terres palestiniennes étaient les cibles de l'armée israélienne.

Les opérations massives des Israéliens contre la Bande de Gaza


Photo ARIJ : Carte de Gaza et principaux checkpoints entourant Gaza. Agrandir la carte

Ci-dessous, voici le résumé de l'opération militaire israélienne à Gaza entre le 25 juin 2006 et le 1er août 2006.


1. Restriction aux déplacements

Depuis l'invasion israélienne dans la bande de Gaza le 25 juin, les habitants de la bande qui désiraient se rendre à leur travail ont subi toutes sortes de retard, principalement en raison des fermetures des checkpoints israéliens imposées par les forces israéliennes.

La majeure partie du temps, les gens ont été empêchés d'atteindre leurs destinations et forcés de trouver les routes alternatives. On se doit de préciser qu'il y a huit checkpoints israéliens aux entrées des villes et des villages de la bande de Gaza.
Voir carte 1

L'aide humanitaire comme les convois de nourriture a fait l'objet d'accès limité et a constamment été retardée aux passages vers de Gaza qui tombent sous le contrôle des Israéliens.


2. Attaques israéliennes contre des équipes médicales

Le personnel médical et les conducteurs d'ambulance ne sont pas exempts de l'agression israélienne et ont souvent été visés par l'armée israélienne. D'ailleurs, l'armée israélienne a fréquemment refusé l'accès des équipes médicales aux personnes blessées en raison des restrictions aux déplacements et elles se sont retrouvées sous le déluge de tirs israéliens.

Des centaines de secouristes sont quotidiennement les cibles de l'armée israélienne ; ils sont frappés, harcelés et non autorisés à faire leur travail par les forces israéliennes tout comme les véhicules des équipes médicales et de secours clairement identifiés de la Croix Rouge ou du Croissant Rouge.

Nous devons mentionner que les pratiques israéliennes contre le personnel médical violent les droits de l'homme internationaux et l'article 20 de la Quatrième Convention de Genève, qui stipule :
"Le personnel régulièrement et uniquement affecté au fonctionnement ou à l'administration des hôpitaux civils, y compris celui qui est chargé de la recherche, de l'enlèvement, du transport et du traitement des blessés et des malades civils, des infirmes et des femmes en couches, sera respecté et protégé."



3. Attaques israéliennes contre les civils

Israël a approuvé l'exécution, la torture et la punition collective ainsi que d'autres graves violations contre les résidants palestiniens de la Cisjordanie et de la bande de Gaza.

Depuis le début du deuxième Intifada (septembre 2000), des milliers de Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes.

Pendant cette opération "Pluies d'été", l'armée israélienne a tué plus de 200 Palestiniens et a en a blessé plus de 1000 dont la majorité sont des enfants et des femmes ce qui signifie qu'il n'y a aucune impunité pour les civils du Territoire Palestinien.



4. Attaques israéliennes contre les journalistes

L'agression de l'armée israélienne est allée jusqu'à inclure les journalistes locaux et internationaux qui couvraient les événements avec l'intention de les empêcher de rapporter au reste du monde toute information sur les violations israéliennes contre les Palestiniens.

La Déclaration Universelle des Droits de l'Homme (UDHR) et le Pacte International relatif aux droits civils et politiques (ICCPR) déclarent que chacun a le droit à la liberté d'expression et à la liberté d'accéder à l'information.



5. Destruction des Biens Palestiniens :

Il est interdit à la Puissance occupante de détruire des biens mobiliers ou immobiliers, appartenant individuellement ou collectivement à des personnes privées, à l'Etat ou à des collectivités publiques, à des organisations sociales ou coopératives, sauf dans les cas où ces destructions seraient rendues absolument nécessaires par les opérations militaires.
Article 53, Quatrième Convention de Genève de 1949

Dans l'une de ses périodes de destruction les plus intenses, les Forces d'Occupation Israéliennes ont démoli un nombre énorme de maisons dans la bande de Gaza pendant les dernières semaines, qui ont transformé des centaines des familles en sans-abris. Israël prétend que son opération à Gaza est effectuée pour des raisons de sécurité.

Cette vague de destruction israélienne ne peut être comparée qu'à la vague de destruction de l'armée israélienne en 2003 quand l'armée israélienne avait décidé de créer une zone-tampon de sécurité à Gaza ; au Sud du camp de réfugiés de Rafah le long de la frontière avec l'Egypte, où des milliers de maisons palestiniennes ont été démolies dans ce but.



6. Attaque de l'armée israélienne contre l'infrastructure palestinienne

L'infrastructure de Gaza a été l'une des principales cibles de l'armée israélienne dans son opération "Pluies d'été".

Jusqu'ici, Israël a bombardé sept ponts palestiniens reliant la ville de Gaza avec le reste de la Bande de Gaza, il a détruit le réseau routier de Gaza et est toujours une des cibles importantes de l'armée israélienne.
La centrale électrique au Sud de Gaza a été également une cible de l'armée israélienne.

En fait, elle l'a détruire le troisième jour de l'attaque ; supprimant 50% des approvisionnements en eau et en électricité de Gaza.



7. Terroriser les résidants palestiniens

Les Israéliens sont encore allés plus loin dans l'attaque : jusqu'au niveau psychologique, en laissant tomber sur les Palestiniens des dizaines de milliers de tracts ; avertissant les habitants de Gaza d'une future escalade et donc d'une plus grande dévastation.

L'armée israélienne a également commencé à adopter une approche terroriste : des officiers de l'armée israélienne ont appelé au téléphone les habitants de Gaza pour les avertir que leurs résidences feraient l'objet d'attaques aériennes ou de bombardements dans les minutes à venir et pour leur conseiller de partir.



Ce qui suit est une traduction des tracts que l'armée israélienne a fait tomber sur Gaza, les 20 et 25 juillet 2006.

Aux habitants de la Bande de Gaza

Comme les opérations terroristes et les lancements de missiles depuis la Bande de Gaza se poursuivent, l'armée israélienne a décidé d'intensifier le niveau de ses opérations contre les entrepôts de munitions et d'équipements militaires et contre les organisations de militants et de terroristes qui compromettent la vie des habitants la Bande de Gaza et en Israël.

Les habitants de la Bande de Gaza doivent-ils constamment payer le prix fort pour les actions de ces arrogants qui prétendent que leur intention est de résoudre la cause palestinienne ?

Ils sont la cause directe de la perte de toute richesse sous de faux prétextes et "des promesses sincères" tout comme celles proclamées par le Hezbollah aux Libanais et les promesses du Hamas aux Palestiniens.

Quartier Général de l'armée de la Défense israélienne




Les habitants n'ont pas eu le temps de récupérer leurs affaires personnelles. On se doit de préciser que les maisons visées n'étaient pas situées dans les secteurs de confrontation et étaient des appartements de plusieurs étages.

Par cette escalade violente, le gouvernement israélien a compromis tous les accords signés et les lois et les règlementations humanitaires internationales, en particulier l'article 33 de la Quatrième Convention de Genève de 1949 ; qui stipule :
Aucune personne protégée ne peut être punie pour une infraction qu'elle n'a pas commise personnellement. Les peines collectives, de même que toute mesure d'intimidation ou de terrorisme, sont interdites.
Le pillage est interdit. Les mesures de représailles à l'égard des personnes protégées et de leurs biens sont interdites




8. Destruction des institutions gouvernementales palestiniennes

L'agression de forces Israéliennes sur Gaza a non seulement inclus la vie des civils et leurs biens mais a également inclus des bâtiments du gouvernement, des bâtiments publics, des bâtiments destinés à l'éducation et des positions de sécurité palestiniennes. Le tableau suivant liste les bâtiments visés :

Bâtiments palestiniens détruits pendant l'agression israélienne contre Gaza

Structure détruite - Type - Date
• Installation de récréation de l'Université Islamique – Education – 30 juin
• Usine de fabrication de jouets – Privé – 30 juin
• Site de la sécurité Nationale Palestinienne – Sécurité – 30 juin
• Bureau du Ministère de l'Intérieur Palestinien – Gouvernement- 1er juillet
• Bureau du Fatah – Parti politique – 1er juillet
• Bureau du Premier Ministre Palestinien – Gouvernement- 2 juillet
• Conseil des Etudiants à l'Université Islamique – Education – 4 juillet
• Ministère de l'Intérieur – Gouvernement – 6 juillet
• Bâtiment de la Sécurité Nationale – Gouvernement – 6 juillet
• Ecole – Education – 6 juillet
• Ministère des Affaires Etrangères – Gouvernement – 14 juillet
• Ministère de l'Economie – Gouvernement – 16 juillet
• Ecole d'Agriculture de Université Al-Azhar – Education – 18 juillet

Source: ARIJ – Rapport mensuel – Juin-Juillet 2006



Conclusion

Au moment où les médias du monde entier concentrent leur attention sur l'agression israélienne contre le Liban, l'armée israélienne continue sa politique de punition collective sur le Territoire Palestinien causant des pertes graves pour les habitants et leurs biens, propage le terrorisme et la crainte parmi la population palestinienne ; en particulier avec sa politique agressive effectuée sous prétexte de sécurité.

Source : ARIJ

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Rapports

Même auteur

ARIJ

Même date

9 août 2006