Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2765 fois

Gaza -

Les patients meurent alors que les médecins sont à court de médicaments pour les soigner.

Par

Ahmed Ayad n'a pas eu de chance de tomber malade sous ce qu'Israel et ses alliés en Occident définissent comme étant les "Ministères du terrorisme".
Le Palestinien de 42 ans, père de cinq enfants, a commencé une dialyse de rein dans un hôpital de la ville de Gaza il y a six semaines, juste au moment où le blocus israélien de la Bande de Gaza et les sanctions internationales contre le gouvernement du Hamas commencaient à toucher le Ministère de la Santé.

Suite à cela, le manque de médicaments et de d'autres équipements ont forcé l'hôpital de Shifa à réduire le traitement de dialyse de M. Ayad.

"Le jour où ils ont réduit mon traitement, j'étais tellement fatigué. J'ai peur qu'ils le réduisent encore plus. Regardez mon visage. J'ai l'impression d'être mort." Dit-il.

Mais M. Ayad a de la chance. L'hôpital de Shifa indique que quatre personnes recevant une dialyse sont mortes au cours des trois dernières semaines en raison du manque de médicaments.

C'est pareil dans la salle des cancers, où l'approvisionnement en médicaments de chimiothérapie diminuent, et dans d'autres parties de l'hôpital où même les antibiotiques de base ne sont pas arrivés depuis un mois.

M. Ayad a également de la chance parce qu'il y a quelqu'un pour le soigner. Personne parmi le personnel médical de Shifa n'a été payé depuis deux mois.

C'est pareil pour le reste des 160.000 employés de l'Autorité Palestinienne dont les salaires proviennent habituellement en partie de l'aide étrangère et des droits de douane maintenant gelés par Israël avec des conséquences de plus en plus graves pour 1 million de Palestiniens - un quart de la population - soutenus par les salaires de gouvernement.

La Banque Mondiale a averti cette semaine que ses précédentes prévisions d'une augmentation de 50% de la pauvreté dans les Territoires Occupés cette année, entrainée par une brusque chute des revenus et une augmentation de 23% du chômage, étaient "trop roses", parce qu'elle avait sous-estimé l'ampleur des sanctions occidentales contre le Hamas et le blocus israélien.

"La récession a déjà commencé, avec les salaires du secteur public de mars et d'avril qui ne sont toujours pas payés et des signes de manque de nourriture et d'essence qui se manifestent à Gaza." dit la Banque.

"Si l'Autorité Palestinienne reste impayée/ou payée un minimum pendant plusieurs mois, elle pourrait cesser de fonctionner…"

Une période prolongée pendant laquelle l'Autorité Palestinienne serait paralysée pourrait aboutir à l'effondrement de dizaines années d'efforts des donateurs pour construire des institutions responsables nécessaires à un futur Etat palestinien."

Le Dr Nasser al-Atar continue à aller tous les jours à l'unité de dialyse de Shifa.
"J'ai été payé pour la dernière fois il y a deux mois mais je viens toujours travailler. C'est mon devoir en tant qu'être humain." Dit-il.

Mais il est dérangé par ce qu'il trouve. Les nouveaux filtres pour les machines de dialyse sont finalement arrivés lundi mais ils sont conçus pour l'utilisation sur des enfants et fournissent seulement une partie du traitement requis pour les adultes.

Le blocus et l'arrêt des aides signifient qu'il ne reste aucun des médicaments nécéssaires, obligeant une réduction de trois à deux fois par semaine dans le traitement des 160 patients, dont 24 enfants, .

"D'ici peu, nous devrons encore réduire le nombre de traitements. Encore plus de patients mourront," a déclaré le Dr Atar. "Regardez les patients maintenant. Ils semblent malades. Une réduction du traitement signifiera encore plus d'anémie. Ils seront plus faibles."

Médecins pour les Droits de l'Homme - Israël, une organisation caritative médicale indépendante, a prévenu hier que si l'aide continue à être suspendue, le système de santé palestinien pourrait s'effondrer.

"La fin du financement du système de santé mènera à la mort de milliers de personnes à court terme et à une forte mortalité à long terme," a-t'elle déclaré.

M. Ayad est l'un de ceux dont la vie dépend de la décision des gouvernements occidentaux.

"S'il vous plait, sauvez-moi la vie. J'ai trois garçons et quatre filles. Si vous ne voulez pas me sauver la vie pour moi, sauvez-la pour mes enfants. A-t'il ajouté.


Source : The Guardian

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Gaza

Même sujet

Même auteur

Chris McGreal

Même date

10 mai 2006