Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 3400 fois

USA -

Les sénateurs US exhortent Obama à réfléchir aux risques encourus par Israël

Par

Un groupe de 76 sénateurs US a envoyé une lettre au président Barack Obama mardi dans laquelle ils lui demandent de continuer à soutenir Israël et de « tenir compte des risques auxquels il sera confronté dans tout accord de paix. »

Les sénateurs US exhortent Obama à réfléchir aux risques encourus par Israël


Rencontre Obama-Netanyahu (caricature Steve Bell pour le Guardian)

Le courrier, signé par des sénateurs des partis républicain et démocrate, ne mentionne pas les désaccords entre Obama et Netanyahu sur le soi-disant processus de paix, mais affirme que « sans aucun doute, nos deux gouvernements seront d’accord sur certaines questions et en désaccord sur d’autres, mais l’amitié des Etats-Unis avec Israël exige que nous coopérions étroitement, alors que nous nous réengageons dans notre rôle historique d’ami fiable et de médiateur actif. »

La lettre a été envoyée peu de temps avant la fin de la visite de Netanyahu à Washington. L’American Israël Public Affairs Commitee (AIPAC ) a apporté son soutien à la lettre des sénateurs, qui demande aussi à l’administration Obama de « continuer à insister sur l’engagement palestinien absolu à mettre fin à la violence terroriste et à bâtir les institutions nécessaires à un Etat palestinien viable vivant côte à côte avec l’Etat juif d’Israël. »

Les sénateurs terminent leur lettre en exprimant l’espoir qu’Obama « promouvra un engagement et une participation bien plus grands des Etats arabes aux démarches de normalisation des liens avec Israël et à l’encouragement des éléments palestiniens modérés. Chacun dans la région a une part dans le succès de ces négociations et devrait contribuer à une résolution durable et globale. »

Une lettre similaire a circulé au Congrès, et jusqu’à maintenant, 200 représentants l’ont signée.

Pression sur Israël pour geler les colonies

Mardi matin, Netanyahu a rencontré les membres du Comité aux Relations Etrangères de la chambre des représentants. Le premier ministre israélien a dit qu’il avait déclaré aux sénateurs participant à la rencontre que « la menace de l’Iran » restait une partie importante de toute équation dans les négociations.

Le sénateur démocrate John Kerry, président du Comité, a déclaré « que plusieurs choses dites par Netanyahu l’avaient encouragé, » et qu’il avait souligné à Netanyahu « l’importance d’une démarche d’Israël, en particulier au sujet de la question des colonies. » Le sénateur a également fait savoir au premier ministre que cette question n’était pas « à sens unique » et que les démarches arabes vers un engagement dans la « feuille de route régionale » pour la paix étaient aussi cruciales.

Un fonctionnaire américain a dit que les Etats Unis espéraient qu’Israël fasse des concessions concrètes aux Palestiniens avant la visite d’Obama au Caire le 4 juin. Le cabinet doit discuter de la situation dans la bande de Gaza ce dimanche, et l’une des concessions que les USA aimeraient obtenir d’Israël est qu’il décide, lors de cette réunion, d’alléger les restrictions des importations et exportations des marchandises à Gaza. Il veut également qu’Israël allège les restrictions de mouvement en Cisjordanie .

Entre temps, le Ha’aretz a cité une source américaine disant que Netanyahu et le président était d’accord sur l’Iran. Mais sur la question palestinienne, « nous n’avons pas fait de progrès sur la solution à deux-Etats, comme nous ne sommes pas parvenus à un accord sur les colonies. »

« Ils veulent tout simplement que nous gelions les colonies, » dit un officiel israélien. Son collègue américain a dit que les USA souhaitaient qu’Israël agisse sur la question de la colonisation dans les toutes prochaines semaines, pour permettre aux Etats-Unis de promouvoir la normalisation avec les Etats arabes.

Israël s’est toujours arrangé pour échapper à la pression américaine de geler les colonies, et il les a au contraire développés sous prétexte de leur croissance naturelle. Ariel Sharon était parvenu à un accord avec l’administration Bush à ce sujet. Le gouvernement Olmert a poursuivi la même politique. « En récompense au retrait d’Israël de la Bande de Gaza, l’administration Bush a aussi fermé les yeux sur la réticence d’Israël à évacuer les avant-postes, » rapporte le quotidien.

L’administration Obama veut montrer que, contrairement à la précédente administration US, elle n’est pas entichée d’Israël, il n’est donc pas étonnant que les colonies aient une nouvelle fois pris la place centrale. Cela pose un problème pour Netanyahu, puisque sa coalition comporte une forte majorité de députés de droite.

Même le plus à gauche des gouvernements n’a jamais déclaré un gel de la colonisation, dit le Ha’aretz.

Les colonies poseront un bien plus grand problème à Netanyahu que la solution à Deux Etats, puisque sur cette question, les Américains sont prêts à se montrer compréhensifs sur ses contraintes politiques.


Source : Al Manar

Traduction : MR pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

USA

Même sujet

Initiatives de Paix

Même auteur

Al Manar

Même date

20 mai 2009