Fermer

S'inscrire à la mailing list ISM-France

Recevez par email les titres des derniers articles publiés sur ISM-France.

Votre adresse courriel

Fermer

Envoyer cet article

Votre adresse courriel
Envoyer l'article à
Votre message
Je profite de l'occasion pour m'abonner à la newsletter ISM France.
Palestine - ISM France

Imprimer cet article Envoyer cet article
Article lu 2652 fois

Cisjordanie -

Les temples de l'occupation

Par

Les Israéliens ont perfectionné le système colonial :
A la différence des puissances occupantes qui dictent de façon quotidienne la vie des autochtones dans leurs villes et leurs villages, ils imposent aux autochtones un régime indirect d'emprisonnement, en les enfermant derrière des barrières et en interférant sur leurs habitudes quotidiennes.

Les temples de l'occupation


Un soldat israélien observe les palestiniens traverser le checkpoint d'Huwwara, à proximité de Naplouse après qu'un Palestinien y ait été tué le 9 octobre 2006. (MaanImages/Rami Swidan)

Pour l'instant, sur les dizaines de checkpoints promis d'être enlevés de Cisjordanie dans le cadre d'un "geste" envers Mahmoud Abbas, pas un seul checkpoint n'a été démantelé.

Il sera intéressant de voir quelle excuse ils proposeront lorsque le temps se sera amélioré. Le projet de retirer les barrages routiers a été retardé avec une excuse ou une autre depuis plusieurs années, et en attendant leur nombre s'est multiplié.

Nous pouvons supposer avec une certitude raisonnable que la toute dernière tentative de soulager les conditions de vie des Palestiniens échouera comme les précédentes, parce que le régime des barrages routiers n'est pas une histoire de geste marginal, ni une histoire de quantité dont la réduction est susceptible d'indiquer un changement de situation répandue dans les territoires occupés.

Au lieu de cela, les barrages routiers sont les bases du contrôle israélien sur la Cisjordanie , et ils remplissent trois rôles principaux : symbolique, geo-stratégique et sociopolitique. Par conséquent, toute personne qui leur attribue seulement une valeur de stratégie sécuritaire ou tributaire de la colonisation se trompe.

À cet égard, les officiers de l'IDF (qui sabotent tout effort destiné à retirer ces obstacles) sont plus fidèles à la perception fondamentale d'Israël que le sont le Premier Ministre et le Ministre de la Défense qui utilisent les barrages routiers comme des moyens politiques à court terme.

Les centaines de barrages routiers permanents et mobiles, construits et improvisés, les blocs de ciment et les tourniquets, les monticules de terre et les fossés, sont conçus pour un objectif : montrer qui a le pouvoir de contrôle sur la vie des Palestiniens.

Des petits groupes de soldats jeunes, inexpérimentés et effrayés servent en tant qu'agents du pouvoir qui force des millions de personnes à se comporter selon les règles arbitraires qui interrompent les routines les plus fondamentales de leurs vies. Cette domination est mise en application pour la plupart sans aucun besoin de recourir à la force, en exploitant la crainte des Palestiniens.

Le dédain envers les Palestiniens et l'usage arrogant d'une mentalité de soumission sont reflétés non seulement par les barrages routiers eux-mêmes mais par les procédures de vérification, qui sont menées sans aucune sensiblerie envers la dignité et les besoins des Palestiniens, qui doivent attendre en rang et en silence sinon, "ils seront punis".

Les régimes coloniaux ont été toujours basés sur l'arrogance d'un petit nombre de soldats qui contrôlaient la vie de millions d'autochtones avec un minimum de force et une dépendance à l'égard de la dissuasion qui garantissaient le statut inférieur de ceux qui étaient sujets à leur autorité.

Les Israéliens ont perfectionné le système colonial : Au lieu de puissances occupantes qui dictent de façon quotidienne la vie des autochtones dans leurs villes et leurs villages, ils imposent un régime indirect d'emprisonnement aux autochtones, en les enfermant derrière des barrières et en interférant sur leurs habitudes quotidiennes.

Ici, le gouverneur n'empiète pas sur leur espace, mais ils sont forcés de le supplier dans les temples de l'occupation, les barrages routiers; et tout pendant qu'ils cèdent aux règles qui leur sont imposées, l'occupant sait que sa position est assurée.

Les barrages routiers servent de moyens géo-stratégiques de première classe : Ils institutionalisent l'expropriation de l'espace physique et de l'infrastructure publique de la Cisjordanie et leur transfert à l'utilisation exclusive des Israéliens.

La carte des centaines de barrages routiers érigés dans les régions à population palestinienne trace le contour du morcellement physique de la Cisjordanie dans les secteurs situés à l'ouest de la barrière de séparation qui ont été annexés de fait, dans la Vallée du Jourdain qui a été séparée de ses environs, et dans les 10 enclaves palestiniennes : de Jénine au Nord au Mont Hebron au Sud.

Les monticules de terre et les blocs de ciment, qui sont en apparence dispersés de façon aléatoire, constituent en effet un système geo-stratégique complet, et donc le "retrait" de plusieurs monticules de terre ou des obstacles risquerait d'altérer le système planifié de façon tellement minutieuse.

Et ceux qui pensent que "l'idéologie du Grand Israël a été enterrée" devraient comprendre que les barrages routiers symbolisent l'expropriation des territoires de Cisjordanie mais sans annexion, bien qu'avec l'ajout de la création des "réserves palestiniennes".

La séparation géographique a fragmenté la communauté palestinienne en des sous-communautés faibles et appauvries, où les centres sont déconnectés des périphéries, les centres urbains sont érodés et les régions rurales s'appauvrissent, les familles sont séparées, et l'accès aux soins médicaux et aux études supérieures est refusé.

Cette séparation est imposée avec l'espoir que le siège politique et social aura comme conséquence une détresse démographique et mènera peut-être à l'émigration.

Les planificateurs du régime de barrages routiers ont consacré de gros efforts à la planification et à la mise en place du système, mais apparemment, ils se sont trompés dans leurs évaluations de l'efficacité de leur méthode.

La société palestinienne montre des signes forts de cohésion et d'adaptation aux conditions de vie cruelles qui leur ont été imposées et il n'y a aucun signe que les objectifs stratégiques aient en fait été atteints.

Par conséquent, les planificateurs estiment qu'ils doivent augmenter tous les ans le nombre de barrages routiers, et ce nombre est déjà de 522, c'est-à-dire un obstacle pour 3.500 Palestiniens.

Toute personne qui désirerait sérieusement arrêter cette marche de folie – lorsque même son utilité limitée pour la sécurité est mise en doute, et qu'elle nuit clairement à tous – devrait ordonner le démantèlement de tous les barrages routiers qui ne sont pas déployés sur les frontières d'Israël et ne devrait pas céder aux spéculations des officiers de l'armée.


A LIRE :

Rapport d'OCHA : Cisjordanie Occupée : Point et analyse concernant les fermetures - Septembre 2006

Source : http://www.haaretz.com/

Traduction : MG pour ISM

Faire un don

Afin d'assurer sa mission d'information, ISM-France fait appel à votre soutien.

Oui ! Je soutiens ISM-France.


Contacter ISM France

contact@ism-france.org

Suivre ISM France

S'abonner à ISMFRANCE sur Twitter RSS

Avertissement

L'ISM a pour vocation la diffusion d'informations relatives aux événements du Proche Orient. Les auteurs du site travaillent à la plus grande objectivité et au respect des opinions de chacun, soucieux de corriger les erreurs qui leur seraient signalées.

Les opinions exprimées dans les articles n'engagent que la responsabilité de leur auteur et/ou de leur traducteur. En aucun cas l'ISM ne saurait être tenu responsable des propos tenus dans les analyses, témoignages et messages postés par des tierces personnes.

D'autre part, beaucoup d'informations émanant de sources externes, ou faisant lien vers des sites dont il n'a pas la gestion, l'ISM n'assume aucunement la responsabilité quant à l'information contenue dans ces sites.

A lire également...
Même lieu

Cisjordanie

Même sujet

Checkpoints

Même auteur

Meron Benvenisti

Même date

29 décembre 2006